Souvenez-vous : Le missile de 35 mètres de Mareval face à l’OM

Le 29 octobre 2008, l’Olympique de Marseille se déplace sur la pelouse de Nantes, à l’occasion de la 11ème journée de Ligue 1, avec l’espoir de ramener les trois points et mettre la pression sur le trio de tête (Bordeaux, Lyon). Les hommes d’Eric Gerets ne repartiront finalement de la Beaujoire qu’avec le point du match nul. La faute à l’exploit et la frappe stratosphérique de Rémi Maréval.

Le défenseur de Nantes offrira la balle de but à Koné sur l'égalisation marseillaise. / AFP PHOTO / FRANK PERRY
Le défenseur de Nantes offrira la balle de but à Koné sur l’égalisation marseillaise. / AFP PHOTO / FRANK PERRY

Un missile. Bien déterminé à détrôner l’Olympique Lyonnais de son piédestal, Marseille aborde cette saison 2008-2009 avec des ambitions affirmées. Alors entraînés par Eric Gerets, les Marseillais affichent un visage séduisant avant de se déplacer sur la pelouse d’un FC Nantes dans le dure. Pourtant tout ne va pas se dérouler comme prévu.

Le coup de massue

Durant la première période de la rencontre, Marseille se fracasse les dents sur le mur jaune nantais. Les hommes d’Elie Baup sont très bien regroupés en défense et ne laissent pas le moindre espace aux coéquipiers d’Hatem Ben Arfa. Les minutes défilent, le score ne bouge pas. Les deux formations semblent se diriger vers un score nul et vierge à la pause. Pourtant le FC Nantes va créer la surprise après un corner botté de la droite vers la gauche par David De Freitas.

Alors que le ballon est renvoyer en dehors de la surface de réparation, Rémi Maréval arrive comme un boulet de canon et allume, aux 35 mètres, un Steve Mandanda, médusé. La sphère vient se loger en pleine lucarne et détruire les quelques toiles d’araignées encore présentent. Grâce à une frappe aussi sublime qu’inattendue, Nantes rentre aux vestiaires en tête. La deuxième mi-temps ressemblera à un attaque-défense pour l’OM qui finira pas trouvé la faille, dans le dernier quart d’heure, grâce à l’inévitable Bakari Koné. Les deux formations se quittent  sur un match nul qui ne fera pas les affaires de l’OM, dauphin de Bordeaux à l’issue de la saison.

 
Thomas Pain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut