Souvenez-vous : Quand Soner Ertek a été menacé de mort après avoir blessé Falcao.

En Janvier 2014, l’AS Monaco affrontait Chasselay lors des 32ème de finale de la Coupe de France. Malgré la victoire 3 buts à 0 des Rouge et Blanc, le fait marquant de cette rencontre reste la blessure de Radamel Falcao. Soner Ertek, le défenseur du club de Rhône-Alpes, après un tacle en retard, condamne Falcao, l’attaquant colombien, à être écarté des terrains pendant plus de six mois et rater la Coupe du Monde au Brésil. Une nouvelle que les supporters de la Colombie n’ont pas supportée.

 Falcao

21 Janvier 2014, Chasselay-Monaco, 39ème minute. Radamel Falcao, arrivé l’été en principauté, s’emmène le ballon dans la surface grâce à un joli râteau. Il élimine son défenseur, se retrouve face au gardien mais subit le retour de Soner Ertek. Taclé, en retard et par derrière, l’ancien Colchoneros s’écroule dans la surface. L’arbitre ne bronche pas, et laisse le jeu se poursuivre. Mais voilà. Falcao ne se relève pas. Résultat, une lésion croisée intérieure du genou gauche et 6 mois d’indisponibilité.

DES INSULTES ET DES MENACES DE MORTS
 
Suiteà cette rencontre et à l’annonce de la blessure de la star colombienne, Soner Ertek n’en revenait toujours pas :

“Ça m’a plombé. Franchement, depuis la fin du match, je ne suis vraiment pas bien. J’espère vraiment qu’il va se remettre très vite parce que je m’en voudrais franchement toute ma vie s’il lui arrivait quelque chose et qu’il ne puisse pas continuer le championnat et plus tard la Coupe du monde. Je lui souhaite un bon rétablissement. Je suis dépité. J’espère qu’il n’y a vraiment rien de grave”, a-t-il espéré au micro de RTL.

Son geste allait, cependant, prendre des proportions qu’il n’aurait pas pu imaginer. Quelques heures après l’annonce de la durée d’indisponibilité de Radamel Falcao, le nom de Soner Ertek est apparu en TT sur Twitter en Colombie.

Les insultes ont alors fusé et pris une dimension invraisemblable. Chasselay est alors sous le feu des projecteurs et plus particulièrement son joueur, visé dans un mail, reçu par le club. Le président, Jocelyn Fontanel, réagit à ce mail :

“Il y avait deux phrases, c’était des conneries écrites en espagnol. Des menaces, des insultes. Ils demandaient la suspension à vie de Soner Ertek. N’importe quoi. On ne va pas prendre au sérieux tous ces messages. Sinon, on ne s’en sort pas”.

Soner Ertek a connu l’enfer pendant plusieurs semaines. Une situation délicate pour un joueur qui ne demande qu’à jouer au football et se faire plaisir. Il risque, toutefois, de se souvenir toute sa vie de ce geste malheureux.

Thomas Pain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut