Steven Gerrard: "J'aimerai revenir en arrière et jouer pour Liverpool pendant 100 ans"

Dans une interview exceptionnelle accordée à Goal, Steven Gerrard s’est lâché sans complexes. Quitter Liverpool fut la décision “la plus difficile de sa vie”, et aujourd’hui encore, il ne se passe pas une seconde sans que le capitaine emblématique des Reds ne pense pas à son club de cœur, le club de sa vie, son club éternel.

Goal.com
Goal.com

“J’ai encore besoin de temps pour réaliser que je ne suis plus un joueur de Liverpool. Ce n’est pas comme si le lendemain de mon dernier match, je pouvais simplement partir comme ça et oublier. Il a été très difficile et il est encore difficile de se détacher puisque ça a été une grande partie de ma vie”.

“J’ai passé les portes de Liverpool avec mon équipement en 1987, comme un enfant de huit ans juste heureux d’être là sans imaginer toutes les choses qui allaient arriver ensuite. Je suis tellement reconnaissant de la carrière que j’ai eue et la possibilité de faire partie de ce que j’estime être le meilleur club du monde”.

Tous les idoles de Gerrard étaient des joueurs de Liverpool, et ça, ça n’a pas de prix.

“Tous mes héros laissaient à l’époque éclater leur talent sur mon écran : John Barnes, Kenny Dalglish et Ian Rush”.

“En grandissant, mon père me racontait tant d’histoires sur Liverpool et ses plus grands joueurs. Il était toujours là à me montrer des vidéos et m’apprendre l’histoire du club et maintenant je fais partie de celle-ci, c’est quelque chose qui ne peut pas s’exprimer avec des mots. Dès l’âge de huit ans, je voulais être le meilleur. J’ai tout donné et j’ai travaillé dur pour réaliser cet objectif. Je voulais tellement bien faire pour Liverpool que tout ce qu’il y avait dans mon esprit et mon corps, c’était pour Liverpool. Je n’ai pas simplement vécu un rêve, je l’ai forcé à se réaliser”.

Dans le classement révélé par Goal, Gerrard a été honoré du prix du meilleur joueur de l’histoire de Liverpool. Rien que ça…

http://tribune.com.pk/
http://tribune.com.pk/

“C’est une récompense incroyable. Je suis un peu gêné, je l’admets, mais aussi très flatté parce que Liverpool ne manque pas de joueurs extraordinaires. Vous pourriez faire une liste de 100, il manquerait encore tellement de bons joueurs. J’ai grandi idolâtrant un grand nombre d’entre eux et c’est donc un honneur d’être nommé parmi les légendes avec lesquelles j’ai grandi. Et puis, ce titre peut être considéré comme une sorte de prix individuel, mais pour moi il est collectif “.

Bien qu’il ait réussi à remporter la prestigieuse coupe aux grandes oreilles avec Liverpool face au Milan en 2005, Stevie regrettera toujours de ne jamais avoir pu gagner le championnat…

“Quand vous portez le maillot de Liverpool, vous avez l’obligation de représenter le club au mieux de votre capacité et de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour aider votre équipe à gagner des trophées. Je suis vraiment fier de tous les souvenirs que je vais garder pour toujours du club. Même les moments douloureux en valaient la peine parce qu’ils font que les bons sont encore meilleurs. Le seul petit regret, bien sûr, c’est que je n’ai pas gagné le championnat “.

Par ailleurs, Stevie a avoué avoir rêvé de pouvoir jouer sous la tunique des Reds chaque jour de sa vie.

http://www.liverpoolecho.co.uk/
http://www.liverpoolecho.co.uk/

“Tous les jours. Chaque jour, j’aimerais pouvoir jouer pour Liverpool pendant 100 ans. Je voudrais pouvoir me réveiller chaque jour en ayant 25 ans, en étant capitaine de Liverpool et en laissant chaque part de moi-même sur le terrain pour mon club d’enfance. Il y a des jours où j’aimerais juste me réveiller et revenir en arrière et recommencer mon voyage à Liverpool, mais je sais que mon temps en tant que joueur est écoulé. J’ai eu quelques hauts que je pensais impensables et quelques bas très cruels, mais je déborde de fierté pour mon temps passé à représenter ce club sur le terrain”.

“La pression qui est venue avec la responsabilité n’a pas été quelque chose que je n’ai pas aimé, je m’en suis délecté. Je l’ai aimée, même si c’est une équipe difficile avec laquelle jouer, parce que vous jouez avec l’espoir de millions de supporteurs à travers le monde qui veulent juste voir Liverpool revenir aux sommets. Pour moi, la pression et l’attente ont toujours été amplifiées parce que je suis moi-même un fan et un acteur local donc je savais exactement ce que chaque victoire ou chaque défaite signifiait au-delà du terrain” a expliqué l’enfant de Liverpool.

http://www.mirror.co.uk/
http://www.mirror.co.uk/

Stevie loin des yeux, mais près du cœur. Toujours à regarder son équipe fétiche jouer, tout comme un certain Dirk Kuyt qui regarde les matchs de Liverpool avec ses enfants…

“Il est difficile de regarder l’équipe à distance sans être en mesure d’influer sur les résultats. C’est comme quand vous êtes dans un club mais que vous êtes blessé, ça vous tue de regarder vos coéquipiers jouer sans rien pouvoir faire pour les aider. Vous sentez la douleur de la défaite, la frustration à chaque ballon… Aujourd’hui c’est ça pour moi, alors pour compenser j’essaye de donner le maximum de soutien et d’encouragement à l’équipe, et malgré la distance, je regarde tous les matches. Ça, ça ne changera pas”.

Quelques semaines avant Noël, Steven est revenu à Melwood pour s’entraîner avec ses “anciens” coéquipiers. Un moment évidemment très spécial pour SG8.

“C’était étrange. Partir, puis revenir, avec plus de recul. Mais ça a été facile car beaucoup de joueurs sont de vrais amis, et puis j’avais toujours espéré que les portes resteraient ouvertes pour moi, je n’avais pas voulu dire au revoir. Au fond, ça n’a pas d’importance que je revienne ou non, ce club aura toujours une place spéciale dans mon cœur.”

Gerrard, futur entraîneur de Liverpool dans quelques années ?…

“J’ai essayé de retenir des choses sur tous les entraîneurs avec lesquels j’ai travaillé à Liverpool, sur ce que j’ai pu trouver de bien ou de mal, comment ils ont géré des situations différentes. Pour quelqu’un comme moi qui veut rester impliqué dans le jeu quand je prendrai ma retraite, je pense que c’est très important de garder ce genre d’information sur les différentes approches de la manière de coacher un groupe.”

… L’avenir nous le dira. Témoignage très émouvant de ce très grand Steven Gerrard. Pour tous les fans de football qui ont pris Stevie comme exemple, c’est incroyable et extrêmement touchant de lire ses paroles. Quel joueur, quel loyauté… On ne le dira jamais assez.

JeanRomans G.

http://www.mirror.co.uk/
http://www.mirror.co.uk/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut