Umtiti, Varane et l'équipe de France : une place pour deux

Si Laurent Koscienly semble s’être imposé comme le leader implacable de la charnière française, le nom de celui qui l’épaulera reste encore flou. La double confrontation opposant le Real Madrid et le Barça a ainsi pu délivrer quelques éléments de réponse.

La saison reprend doucement son cours et l’Espagne a déjà retenu son souffle à trois reprises. Tout d’abord, le FC Barcelone et le Real Madrid ont pu jauger leurs effectifs aux Etats-Unis, à l’occasion de l’International Champions Cup. Les catalans se sont imposés 3 buts à 2, avant d’être balayé lors de la Supercoupe 5 buts à 1 au score cumulé. Si de nombreux événements ont marqué les deux rencontres – l’expulsion litigieuse de Ronaldo, les pépites d’Asensio – nos frenchies n’ont pas été en reste, et notamment en défense centrale. Samuel Umtiti et Raphaël Varane avaient bien plus à gagner ces derniers jours, avec à la clé, une place de titulaire pour la charnière tricolore.

Une place vacante

Si l’effectif français se montre en constante évolution, l’un des secteurs de jeu semble plus touchés que les autres : la défense centrale. En l’espace de quelques années, de multiples tandems se sont succédé sans jamais dégager de titulaires indiscutables. Ou plutôt si, un seul : Laurent Koscienly. Le gunner, impérial outre-Manche, s’est imposé comme le véritable patron de la défense française, sans qu’il ne puisse trouver une association pérenne. A l’Euro 2016, il a notamment commencé titulaire aux côtés d’Adil Rami, qui ne figure aujourd’hui même plus, sous le maillot tricolore.

Samuel Umtiti a pu profiter de la blessure de Raphaël Varane pour s'imposer comme titulaire pour les dernières rencontres de l'Euro.
Samuel Umtiti a pu profiter de la blessure de Raphaël Varane pour s’imposer comme titulaire pour les dernières rencontres de l’Euro.

Mais la compétition continentale a joué gros dans la constitution de la charnière française. Titulaire, à priori, indiscutable, Raphaël Varane n’a pu disputer le tournoi, faute de blessure. Si Adil Rami a d’abord pris sa place, il a vite été supplanté par l’outsider Umtiti, qui a enchaîné en quelques semaines un transfert au FC Barcelone et une place de titulaire en équipe de France pour les matchs à élimination directe. Solide contre l’Allemagne et même contre le Portugal, l’ancien lyonnais a parfaitement saisi sa chance.

Le retour de Varane et les confrontations directes

Les places de Varane et d’Umtiti dans leurs clubs s’inscrivent dans un schéma presque similaire. Au Barça, comme au Real, ils ont du faire avec un patron indéboulonnable, respectivement Gerard Piqué et Sergio Ramos. Par ailleurs, leur carte à jouer se trouvait dans les mains de titulaires vieillissants, qu’ils ont su, tout deux, évincer.

Raphaël Varane a ainsi écarter Pepe, qui sortait pourtant d’un Euro tonitruant avec la sélection portugaise. Le français a disputé 39 rencontres sous le maillot madrilène et a obtenu, définitivement la confiance de Zinédine Zidane à son poste. Pepe, qui ne rentrait plus dans les plans merengues, s’est même exilé en Turquie pour poursuivre sa carrière au Besiktas, alors qu’il attisait les convoitises des plus grandes écuries européennes.

Titulaire en puissance, Raphaël Varane compose désormais la charnière madrilène aux côtés de Sergio Ramos.
Titulaire en puissance, Raphaël Varane compose désormais la charnière madrilène aux côtés de Sergio Ramos.

Pour Samuel Umtiti, la concurrence se fit avec Javier Mascherano, joueur emblématique de la défense centrale blaugrana. Arrivé, une nouvelle fois, avec l’étiquette d’outiser, le tricolore s’est imposé dès ses premières semaines jusqu’à disputer, au total, 43 rencontres sous le maillot bleu et rouge.

Une saison fatidique

Les deux défenseurs entament ainsi ce nouvel exercice avec une ambition commune : exporter leurs très bonnes performances en club au niveau international. Lors de la Supercoupe, Raphaël Varane s’est montré très nettement à son avantage et semble avoir marqué de sérieux points. Parfois trop laxiste, à l’image de sa réaction sur le but de Karim Benzema, Samuel Umtiti affiche un bilan plus nuancé, calqué sur son équipe. Si Didier Deschamps devait se baser uniquement sur ces deux rencontres pour établir sa composition, l’avantage serait sûrement au madrilène.

La défense centrale française, en constante modification, admet une profondeur d'effectif impressionnante.
La défense centrale française, en constante modification, admet une profondeur d’effectif impressionnante.

Néanmoins, la coupe du Monde 2018, véritable objectif de tous les internationaux est encore loin et une saison peut délivrer de nombreuses surprises. Dernièrement, Kurt Zouma a fait son retour sous le maillot bleu alors que Presnel Kimpembe ne cesse de jouer des coudes avec ses concurrents brésiliens pour imposer sa patte sur la charnière parisienne. Le retour de Rami en France peut offrir une visibilité accru au néo-marseillais tandis qu’Aymeric Laporte ou Eliaquim Mangala peuvent s’avérer être des prétendants crédibles.

Dans tous les cas, Umtiti et Varane semblent être promis à un destin à la Piqué et Ramos : concurrents en club, mais assignés à composer, dans un futur très proche, la charnière tricolore. Et pour de très longues années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut