Les "back to home" les plus marquants de ces dernières années

Après 13 ans et 559 matchs du côté de Manchester, Wayne Rooney est de retour chez lui, à Everton. Un itinéraire suivi par plusieurs joueurs ces dernières années qui, après avoir brillé (ou pas) au plus haut niveau sont retournés dans leur club natals en héros.

Fernando Torres – Atletico Madrid

Demandez à un fan de vous décrire la carrière de Fernando Torres, et il baissera sûrement la tête, nostalgique. Du haut de ses 33 ans, Torres est un pur produit de l’Atletico. Il y effectue d’ailleurs tout son parcours junior avant de signer son premier contrat professionnel en 2000. A partir de là, il joue 244 matchs chez les colchoneros avec 91 buts à la clé. A l’âge de 23 ans, fort d’une expérience déjà considérable au haut niveau, il s’envole à Liverpool pour un montant de 36 millions d’euros.

L'attaquant de l'Atletico s'était envoler en Angleterre avec l'étiquette de futur ballon d'or.
L’attaquant de l’Atletico s’était envoler en Angleterre avec l’étiquette de futur ballon d’or.

Il confirme son statut en Angleterre dés sa première saison où il fait trembler les filets à 33 reprises. Buteur vedette des Reds, El Nino choisit de rejoindre Chelsea à l’intersaison 2011, un choix qui lui vaut de lourdes critiques. Son transfert, avoisinant les 60 millions d’euros entame néanmoins une déchéance néfaste dans la carrière de Torres. En 3 saisons et demie, il n’inscrit qu’une quarantaine de buts, là où il en inscrivait le double pour Liverpool. Meutri, le joueur tente de se relancer avec un prêt à Milan. C’est une nouvelle fois un échec.

En 2015, il est à nouveau prêté, cette fois-ci à son club formateur : l’Atletico Madrid. S’il parvient à retrouver quelques sensations, Torres est bien loin de son niveau d’antan et à désormais 31 ans, son parcours fait grincer des dents ceux qui voyaient en lui un futur ballon d’or.

Dirk Kuyt – Feyenoord

Formé aux Quick Boys au Pays-Bas, c’est à Utrecht que Kuyt rentre dans la sphère professionnelle. Il y évolue pendant cinq saisons et 184 matchs avant de rejoindre Feyenoord. Véritable tremplin à talents, le club de Rotterdam parie sur le blondinet alors qu’il n’a que 22 ans. Et une nouvelle fois, les recruteurs ont l’œil : en 122 rencontres, Kuyt inscrit 83 buts, s’élevant par la même occasion au statut de jeune à suivre de très près. C’est, trois ans plus tard, Liverpool qui parvient à réussir le joli coup, en attirant du côté de la Mersey l’attaquant pour 10 millions de livres.

Après un parcours continental brillant, Kuyt est revenu en héros dans son pays.
Après un parcours continental brillant, Kuyt est revenu en héros dans son pays.

Exilé en Angleterre, Kuyt devient un joueur clé de l’effectif et il s’illustre pendant près de 8 ans chez les Reds. Sur la scène nationale il est aussi un acteur majeur d’une génération dorée. Il porte le maillot oranje pendant dix ans et 104 matchs. En 2012, moins utilisé à Liverpool, il s’envole en Turquie à 31 ans pour ce qui s’annonce être une fin de carrière prolifique. Mais après trois années, il annonce en avril 2015 qu’il rejoindra Feyenoord à l’issue de la saison. Un choix qui lui vaut un retour en héros dans son club, acclamé par les supporters.

Mario Götze – Borussia Dortmund

 Le parcours de Mario Götze est sûrement le plus époustouflant de la liste. Milieu offensif prometteur, Götze grandit au centre de formation de Dortmund depuis 2001 et l’âge de 9 ans. En 2009, il signe un contrat professionnel et intègre l’une des générations les plus prometteuses du Borussia. Avec elle, il prend d’assaut la scène continentale pour un parcours héroïque sur l’édition 2012/2013 de C. Ce parcours est néanmoins nuancé. A la veille de la demi-finale de Ligue des Champions contre le Real Madrid, Götze confirme qu’il rejoindra le Bayern en fin d’année. Cette décision, considérée comme une trahison par les supporters du BVB, lui vaudra de sévères critiques. Il ne pourra même pas faire ces adieux contre son futur club lors de la finale, blessé.

Après un essai audacieux au Bayern, Mario Götze a préféré rentré dans son club formateur.
Après un essai audacieux au Bayern, Mario Götze a préféré rentré dans son club formateur.

Comme prévu, il rejoint la Bavière en fin de saison. Là-bas, le milieu offensif peine à confirmer son immense potentiel et doit assumer un rôle de doublure. Il vit néanmoins quelques heures de gloire, à la coupe du Monde 2014 par exemple où il marque dans les prolongations le but de la victoire. Déçu par son aventure à Munich, il décide de revenir dés 2016 chez lui, à Dortmund. Sa première saison sera amputée d’une myopathie qui l’oblige à s’écarter des terrains la moitié de la saison. A 25 ans, il a désormais repris l’entraînement depuis quelques jours, décidé à porter son équipe et son public, qui l’a ré-accepté.

Thierry Henry – Arsenal

A Londres, Thierry Henry est une véritable icône. Malgré ses débuts à Monaco et un cours passage à Turin, c’est bien à Arsenal qu’il a obtenu son statut de sérial buteur. De 1999 à 2007, il dispute 370 rencontres tout en marquant 226 buts. Il s’essaye néanmoins à une nouvelle expérience en 2007 en rejoignant le FC Barcelone. Pendant trois ans, il peine à trouver véritablement ses repères et s’exile aux Etats-Unis pour ce qui sonne, une nouvelle fois, comme une fin de carrière amplement méritée.

Mais comme si ses adieux à Londres s’étaient avérés décevants, Henry est prêté par New York en 2012 en attendant la reprise de MLS chez les Gunners. S’il ne dispute que sept matchs sous le maillot rouge et blanc, la réaction du public lors de son but en FA Cup pour son retour résonne encore dans les travées de l’Emirates…

Carlos Tevez – Boca Junior

Il était impensable de réaliser une telle chronique sans rendre hommage à l’un des retours les plus mémorables de ces dernières années. Né en 1984, Carlos Tevez rejoint le centre de formation de Boca Junior à l’âge de 13 ans. Il intègre l’équipe senior seulement quatre ans plus tard et dispute 99 match sous le maillot de Boca. Ambitieux, il quitte l’Argentine pour rejoindre d’abord, Corinthians, puis l’Europe où il débute avec West Ham. Sa première saison prolifique en 2006 lui vaut d’être repéré par Manchester United.

Après une finale de Ligue des Champions perdue, Tevez s'est offert un retour héroïque dans son club de Boca Junior.
Après une finale de Ligue des Champions perdue, Tevez s’est offert un retour héroïque dans son club de Boca Junior.

Chez les Reds Devils, il inscrit 34 buts pour 100 matchs, avant de toquer à la porte du voisin ennemi en 2009. Pendant quatre saisons, l’Argentin alterne le bon et le moins bon chez les Citizens. Il pose ainsi en 2013 ses valises en Italie du côté de Turin avec l’étiquette du buteur en pleine pente descendante. Deux années suffiront à faire de lui une véritable icône à la pointe de l’attaque de la vieille dame. Alors que son contrat touche à sa fin, il décide de faire de gros efforts salariaux pour revenir à Boca Junior, comme il se l’était promis. Après un retour prestigieux et 41 matchs clinquants, il s’envole en Chine, pour se mettre définitivement à l’abris financièrement.

Largement médiatisés et idolâtrés, ces retours en fanfare n’en restent pas moins exceptionnellement rares. Ils témoignent tout de même que, malgré les nombreux tristes constats qui dessinent le football, le ballon rond a toujours un cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut