Souvenez-vous : le jour où le Borussia et le Bayern se sont retrouvés en finale de Ligue des Champions

Nous sommes le samedi 25 mai 2013, un soir de finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes, dans un des plus beaux stades du monde : Le Wembley Stadium. Plus de 86000 spectateurs, pour la plupart Allemands, se sont donnés rendez-vous pour un choc 100% Bundesliga. Une grande première dans l’Histoire. Deux éliminations prestigieuses en demi-finale avec le Real Madrid pour le Borussia et Barcelone pour le Bayern. Dans cette finale très ouverte avec beaucoup d’occasions de part et d’autre, les joueurs de Munich finiront par s’imposer 1-2. Gundogan aura répondu à Mandzukic, avant que Robben marque le but victorieux. Le Néerlandais sera élu homme du match.

Bayern Munich's Brazilian defender Dante (R) vies with Borussia Dortmund's Polish striker Robert Lewandowski (L) during the UEFA Champions League final football match between Borussia Dortmund and Bayern Munich at Wembley Stadium in London on May 25, 2013. AFP PHOTO / PATRIK STOLLARZ / AFP PHOTO / PATRIK STOLLARZ
Robert Lewandowski face à Dante / AFP PHOTO / PATRIK STOLLARZ

Un Borussia au meilleur de sa forme avec des joueurs exceptionnels. Un Bayern très costaud comme à son habitude. Deux gardiens décisifs en première mi-temps. Cette finale aura délivré du beau spectacle, avec un finish captivant. Dortmund n’aura pas réussi à battre son grand rival, et n’ajoutera pas une troisième victoire à son palmarès dans cette compétition. Après les échecs de 2010 puis 2012, le Bayern parvient enfin à renouer avec le succès en finale de Ligue des Champions, depuis son dernier sacre en 2001.

Les compositions :

Borussia Dortmund : Weidenfeller (cap) – Piszczek, Subotić, Hummels, Schmelzer – Bender, Gündogan – Blaszczykowski, Reus, Großkreut- Lewandowski

Bayern : Neuer – Lahm (cap), Boateng, Dante, Alaba – Martinez, Schweinsteiger – Robben, Müller, Ribéry – Mandzukić

Des parcours de haute volée

Dortmund et le Bayern, avant de se retrouver en finale, ont eu des parcours croisés dans cette Ligue des Champions. Le Borussia a hérité d’une poule très relevée avec le Réal, Manchester City et l’Ajax d’Amsterdam. Intraitables devant leur public, les Jaunes et Noirs sortent premiers de leur groupe avec 14 points, pour 4 victoires et 2 nuls. En huitième, les joueurs de Jurgen Klopp se défont du Shakhtar Donetsk, puis de Malaga en quart. Ils retrouvent finalement leur adversaire des poules en demi, avec ce nouveau choc face au Real. Malgré la défaite 2-0 au Bernabeu lors du match retour, leur victoire 4-1 à l’aller (quadruplé mythique de Lewandowski) leur ouvre les portes de la finale.

Contrairement au Borussia, les Bavarois ont bénéficié d’une poule plus abordable avec Valence, le Bate Borisov et le LOSC. Les joueurs de Jupp Heynckes terminent premiers de leur groupe avec 13 points, à égalité avec le FC Valence mais avec une meilleure différence de buts. En huitième, le Bayern élimine Arsenal avec la règle du but à l’extérieur, puis se défait facilement de la Juventus. Enfin en demi, les Allemands atomisent le Barça avec un cinglant 7-0 sur l’ensemble des deux matches.

L’expérience du champion

Dans cette finale inédite, la hiérarchie aura donc été respectée. Le Borussia aura beau avoir tout tenté, Manuel Neuer a, comme à son habitude, repoussé les assauts adverses. Jusqu’à cette fameuse 88ème minute, où Ribery, d’une subtile talonnade, parvient à trouver Robben. Après avoir buté sur Casillas en finale de la Coupe du Monde trois ans plus tôt, la star néerlandaise ne s’est pas fait prier pour prendre à contre-pied le portier allemand d’un petit ballon vicieux.

C’est dur à encaisser pour cette équipe de Dortmund qui avait de l’allure. Plusieurs joueurs seront convoités après ce beau parcours. On pense à Mario Götze (absent lors de la finale) qui partira dès l’été 2013 chez son bourreau du soir. Lewandowski qui fera le même trajet un an plus tard. Également Hummels par la suite (retour dans son club formateur) et Gundogan qui ira rejoindre Manchester City. Sans oublier Jürgen Klopp, parti rejoindre les Reds de Liverpool.

Avec ses vieux briscards comme Robben, Ribery ou Lahm, le Bayern a su faire le dos rond au début du match lorsque les joueurs de Dortmund attaquaient. Puis au retour des vestiaires, ils sont passés a la vitesse supérieure pour faire la différence. L’ouverture du score de Mandzukic les a libérés et leur a permis de gérer tranquillement la fin du match, malgré l’égalisation de Gundogan sur penalty. Le Néerlandais offre au Bayern sa cinquième Ligue des Champions et devient ainsi le héros de tout un peuple.

Théophile Rémon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut