Top LBDF : La Coupe de France, de la magie à l'etat pur

Ah la Coupe de France, ces stades champêtres, où toute la ville se réunie en ce milieu d’après-midi d’un dimanche en hiver. Bonnets et gants de rigueur, et petit sandwich préparé par Cathy, qui tient la buvette (pour rendre service) depuis que Julien son premier fils joue en poussin. Ah la Coupe de France, ces maillots à l’effigie de Brioche Pasquier, pour souligner la convivialité de l’événement. La Coupe de France, son “petit poucet” qui parvient toujours à déjouer tous les pronostics, qui délocalise son quart de finale dans le stade régional le plus proche, mais qui finit malheureusement par tomber contre un gros poisson, mais c’est pas grave, car “c’était déjà un bonheur de pouvoir jouer contre des joueurs de ce calibre, on a rendu heureux toute une région, on va maintenant retourner à nos métiers respectifs”. On l’aime cette Coupe de France, elle respire le vrai football, la passion, la proximité avec les supporters. C’est l’occasion pour certains de briller lors d’une soirée inoubliable, et pour d’autres d’aller patauger dans la boue et de quitter, pour un court moment, leur luxe habituel. Vous imaginez Neymar se déplacer sur la pelouse d’un club de N3, personnellement, nous avons hâte de voir ça !

les joueurs calaisiens Jérome Dutitre, Fabrice Baron, Emmanuel Vasseur et Reginald Becque ((DàG) célèbrent leur premier but, le 07 mai 2000 au Stade de France à Saint-Denis, pendant la finale de la Coupe de France de football opposant Calais à Nantes. Calais players (from L) Jerome Dutitre, Fabrice Baron, Emmanuel Vasseur et Reginald Becque celebrate their first goal, 07 May 2000 at the Stade de France in Saint Denis near Paris during the French Cup final. / AFP PHOTO / PASCAL GEORGE
Ouverture du score de Calais lors de la finale en 2000 / AFP PHOTO / PASCAL GEORGE

Ce weekend a lieu le 7ème tour (128èmes de finales) de Coupe de France. C’est l’entrée en lice des clubs de Ligue 2 ! L’occasion d’assister à des derbys de rêves comme en Normandie entre Évreux (N3) et Le Havre (L2), en Provence avec un alléchant Nîmes (L2) – Marseille Consolat (Nat), ou en Seine-St-Denis entre La Courneuve (District) et Le Blanc-Mesnil (N3). Vous l’aurez compris, aux quatre coins de la France on jouera au football ce weekend ! Il faudra attendre les 32èmes de finale (début janvier) pour voir les clubs de Ligue 1. Cela fait maintenant trois années de suite que le PSG remporte le sésame. Est-il encore possible de voir des surprises dans cette compétition ? Retour sur les dix plus beaux exploits.

Calais (CFA) en 2000

Cela reste l’Exploit de ces dernières années en Coupe de France. Pour la première finale du siècle au Stade de France, les Nordiques, malgré l’ouverture du score, s’inclineront face au FC Nantes du jeune Mickaël Landreau. Le gardien de but invitera le capitaine de Calais à venir soulever la coupe à ses côtés. Mais le parcours des joueurs de CFA reste dans l’Histoire. Ils ont éliminé Lille, Cannes (D2), Strasbourg mais surtout en demi-finale le Bordeaux d’Elie Baup. A l’époque Champion de France en titre avec les Laslandes, Dugarry et Micoud ! Après aucun but inscrit au bout du temps additionnel, les Calaisiens s’impose finalement 3-1 dans les prolongations !

Nîmes (Nat) en 1996

La très belle épopée des “Crocodiles” cette année-là qui parviennent à se hisser jusqu’en finale. Évoluant en National, les Sudistes seront parvenus à éliminer successivement trois clubs de l’élite avec Saint-Etienne, Strasbourg et Montpellier. Les Nîmois ont rendez-vous avec leur histoire en finale contre Auxerre. Mais, à l’instar de Calais, malgré l’ouverture du score, les Crocodiles s’inclineront 2-1. Mais les Bourguignons, étant Champions de France cette saison, offrent à Nîmes un ticket pour la Coupe de l’UEFA !

Quevilly

Nous ne pouvions pas évoquer la magie de la Coupe de France sans parler de Quevilly. Ce club normand qui a vécu plusieurs histoires d’amour avec cette compétition. Le plus récemment en 2012, Quevilly, alors en National, se hisse jusqu’en finale de la compétition, après avoir fait chuter Angers (L2). Mais surtout Marseille (3-2 en prolongations), et Rennes (2 buts en fin de matches) ! Dans ce Stade de France bouillant, malgré une belle opposition, les Normands ne s’inclineront que 1-0 contre l’Olympique Lyonnais de Lisandro Lopez, Lacazette, Gomis, etc.

Deux ans plus tôt, ces mêmes Normands (alors en CFA) avaient réussi à atteindre les demi-finales de la compétition ! Apres avoir éliminé Angere (L2) en seizièmes (1-0), Rennes en huitièmes (1-0), puis Boulogne sur Mer (L1) en quart (3-1), le PSG mettra fin à leur rêve (1-0) ! L’histoire est belle car personne ne pouvait imaginer qu’ils se rendront au Stade de France deux ans plus tard.

Pour info, Quevilly avait déjà atteint la finale de la Coupe de France en 1927, alors perdue face à l’OM (3-0).

Montceau-les-Mines (CFA) en 2007

Une autre belle histoire de cette Coupe de France, avec encore un Petit Poucet qui fait tomber des gros. Pour atteindre les demi-finales ! Cette année, ce sont Bordeaux, puis le RC Lens (second de Ligue 1 à l’époque) qui ont fait les frais de la magie de cette compétition. Ceux qui évoluaient dans le bas de tableau en CFA ont battu les Nordiques grâce à un penalty en fin de match ! En demi, les Bourguignons s’inclineront en prolongations contre Sochaux 2-0. Pas de chance, à un match du Stade de France.

El Biar (Algérie) en 1957

Eh oui, à cette époque, l’Algérie était encore rattachée à la France. Et les clubs algériens disputaient alors la Coupe de France ! L’écart entre les deux équipes est considérable. D’un coté, un club amateur algérien. De l’autre, le Stade de Reims de sa Grande époque, qui est en finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions la même année ! Les Algériens s’imposeront finalement 2-0 !

Clermont (CFA) en 1997

Cet exploit n’est pas une folle épopée mais plutôt une folle remontée. Après avoir battus Lorient au tour précédent, les Clermontois, pensionnaires de CFA, ont vécu ce soir-là un huitième de finale complètement dingue ! Alors qu’ils étaient encore menés 4-1 après l’heure de jeu, les amateurs parviennent à inverser la tendance et à revenir à 4-4 ! Le club de la capitale, où évoluait notamment Raï, Leonardo ou Paul le Guen, perdra ce match aux tirs aux buts ! Les Clermontois, s’inclineront finalement au tour suivant face à Nice (en prolongations quand même), futur vainqueur de cette édition.

Carquefou (CFA2) en 2008

En huitièmes de finale, en 2008, c’est l’OM qui se fait surprendre. Djibril Cissé, Samir Nasri et consorts ne parviendront pas à retourner l’ambiance bouillante de La Beaujoire, et s’inclineront 1-0. Carquefou, qui évolue en CFA2, réalise un beau parcours et élimine Gueugnon (L1) et Nancy (L1), avant sa victime du soir. En quart, les Parisiens vengeront les Marseillais et gagneront 1-0.

Rodez (Nat) en 2009

Des parisiens emmenés par Rothen, Hoarau, Chantome, Luyindula etc, Paul Le Guen sent le traquenard venir avec ce déplacement dans l’Aveyron. Mais, malgré l’ouverture du score de Sammy Traoré en début de match, le PSG s’inclinera 3-1 en prolongations ! L’ambiance survoltée, les 7000 spectateurs n’en croient pas leurs yeux. Le club qui évolue en National réalise un bel exploit !

Chambéry (CFA2) en 2011

Le beau parcours des Savoyards ira jusqu’en quart de finale cette année-là. Après avoir sorti trois clubs de l’élite, Monaco, Brest et Sochaux (vidéo ci-dessous), Chambéry se fera sortir par une équipe de Ligue 2 ! Victoire d’Angers 3-0 qui met fin aux rêves des joueurs de CFA2.

Libourne-Saint-Seurin (CFA) en 2002 et 2003

Un autre club qui peut se targuer d’avoir éliminé des clubs de l’élite. À son tableau de chasse en 2002 : Lille en 32èmes de finale et Metz en 16èmes (prolongations) ! Les Girondins s’inclineront finalement en quart contre Bastia, en prolongations. L’année suivante, en 32èmes de finale, c’est cette fois l’ogre Olympique Lyonnais de Govou, Luyindula, ou encore Mahamadou Diarra qui s’inclinera 1-0 ! En 16èmes, ils élimineront Le Mans (L2) suite à une séance de tirs au buts interminables (12-11). Ils se feront finalement éliminer au tour suivant contre Rennes.

Bonus : FC Schirrhein (District) en 2009

Ce match n’était peur-être qu’un 32ème de finale, mais il restera à jamais gravé dans les mémoires. En effet, c’est la première fois qu’un club de District parvient à se hisser à ce niveau de la compétition. Le FC Schirrhein, club d’un petit village alsacien de 2000 habitants, est parvenu à éliminer un pensionnaire de Ligue 2 ! Cerise sur le gâteau, les amateurs étaient menés 2-0 à l’heure de jeu, avant qu’ils sonnent la révolte et s’imposent finalement 4-2. Si ça c’est pas de la magie ! Le miracle prendra fin lors du tour suivant, où le Toulouse de Gignac viendra s’imposer 8-0.

Ça en fait des souvenirs ! Vivement début janvier, que les clubs de Ligue 1 intègrent la compétition pour que nous assistions à encore beaucoup de surprises ! Et oui pendant que certains s’arrachent sur les pelouses européennes pour décrocher leur ticket pour le Mondial en Russie, d’autres jouent aussi gros ce weekend en Coupe de France. C’est la beauté du football, une passion commune, avec des enjeux différents.

Théophile Rémon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut