Souvenez-vous : Juninho ou l'arme fatale sur coup franc

Un peu plus d’un an après sa retraite sportive, Juninho reste et restera dans les mémoires comme l’un des meilleurs, si ce n’est, le meilleur tireur de coup franc de l’histoire du football. Petit retour sur la trajectoire de « Juni ».

juninho2

Du Brésil à la France en passant par le Qatar partout où il est passé, « Juni » a fait mal aux gardiens.
C’est avec Vasco de Gama que le Brésilien originaire de Recife a commencé à jouer les maîtres artificiers sur coup franc. Comme le soir de la demi-finale retour de la Copa Libertadores face à River Plate en 1998. Le milieu de 23 ans s’empare du ballon aux 30 mètres, s’élance et frappe. Comme souvent avec Juninho, le ballon finit au fond des filets.

En 2001, le milieu de terrain s’envole pour la France où il signe à l’Olympique Lyonnais. « Juni » va prendre une autre dimension avec son arrivée en Europe. Toutes les semaines, il perfectionne son art du coup franc durant de longues séances d’entraînement. Et cela paye les jours de match. Á tel point que les équipes adverses redoutent de commettre une faute sur un lyonnais dans leur partie de terrain. Oui car si Juninho sait frapper des vingt mètres, il est tout aussi à l’aise à vingt-cinq voire à trente-cinq mètres.

Les adversaires de Juninho ne sont pas les seuls à attendre de voir le maître en action. Un sentiment d’impatience mêlé à l’excitation traverse les stades quand « Juni » s’apprête à frapper un coup franc. Ce sentiment laisse souvent place à un frisson puis à de l’admiration devant la nouvelle réalisation du Brésilien.

juninho

Cet art du coup franc, Juninho l’a exposé dans chacun des clubs où il a joué en faisant de grands gardiens, comme Casillas ou Kahn, ses victimes.

Véritable amoureux et connaisseur du football, Juninho avait confié, dans un sourire, lors d’un reportage que si le football évoluait avec la possibilité de faire entrer un remplaçant pour tirer les coups francs, il jouerait jusque 50 ans. Malheureusement pour nous, le génial joueur qu’il était a pris sa retraite en janvier 2014.

0 commentaire pour “Souvenez-vous : Juninho ou l'arme fatale sur coup franc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut