Souvenez-vous : La finale d'Europa League Liverpool-Seville de 2016

Opposés ce soir pour l’avant-dernière journée de Champions League, le FC Seville et Liverpool se sont déjà affrontés récemment. Plus particulièrement le 18 mai 2016 pour la finale de l’Europa League. Si le scénario du match aura tenu en haleine les spectateurs du Parc Saint Jacques de Bale, l’issue a forcément fait des heureux et des malheureux. Retour sur cette finale pas comme les autres.

Credit Photo: AFP PHOTO / MICHAEL BUHOLZER
Avec cinq Europa League ou Coupes UEFA, le FC Seville possède le record dans cette compétition. Credit Photo: AFP PHOTO / MICHAEL BUHOLZER

La Champions League, début de l’histoire

Qualifié initialement en Champions League, le FC Seville n’a pas réussi à tenir les objectifs fixés en début de saison. Sorti d’un groupe avec la Juventus, Manchester City et Moenchengladbach, les sévillans ont certes fini par accrocher la troisième place du groupe. Toutefois, les deux défaites enregistrées face aux Citizens et surtout le revers subi à Moenchengladbach a montré que cette équipe n’avait pas encore la qualité nécessaire pour se frotter aux poids lourds européens. Reversé en Europa League, les hommes d’Unai Emery sortiront Molde, le FC Bale, l’Athletic Bilbao et le Shakhtar Donetsk pour se retrouver en finale. Grace à Kevin Gameiro auteur de sept buts sur 14, inscrits avant cette finale, Seville s’avance en confiance.

Une longue épopée pour Liverpool

Au contraire de son rival espagnol, Liverpool a débuté directement en Europa League. Sorti d’un groupe avec Bordeaux, le FC Sion et le Rubin Kazan, les hommes de Brendan Rodgers font pale figure en ce début de saison. Limogé en octobre, le technicien nord irlandais va laisser sa place au bouillant Jurgen Klopp. En quelques semaines, l’Allemand va remettre de l’ordre dans un effectif intéressant mais terriblement inconstant. Pour les 16èmes de finale, un penalty de Milner suffira pour éliminer Augsbourg. Le tour suivant constitue un tournant. Face au rival de toujours, Manchester United, Liverpool va s’imposer 2-0 à Anfield grâce à Sturridge et Firmino. A Old Trafford, les “Reds” tiennent le match nul 1-1 et obtiennent le ticket pour les quarts de finale. Cependant, affronter le Borussia Dortmund, l’ex équipe de Klopp, ne s’apparente pas à une partie plaisir. Au terme d’un match retour dantesque, Liverpool se qualifie à la faveur d’un improbable 4-3. Facile  vainqueur de Villarreal (0-1, 3-0), Liverpool a toutes les cartes en mains pour remporter un nouveau trophée européen.

Une première mi-temps rouge

Dans un stade Saint-Jacques à guichets fermés, les hommes de Jurgen Klopp essaient d’emballer la rencontre. Positionnés en 4-2-3-1 avec Sturridge en pointe et une ligne de 3 Coutinho-Firmino-Lallana en soutien, les Anglais pressent très haut et empêchent le FC Seville de jouer son jeu de contre-attaque. Si les premières occasions sont rares, il faut attendre la 35ème minute pour voir l’ouverture de Sturridge. Joli mouvement de Firmino pour Coutinho aux 20 mètres. Ce dernier décale Sturridge sur la gauche. Frappe de l’extérieur du pied à mi hauteur de David Soria. 1-0. Si les dernières minutes de la première mi-temps voient la même domination des “Reds”, le score ne bouge pas et reste de 1-0 à la pause.

Une seconde mi-temps andalouse

On vient de reprendre la seconde période depuis une poignée de secondes, quand Mariano déborde sur le coté droit. Un centre en retrait pour Gameiro seul au point de penalty et les sévillans égalisent alors que l’on joue la 46ème minute. Sonnés par ce but soudain, les Reds ne vont jamais se relever. Revenus avec le couteau entre les dents sur la pelouse, les Espagnols vont littéralement marcher sur leurs adversaires. Si durant les minutes suivantes, les deux formations se neutralisent, la solution va intervenir peu après l’heure de jeu. Beau mouvement entre Vitolo et Banega, la balle est à l’entrée de la surface de réparation lorsque Coke déboule et envoie un missile à ras de terre dans les cages de Mignolet. 2-1. Obligé de tenter un coup tactique, Klopp sort Firmino pour Origi pour donner davantage de vitesse à son attaque. Mais moins d’une minute plus tard, sur un ballon mal dégagé Coke, encore lui, ajuste Mignolet de près. 3-1. Malgré un dernier quart d’heure emballé, le score ne bougeait plus et le FC Seville pouvait savourer son exploit.

Vainqueurs de leur troisième Europa League consécutive, les hommes d’Unai Emery concluent un cycle victorieux assez exceptionnel dans l’histoire des Coupes d’Europe. Depuis les trois Coupes d’Europe des Clubs Champions remportées par le Bayern Munich en (1974-1975-1976), aucune équipe n’était parvenue à remporter trois fois de suite une compétition européenne. Un vrai exploit. Ni plus, ni moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut