Sauvons les pelouses de Ligue 1 !

Les récentes inondations survenues  à Nice ont permis de constater que malgré son implantation récente, la pelouse de l’Allianz Riviera ne résistait pas aux fortes précipitations. A quelques mois de l’Euro de football en France, la problématique sur la qualité des pelouses sportives est donc relancée.

Photo : PSG Community
Photo : PSG Community

Largement surpassés par l’excellence des « billards » du championnat anglais, les jardiniers français sont loin d’être les meilleurs élèves. Une épineuse question résolue par le Paris-Saint Germain en 2013, avec l’arrivée du jardinier Jonathan Calderwood (Aston Villa), élu meilleur Greenkeeper de Premier League à deux reprises. Ce véritable magicien de la verdure a donné une nouvelle vie à la pelouse du Parc des Princes, considérée aujourd’hui comme la plus belle d’Europe avec celle d’Arsenal. Une exception quand on sait que la grande majorité des terrains de Ligue 1 résiste très mal aux intempéries. Il était donc nécessaire d’agir afin de réhabiliter les rectangles verts qui attirent tant de spectateurs chaque semaine. Dans cet objectif, la Ligue de football professionnel (LFP) a fait appel à Calderwood lors du premier séminaire des grands responsables de pelouse qui s’est tenu à Paris le 27 Mai 2014. L’employé du PSG a ainsi pu faire partager ses connaissances et ses méthodes de travail à l’ensemble de ses homologues français.

Johnatatan CalderwoodUn premier pas en avant remarquable, qui reste toutefois insuffisant. L’heure est donc à la recherche et au développement d’un nouveau savoir-faire qui doit permettre de rendre les terrains de sport plus tenaces et durables. Maîtresse en la matière, l’entreprise Parcs et sports est venue à la rescousse de plusieurs gazons français grâce à ses techniques innovantes. Ainsi, les pelouses du Stade de France et du Stade des Alpes (Grenoble) ont été réhabilitées en utilisant le procédé Terrafoot : une implantation basée sur des matériaux entièrement naturels comme la roche volcanique pouzzolane ou le mâchefer de houille. Ce processus permet d’obtenir un sol insensible au gel/dégel avec un pouvoir d’absorption des eaux jugé cent fois supérieur au mélange le plus répandu terre-sable. Dans la même optique, la pelouse de l’Allianz Riviera de Nice, fortement endommagée il y a trois semaines, constitue l’unique parterre à avoir bénéficié du premier système de ventilation d’une pelouse sportive en France : le Terraclim.

Stade de France

Autant d’innovations onéreuses mais qui s’avèrent utiles pour l’ensemble des espaces verts du territoire français. A l’image d’un laboratoire de recherche qui effectue ses premiers tests sur les pelouses sportives, la société Parcs et Sports entend développer son savoir-faire aux espaces publics. A titre d’exemple, le Parc des Berges du Rhône à Lyon est désormais équipé du même substrat paysager que le gazon du Stade de France. Plus de 4500 mètres cubes de sols fertiles en mélange terre-pouzzolane ont été créés et d’autres parcs régionaux pourraient rapidement recevoir le même  type de revêtement, bien plus résistant.

Les jardiniers des différents clubs sportifs en France ont encore beaucoup de travail mais la dynamique de réhabilitation des pelouses est en marche et semble aller dans le bon sens, à défaut d’être coûteuse. Si tout va bien, les footballeurs pourront reprendre les paroles de Charles Trenet en Juin prochain lors de l’Euro, en souvenir du fou chantant : «J’ai retrouvé l’odeur des pelouses sportives, où tombe la sueur des athlètes complets  ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut