Souvenez-vous : Le "fabuleux" geste technique de Nakata !

Le 6 mars 2005, l’AS Saint-Étienne reçoit l’Olympique de Marseille. Une rencontre qui se dispute sur un terrain totalement enneigé. A la 28ème minute de jeu, le latéral gauche Koji Nakata s’apprête à faire une passe vers l’avant quand soudain…

119917384

Arrivé au mois de janvier 2005 à l’OM lors du mercato hivernal, le Japonais est titularisé face aux Stéphanois pour le compte de la 28ème journée de Ligue 1 par Philippe Troussier, coach olympien du moment. Sa première apparition lors de cette rencontre marquera à jamais les esprits ! En effet, à la 23ème minute, sous des conditions dantesques, le défenseur gratifie les téléspectateurs et le public du chaudron d’un geste exceptionnel..ou pas ! En voulant réaliser une passe en avant, ce dernier oublie tout simplement le ballon.

Ce fait de jeu comique a alimenté les conversations de tous les amateurs de foot pendant des semaines. Ce raté mythique reste un souvenir cocasse pour beaucoup. Un mois plus tard, il marque contre son camp contre le PSG au Vélodrome (1-1) et se fait huer par tout le stade..Autant dire qu’il ne met pas tous les atouts de son côté. Il ne joue que cinq matchs en six mois et débute la saison suivante comme titulaire sous les ordres de Jean Fernandez. Mais après plusieurs mauvaises prestations, il est cédé au FC Bâle lors du mercato hivernal pour finalement finir sa carrière au Japon dans le club des Kashima Antlers en 2015. A la suite de son départ du club phocéen, le joueur s’est livré et avoue en avoir gardé un très bon souvenir.

“On m’avait dit que les fans de Marseille étaient sévères, mais franchement, je n’ai pas trouvé. Ils connaissent énormément le foot, sont passionnés, mais ça ne veut pas dire qu’ils sont déraisonnables. Et puis à Marseille, je me souviens aussi avoir joué avec des joueurs super doués, comme Nasri ou Ribéry qui étaient impressionnants, en match comme à l’entraînement. Je me souviens aussi du charisme de Barthez qui apportait à notre groupe son expérience de vainqueur de l’Euro et de la Coupe du monde. Et puis, surtout, et ce n’est pas une critique, j’ai appris qu’on n’était pas toujours obligé de respecter une tactique, de ne jouer que collectif. Parfois, il faut aussi des initiatives individuelles, des mecs qui ne passent plus le ballon pour aller au dribble, qui jouent seuls, pour se sortir de situations compliquées, pour changer le cours d’un match”.

En tout cas, on gardera un bon souvenir de lui.

 Guillaume Etienne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut