Souvenez-vous : Le jour où l'OM a éliminé l'Inter Milan

Qualifié initialement en Champions League cette année là, l’Olympique de Marseille termine la phase de poules à la 3ème place du groupe derrière le Real Madrid et le FC Porto. Reversés en Coupe de l’UEFA, les olympiens viennent de sortir le mythique Liverpool en 8èmes de finale. Opposés à l’Inter, les joueurs de José Anigo ne partent pas favoris. Loin de là…

Camel Meriem n'aura inscrit qu'un seul but en Coupe d'Europe en 32 matchs. Celui face à l'Inter. Crédit photo : AFP PHOTO / BORIS HORVAT
Camel Meriem n’aura inscrit qu’un seul but en Coupe d’Europe en 32 matchs. Celui face à l’Inter. Crédit photo : AFP PHOTO / BORIS HORVAT

Une Inter supérieure sur le papier

Malgré une pléiade de stars dans l’effectif interiste, l’équipe du célèbre président Moratti peine cette saison là. Demi-finaliste de la Champions League précédente, l’Inter vient de sortir au premier tour de l’édition 2003-2004 avec notamment un revers 1-5 encaissé face au Arsenal de Thierry Henry. Malgré la présence de Vieri, Zanetti, Cannavaro, Recoba ou encore Toldo, la mayonnaise ne prend pas. Le coach Hector Cuper ne survit pas à la mauvaise série de résultats et logiquement c’est Alberto Zaccheroni qui prend la suite des opérations. Vainqueurs de Sochaux et Benfica aux tours précédents, les interistes ont fait de cette Coupe UEFA un objectif majeur de leur fin de saison. Ils s’avancent donc en confiance face au 8ème de la D1 française…

Un OM méconnaissable

Si la phase de poules de Champions League est un véritable fiasco (4 défaites en 6 matchs) pour l’OM, sa saison en championnat n’est pas excellente. Sixièmes à la trève, les marseillais ont déjà changé de coach et revu leurs objectifs à la baisse. En éliminant Dniepro grâce à un penalty de Drogba puis Liverpool toujours par l’intermédiaire de l’Ivoirien et d’Abdoulaye Meité, l’OM commence à se prendre au jeu d’un destin européen doré. Toutefois, l’équipe entraînée par José Anigo ne possède pas des joueurs de qualité à tous les postes. On pense à la charnière centrale Hemdani-Beye-Meité mais également au milieu de terrain N’Diaye-Johansen. Que des joueurs de devoir aux qualités techniques obscures… Capable de se transcender lors de ces matchs européens, cette équipe ne part pas battue d’avance. Toutefois, la tache s’annonce ardue…

Un début de match tendu

Le début de match au Velodrome de l’Inter est bon. Le pressing du milieu de terrain Almeyda-Cristiano Zanetti-Karagounis étouffe les marseillais et les premières occasions de la rencontre sont pour Zanetti et Vieri. Si la tête du milieu de terrain passe au dessus des buts de Barthez, la frappe du célèbre attaquant est repoussée par le gardien français au prix d’une parade des deux poings parfaite. Plus à l’aise à la demi-heure de jeu, l’OM pointe le bout de son nez par l’intermédiaire de Meriem suite à une déviation de la poitrine de Drogba. La pause est sifflée sur ce 0-0 équitable.

Une seconde période de feu

La seconde période reprend. Mauvais engagement des interistes, Meriem récupère le ballon et envoie une chandelle en direction de Drogba. L’avant-centre parvient à contrôler la balle, se joue d’Adani et place une frappe imparable du pied gauche qui finit dans les filets de Fontana. Le stade explose. 1-0. Au lieu de se retrancher derrière cet avantage, les marseillais continuent d’appuyer sur l’accélérateur. Durant plus de 40 minutes, l’OM va chercher à se mettre à l’abri en tenant d’inscrire un second but. Camel Meriem va trouver le poteau à la 64ème pendant que Battles manquera de justesse pour ajuster sa tete seul aux six mètres et surtout Drogba croquera un face à face à la 88ème seul face à Fontana. En dépit de certains regrets, l’OM ressort avec une courte mais précieuse victoire.

Un match retour délicat

Dès les premières minutes de ce match retour, on sent que l’Inter veut emballer la rencontre. Dès la 3ème minute, Julio Cruz oblige Barthez à se coucher sur une frappe vicieuse. Suspendu Didier Drogba est supplée par l’Egyptien Mido à la pointe de l’attaque marseillaise. Durant 45 minutes, l’OM va subir les assauts répétés mais terriblement maladroits des partenaires de Sabri Lamouchi. A la 35ème, l’Argentin Almeyda se retrouve seul à 10 mètres face à Barthez mais il va trop envelopper son tir. Malgré un meilleur état d’esprit qu’à l’aller, l’Inter est toujours menée dans cette double confrontation alors qu’il ne reste plus qu’une seule mi-temps…

L’OM prêt de céder

Avec le même schéma que durant le premier acte, l’Inter pousse. Cruz manque de puissance dans son face à face avec Barthez et sa tete ne trouve pas le cadre. Voyant son équipe patiner, le coach interiste décide de sortir le Hollandais Van der Meyde pour Alvaro Recoba. Quelques minutes plus tard, l’Uruguayen se signale par un bel enchaînement contrôle poitrine-tir malheureusement trop faible pour inquièter Barthez. A la 72eme, coup franc aux 20 mètres plein axe pour une faute de Meité sur Gamarra. Recoba s’élance mais sa frappe est contrée par le mur olympien. Le tournant du match…

Meriem, ce héros

On joue la 73ème minute, l’Inter continue d’accélérer pour faire plier l’OM. Les marseillais ne sont plus approchés ds buts gardés par Toldo depuis de longues minutes. Centre de la gauche vers l’axe de Kily Gonzalez et interception d’Hemdani dans son camp. Le ballon revient dans les pieds de Flamini qui va adresser une longue passe en direction de Camel Meriem démarqué sur le flanc gauche. Cependant, la passe manque de puissance mais Gamarra va involontairement prolonger cette passe en offrande. Remontant tout le camp interiste au prix d’un formidable sprint, Meriem va rentrer dans la surface puis armer une frappe du gauche imparable que Toldo ne pourra qu’accompagner du regard dans son propre but. 0-1. Le dernier quart d’heure devenait anecdotique. L’OM tenait sa demi-finale et accessoirement son exploit…

Jajaye Panizzoli

 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut