Souvenez-vous : Le jour où Monaco aurait pu rentrer dans la légende

Un soir de 26 mai 2004, l’AS Monaco de Didier Deschamps rencontre le FC Porto de José Mourinho lors de la prestigieuse finale de Ligue des Champions. Auteurs d’un parcours spectaculaire, les coéquipiers de Ludovic Giuly s’inclineront 3 buts à 0 après une rencontre au gout amer. Retour sur l’une des plus grandes déceptions du football français.

Giuly a inscrit un doublé décisif en quart de finale face au Real Madrid / PASCAL GUYOT
Giuly a inscrit un doublé décisif en quart de finale face au Real Madrid / PASCAL GUYOT

Et 1 et 2 et 3 – 0 ! Le jour où l’Equipe de France terrasse le Brésil en finale de la Coupe du Monde, le peuple français se lève comme un seul homme pour entonner cette chansonnette devenue historique. Quelques années plus tard, un mercredi soir, c’est celui du Portugal et plus précisément de Porto qui est à l’honneur. Les Dragons d’un Deco, exceptionnel ce soir-là, viennent de remporter la seconde Ligue des Champions de leur histoire (1987).
Les compositions :
Monaco : F.Roma – H.Ibarra – J.Rodriguez – G.Givet – P.Evra – E.Cissé – L.Bernardi – A.Zikos – L.Giuly – J.Rothen – F.Morientes.
Porto : V.Baia – P.Ferreira – J.Costa – R.Carvalho – N.Valente – P.Mendes – F.Costinha – Maniche – Deco. C.A.Gomes – Derlei.

Des parcours de haute volée

Après être sorti d’une poule équilibrée avec l’AEK Athènes, le PSV Eindhoven et la Corogne (un « petit » 8-3 au passage), le club de la Principauté se défait du Lokomotiv Moscou en huitième. La suite ? Une double confrontation inoubliable face au Real Madrid de Zidane, Ronaldo, Beckham, Figo et consort. 4-2 à l’aller, 3-1 au retour avec des Morientes, Giuly, Cissé et Ibara monstrueux. Une demi-finale de haute volée face à Chelsea avec au retour à Stamford Bridge un Morientes en état de grâce et un but de Gudjohnsen somptueux (3-1 / 2-2).
De son côté, le FC Porto sort d’une poule plus relevée avec Le Real Madrid, l’Olympique de Marseille et le Partizan Belgrade. Deuxièmes du groupe F, les hommes du Special One se coltinent ceux d’Alex Ferguson. Après une belle victoire sur leur pelouse (2-1), la formation portugaise parvient à décrocher le nul à Old Trafford (1-1). Une fois l’obstacle lyonnais franchi en quart, Porto retrouve la Corogne dans le dernier carré. Forts de leurs succès face à la Juventus et au Milan AC, les Espagnols abordent cette opposition dans la peau du favori. Pourtant, c’est bien la formation dirigée par José Mourinho qui rejoindra la finale après deux confrontations tendues et fermées (0-0 / 0-1).

Porto remporte sa seconde Ligue des Champions après 1987. / AFP PHOTO / MIGUEL RIOPA
Porto remporte sa seconde Ligue des Champions après 1987. / AFP PHOTO / MIGUEL RIOPA

Si proche, si loin

C’est donc une finale inédite qui se joue sur la pelouse de l’Arena AufSchalke rebaptisée Veltins-Arena en 2005. 53000 spectateurs font le déplacement en Allemagne pour assister à ce choc au sommet. Malheureusement pour les monégasques, Ludovic Giuly, symbole du parcours rouge et blanc se blesse à la 20ème minute de jeu et doit laisser ses coéquipiers disputer le match le plus important de leur carrière. Ce soir-là, Porto livre une prestation impeccable et maîtrise parfaitement son adversaire. Deco, étincelant ce soir-là rayonne sur le terrain et offre au public, un véritable récital.

Carlos Alberto Gomes ouvre le score à la 32ème minute et voit son capitaine doublé la mise peu après l’heure de jeu. 2-0, Porto a fait le break. Les minutes défilent et l’issue du match semble certaine. Le FCP va remporter sa seconde coupe aux grandes oreilles. Dmitri Alenichev rentré quelques instants auparavant ajoute un troisième but à l’addition monégasque et scelle le sort de la rencontre. Les monégasques peuvent ouvrir leurs yeux, le rêve est terminé.

Thomas Pain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut