Souvenez-vous : le jour où Bordeaux, futur Champion de France, a gagné 4-0 contre le PSG !

Laurent Blanc, avant d’être Champion de France avec le PSG, a fait ses gammes d’entraîneur aux Girondins de Bordeaux. L’année de leur sacre, lors de la saison 2008/2009, les Gourcuff, Diarra, Diawara et autres Wendel, Trémoulinas ou Chamakh, proposent un football léché, très offensif et spectaculaire. À l’image de leur saison, leur match contre le PSG, le 11 janvier 2009, il y a neuf an jour pour jour, a été un vrai récital. Emmenés par un Yoann Gourcuff élu meilleur joueur de Ligue 1 cette saison, que l’on annonce à l’époque comme le successeur de Zidane, les Girondins s’imposent 4-0. Retour sur cette folle soirée.

Gourcuff a inscrit ce soir-là le plus beau but de la saison ! / AFP PHOTO / PIERRE ANDRIEU
Gourcuff a inscrit ce soir-là le plus beau but de la saison ! / AFP PHOTO / PIERRE ANDRIEU

Il y a bien longtemps, dans une Ligue 1 lointaine, très lointaine. Un PSG en difficulté en championnat, une bataille pour le titre qui se joue entre Lyon, Bordeaux et Marseille, cela nous parait presque de la science-fiction aujourd’hui. Ce 11 janvier 2009, Yoann Gourcuff, prêté avec option d’achat par le Milan AC, nous a offert un but somptueux.

Les compositions

Bordeaux : Ramé (cap) – Chalmé, Henrique, Diawara, Trémoulinas – Jussiê, Diarra, Gourcuff, Wendel – Chamakh, Cavenaghi

PSG : Landreau – Ceará, Traoré, Camara, Armand – Sessègnon, Makélélé (cap), Clément, Rothen – Giuly, Hoarau

Un match à sens unique

Les Parisiens l’avaient pourtant emporté au match aller, mais ce 11 janvier, Bordeaux n’a pas du tout montré le même visage. Même si le score peut paraître sévère au vu de la physionomie de la rencontre, les Parisiens ont fait preuve d’une trop grande maladresse (zéro tir cadré) pour réussir quelque chose, pendant que les Girondins ont fait preuve d’un beau réalisme !

Le début de la rencontre est plutôt à l’avantage des joueurs de Paul Le Guen, mais Giuly, par deux fois se manque. Dixième minute, coup franc contesté par les Parisiens sur le côté gauche, à trente mètres des buts, Gourcuff est à la baguette. Il enroule parfaitement son ballon dans la surface et trouve la tête de Diawara, qui vient catapulter le ballon au fond des filets. Sessègnon lâche complètement son marquage sur ce coup. On s’attend à une réaction des Parisiens, alors sixièmes en championnat. Mais au contraire, ils courent après le ballon face à la maîtrise Bordelaise. Deux minutes seulement après l’ouverture du score, Cavenaghi n’est pas loin de marquer. Encore sur un coup-franc, l’Argentin dévie de la tête mais le ballon passe de peu à côté.

Un Gourcuff des grands soirs

À la 22ème minute, Jussiê n’est pas loin non plus de faire le break mais sa frappe frôle le montant de Landreau ! C’est finalement à la 35ème minute que les Girondins enfoncent le clou. Chalmé, depuis son camp, réalise une merveille de transversale en profondeur pour Cavenaghi. Le ballon arrive entre Camara et Landreau. L’attaquant Argentin reprend alors d’un superbe plat du pied gauche en demi-volée, qui finit en lucarne gauche. 2-0. C’est dur pour Landreau qui ne peut pas grand chose sur les deux buts. Dans un sursaut d’orgueil avant la mi-temps, Armand n’est pas loin de réduire l’écart, mais sa reprise n’est pas cadrée. La dernière occasion de ce premier acte est en faveur de Cavenaghi, dont la frappe s’envole. 2-0 à la pause. On voit mal comment les joueurs de la capitale peuvent revenir au score.

On s’attend à voir un PSG combattant au retour des vestiaires, mais pas du tout. Les choses n’évoluent pas. Bordeaux continue de se faire plaisir. Paris continue de souffrir. 65ème minute, à force de ronronner, les Bordelais ont failli se faire punir, mais la frappe de Sessègnon en pivot heurte le poteau de Ramé. Ce n’est pas le soir du PSG. Cinq minutes plus tard, le chef-d’oeuvre du match signé Gourcuff. Après une récupération de balle Bordelaise au milieu de terrain, Gourcuff joue avec Wendel sur la gauche. Ce dernier décale bien dans la profondeur Trémoulinas, dont le centre ne trouve personne.

Un PSG acculé

Armand récupère le ballon dans sa surface mais dégage n’importe comment. Le cuir est à nouveau en possession de Bordeaux. Chalmé trouve Gourcuff à l’entrée de la surface dos au but. L’international Français enchaîne alors très rapidement une roulette pour éliminer Armand, avant de mystifier Sammy Traoré d’un double contact droite-gauche, puis de conclure d’un superbe pointu-extérieur du droit dans la lucarne opposée ! C’est magnifique. 3-0 ! Ce but sera d’ailleurs élu comme étant le plus beau de cette saison en Ligue 1 !

Le PSG a vraiment pris un coup derrière la tête. Hoarau, que l’on a pas vu de toute la rencontre, est remplacé par Luyindula. Sa tentative à la 77ème minute est non cadrée, pas plus que celle de Sessègnon cinq minutes plus tard. Enfin, à la 87ème minute, Bordeaux marque même un quatrième but par l’intermédiaire de Fernando Menegazzo. Gouffran, entré en jeu à la place de Jussiê, centre à ras de terre depuis la droite. Le ballon est intercepté par un tacle de Makélélé, qui vient malencontreusement le glisser à Fernando qui avait suivi. Le Brésilien, à deux mètres des cages, crochète alors Landreau et pousse dans le but vide. Grâce à ce résultat, les Bordelais reviennent à un point de Lyon.

Une saison passionnante

Bordeaux finira cette année Champion de France, avec 80 points, soit trois de plus que l’Olympique de Marseille et neuf que l’Olympique Lyonnais, tenant du titre, et Champion d’Automne. Les Girondins gagneront également la Coupe de la Ligue (4-0 contre Vannes) et le Trophée des Champions (1-0 après tirs aux buts contre Lyon). Ils se feront en revanche éliminer dès les 32èmes de finale de la Coupe de France par Saint-Etienne (0-1), et dès les seizièmes de finale de la Coupe de l’UEFA par Galatasaray (0-0) (4-3), après avoir fini troisièmes de leur groupe en Ligue des Champions, derrière la Roma et Chelsea !

Théophile Rémon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut