Valère Germain : à quand la fin de la galère ?

À l’occasion de la troisième journée des phases de poule en Ligue Europa, Marseille reçoit le Vitoria Guimaraes. Avec 3 points au compteur, les Olympiens auront à cœur de gagner devant leur public, après le revers concédé sur la pelouse de Salzbourg lors de la précédente journée (1-0). Rudy Garcia va probablement encore faire tourner son effectif, à trois jours d’un Classico bouillant face PSG au Vélodrome. L’occasion idéale pour Valère Germain de revenir sous le feu des projecteurs ?

Marseille's French forward Valere Germain reacts after scoring a goal during the UEFA Europa League playoff round second leg football match between Olympique de Marseille and NK Domzale on August 24, 2017, in Marseille, southeastern France. / AFP PHOTO / BORIS HORVAT
Valère Germain a inscrit 5 buts depuis son arrivée à l’OM (Tour Préliminaire et Barrage en Europa League), mais depuis plus rien / AFP PHOTO / BORIS HORVAT

Après son départ de Monaco cet été, nous étions ravis qu’il suive les traces de son père à l’OM. Qu’il ait enfin le temps de jeu qu’il mérite. C’était sans compter sur les choix de Rudy Garcia. Devant lui : Clinton Njie et Konstantínos Mítroglou. L’ancien Monégasque, titularisé à seulement 4 reprises en Ligue 1, semble être un second choix. À lui de démontrer dès ce soir que sa place n’est pas sur le banc !

Choix incompréhensible

Auteur d’un début de saison canon lors des matches de préparations puis du tour préliminaire et barrage de l’Europa League, on pensait que Germain allait enflammer les supporters Marseillais à chaque rencontre. Arrivé pour seulement 8 millions d’euros, nous saluions la bonne pioche de Marseille, jusqu’à se demander si la volonté de trouver un autre attaquant était justifiée. Les premières impressions furent remplies de belles promesses.

Le principal intéressé à conscience de cette situation délicate. “J’ai été très bien jusqu’à fin août. Après j’ai été moins décisif. Et forcément, quand tu l’es moins, d’autres le sont plus que toi et ils jouent plus. C’est normal. Il faut que j’arrive à retrouver l’efficacité et à attirer de nouveau les ondes positives, car c’est plus la réussite qui me fuit actuellement plutôt qu’un manque de confiance. L’an dernier à Monaco j’avais attendu la huitième ou neuvième journée pour marquer mon premier but. Aujourd’hui, je ne m’inquiète pas car je sais qu’il suffit d’un but pour que ça redémarre“.

Une concurrence forte

Lui qui était si bénéfique à l’AS Monaco, souvent cantonné au banc mais décisif lorsqu’il rentrait en jeu, espère retrouver le chemin des filets. Mais le turnover instauré par Jardim l’année dernière ne semble pas réussir de la même manière cette année avec Rudy Garcia. Le fameux OM Champions Project, qui fait tant parler de lui à travers les résultats en dents de scie de son équipe, a le mérite d’avoir fait venir de bons joueurs. Avec des postes quasiment doublés, la concurrence fait rage. Les choix ne manquent pas pour le coach marseillais en attaque. L’ancien monégasque, qui fut la première recrue de l’OM cet été, peine à s’imposer.

À l’instar de Maxime Lopez, qu’on pensait installé, rien n’est acquis dans le onze type marseillais. À l’image de sa défaite à Salzbourg, les remplaçants ont du mal à être performants lorsque le coach fait appel à eux. Alors à qui la faute ? Trop de pression à l’OM, choix du coach, les passes qui n’arrivent pas ? Dans tous les cas, on souhaite à Germain de vite retrouver son efficacité, et son sourire.

Théophile Rémon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut