Souvenez-vous : le jour de la folle remontada d'Arsenal !

Actuellement quatrième de Premier League avec 25 points (à douze unités derrière Manchester City quand même), Arsenal entrevoit l’espoir d’une bonne saison. Les Gunners alternent malheureusement entre le bon et le moins bon. Vainqueurs dans les dernières minutes ce week-end face à Burnley (1-0), les hommes d’Arsène Wenger semblent manquer de détermination. Assuré de finir premier de son groupe en Ligue Europa, Arsenal doit maintenant être plus régulier. Le club Londonien, s’il n’est pas sûr de pouvoir écrire l’Histoire cette année, peut se remémorer sa gloire d’antan. Comme par exemple ce soir d’octobre 2012, où les Gunners, menés 4-0 par Reading, étaient parvenus à s’imposer 5-7 ! Remember…

Arsenal's English striker Theo Walcott (R) celebrates scoring Arsenal's sixth goal during extra time in the English League Cup Fourth Round football match between Reading and Arsenal at The Madejski Stadium, in Reading, England on October 30, 2012. Arsenal won the game 7-5 after extra time. AFP PHOTO/BEN STANSALL RESTRICTED TO EDITORIAL USE. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or “live” services. Online in-match use limited to 45 images, no video emulation. No use in betting, games or single club/league/player publications / AFP PHOTO / BEN STANSALL
Joies de Chamakh, Giroud et Walcott suite au but du 5-6 de l’Anglais ! / AFP PHOTO / BEN STANSALL

Qui a dit que la Coupe de la Ligue n’avait pas d’intérêts ? Bon peut-être qu’en Angleterre plus qu’ailleurs. Surtout lorsque douze buts sont inscrits dans la même rencontre, pour un scénario digne des happy ends américaines. Ce match restera dans les annales comme une rencontre folle, avec des ascenseurs émotionnels de toutes parts. Et tout ça pour se faire éliminer dès le match suivant aux tirs aux buts face à Bradford City (quatrième division) en quarts de finale. C’est ça la Beauté du Football. Les Bantams seront quand même allés jusqu’en finale, où ils s’inclineront 5-0 face à Swansea.

Une première mi-temps cauchemardesque

Coupe de la Ligue oblige, Arsène Wenger, comme à son habitude, avait beaucoup fait tourner son effectif. Audacieux car le match avait lieu à Reading, qui évolue à l’époque en Premier League. Surtout que les Gunners à cette période n’étaient pas au top. Ils viennent d’enchaîner trois défaites (2-1 contre Chelsea, 1-0 contre Norwich et 2-0 contre Schalke 04 en Ligue des Champions). Leur maigre succès 1-0 contre les Queens Park Rangers n’ayant pas rassuré grande monde. C’est donc dans ce contexte que les Koscielny, Walcott, Arshavin ou Chamakh abordent la rencontre. Comme attendu, cette équipe bis enchaînent les erreurs et les absences.

Dès la douzième minute, Roberts, parfaitement servi d’un centre à ras-de-terre de la gauche de Robson-Kanu, ouvre le score. Seulement six minutes plus tard, Laurent Koscielny, après un bon mouvement adverse, marque contre son camp en essayant d’intercepter un centre venant de la droite. Les Gunners, dépités, encaisseront un autre but à peine deux minutes plus tard par Leigertwood, suite à une belle frappe à l’entrée de la surface mal captée par Martinez, inhabituel gardien. Enfin, Hunt aggravera l’addition à la 36 ème minute, d’une belle tête croisée poteau rentrant. Miracle, Théo Walcott réduira tout de même l’écart à la 47 ème, d’un petit piquet après une magnifique ouverture d’Arshavin, pour ce qui ressemble à une vague réaction d’orgueil. Qui aurait cru à ce moment-là que ce but était synonyme du début de la fin pour Reading.

Une deuxième période à suspense

Au retour des vestiaires, malgré de meilleures intentions, Arsenal peine toujours à se montrer dangereux. Il faut attendre l’entrée d’un habituel titulaire : Olivier Giroud, pour que les choses s’animent. Et en effet, seulement trois minutes après son changement (61 ème), l’ancien Montpelliérain place un petit coup de tête suite à un corner et ramène le score à 4-2. Les Gunners commencent à y croire mais Giroud butte trois fois consécutives contre le portier des Royals (70, 78 et 80 èmes).

Reading est en train de penser à l’exploit quand Koscielny, pour se faire pardonner sa première mi-temps, marque à la 89 ème minute d’une tête, encore sur un corner. Walcott a la balle de l’égalisation trois minutes plus tard mais sa frappe frôle la cage de Reading. Il reste trop peu de temps, Arsenal ne peut pas le faire. Et bien si : Walcott y va de son doublé et égalise dans les ultimes secondes. Suite à une situation litigieuse, où le gardien puis le défenseur frôlent le ballon, celui-ci dépasse la ligne de but. Qui l’aurait cru ? Après une entame si laborieuse. Arsenal a remonté quatre buts.

Une prolongation halletante

Les joueurs d’Arsène Wenger sont remontés à bloc. A la 102 ème minute, ce qui devait arriver arriva. Après un bon mouvement collectif, Chamakh donne l’avantage à Arsenal d’une belle frappe de l’extérieur de la surface, qui finit au ras du poteau. Cela faisait plus d’un an qu’il n’avait plus marqué avec le club Londonien. Ce match réserve vraiment des surprises. Les hommes d’Arsène Wenger vont gérer tranquillement et Reading va lâcher prise ? C’est mal connaitre le fighting spirit Anglais.

Les Royals reprennent leur marche en avant, et incroyable : Pogrebnyak égalise à 5-5 d’une tête à bout portant, à cinq minutes de la fin du match ! Mais il était écrit que cette rencontre ne se finirait pas aux tirs aux buts. Arsenal pousse dans les ultimes instants, et se voit récompensé. Walcott y va de son triplé, reprenant à bout portant une frappe d’Arshavin détournée par le gardien. Enfin, le but du doublé pour Chamakh, d’un subtil lob à la dernière seconde, parachèvera le succès des Gunners. Reading ne s’en relèvera cette fois pas. Match complètement fou.

Théophile Rémon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut