Souvenez-vous : le jour où Adebayor a rendu fous les supporters d'Arsenal

À l’occasion de la douzième journée de Premier League, Arsenal (sixième) reçoit Tottenham (troisième) à l’Emirates Stadium. Véritable derby londonien, ce choc revêt une saveur toute particulière cette année car c’est une affiche de haut de tableau ! En cas de succès, les Gunners peuvent revenir à un point de leur adversaire du jour ! Ancien joueur ayant porté le maillot de ces deux équipes, le Togolais Emmanuel Adebayor aura marqué les esprits lors de son passage dans la capitale Anglaise. D’abord adulé par les supporters d’Arsenal, Adebayor aura ensuite réussi à tous se les mettre à dos un après-midi de septembre 2009. Lorsque le fair-play est mis de côté…

Manchester City's Togolese forward Emmanuel Adebayor (L) celebrates infront of the Arsenal fans after scoring during the English Premier League football match between Manchester City and Arsenal at The City of Manchester Stadium, Manchester, north-west England on September 12, 2009. AFP PHOTO/Andrew Yates - FOR EDITORIAL USE ONLY Additional licence required for any commercial/promotional use or use on TV or internet (except identical online version of newspaper) of Premier League/Football League photos. Tel DataCo +44 207 2981656. Do not alter/modify photo. / AFP PHOTO / ANDREW YATES
Adebayor sait comment se faire aimer ! / AFP PHOTO / ANDREW YATES

Nous sommes le 12 septembre 2009, match comptant pour la cinquième journée de Premier League entre Manchester City et Arsenal. Adebayor vient d’être transféré d’Arsenal à Manchester City quelques semaines auparavant. Il se fait copieusement insulter par les supporters londoniens pendant tout le match. Ceux-ci lui reprochant notamment d’être parti chez le rival City pour l’argent. À la 79ème minute, l’ancien Monégasque inscrit un but d’une belle tête croisée sur un centre de Wright-Phillips…

Une célébration devenue célèbre

Ce but est synonyme de victoire. Adebayor laisse éclater sa joie. Le Togolais se lance dans une course folle de 80 mètres et traverse tout le terrain. Il arrive devant le parcage des supporters d’Arsenal, et vient s’agenouiller face à eux. La réaction est immédiate. Ceux-ci fous furieux, ne manquent pas de l’insulter et de lui jeter des projectiles. Ses coéquipiers allant même le rappeler à l’ordre afin d’éviter que la situation ne dégénère plus. L’arbitre sortira un carton jaune et cette célébration lui vaudra même une amende de 25000 livres (27500€) ! C’était vraiment un jour particulier pour lui, car en plus de sa célébration, l’attaquant de City s’était également essuyé les crampons sur Van Persie, ce qui lui avait valu trois matches de suspension !

Les regrets du Togolais

Adebayor a bien entendu présenté ses excuses aux supporters. Mais le mal est fait. Il était notamment revenu sur les explications de son geste : “Pourquoi j’ai fait ça ? C’est parce que je suis aussi un humain. J’ai un cœur et je respire comme tout le monde. […] Quand je suis parti d’Arsenal, les supporters ont dit que j’étais fini et que je ne pouvais plus jouer au foot. C’était stupide de courir ainsi vers les supporters d’Arsenal, mais ces gens m’ont insulté pendant tout le match. Déjà pendant l’échauffement, ils m’ont dit des choses désagréables, des choses personnelles. Je n’avais rien préparé. Je ne savais même pas que j’allais marquer. Les gens qui m’aiment et qui me connaissent savent comment je me comporte”.

Deux semaines après la polémique crée par les supporters Stéphanois avec leur envahissement de terrain suite à la célébration de Fekir, ce n’est ni la première ni la dernière fois que les choses dégénèrent sur un terrain de foot. Alors faut-il arrêter de célébrer ses buts ? Les célébrations sont la récompense du buteur. Provocatrices ? Irrespectueuses ? Qu’on aime ou pas, elles font partie du foot. Car le foot doit rester un jeu, et les supporters à leur place. C’est un sport où la passion l’emporte souvent sur la raison.

Théophile Rémon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut