Real Madrid : Varane parle d'Ancelotti, Benitez et de la Ligue des Champions

A la veille de sa confrontation face à la Belgique, Raphael Varane a accordé une interview au journal Le Monde dans laquelle il aborde la saison sans titre du Real Madrid mais aussi l’arrivée de Rafael Benitez.

Raphael Varane

Après une saison blanche pour les Merengue, le Real Madrid a remercié Carlo Ancelotti aussi tôt remplacé par Rafael Benitez. Peu sollicité par l’ancien coach, le joueur de 22 ans ne préfère pas « débattre la-dessus ».

“C’est vrai qu’on n’a pas remporté de titre cette saison alors que le club a un énorme palmarès et des exigences toujours très élevées. D’où une pression par rapport au fait de gagner des titres. Ces dernières années, la Ligue des champions était l’objectif prioritaire car cela faisait un moment qu’ils attendaient cette fameuse « decima ». L’objectif a été atteint (en mai 2014). On peut aussi faire une saison correcte mais ne pas gagner de titre. Le président Florentino Pérez veut « un nouvel élan ». Ce n’est pas à nous, joueurs, de débattre là-dessus. Ce sont des décisions prises au sein du club. “

Des échecs d’autant plus difficiles à accepter pour le club de la capitale qui voit son rival, le FC Barcelone, raffler tous les trophées cette saison : la Ligue des Champions samedi dernier face à la Juventus, la coupe du roi et la Liga. Pour l’international tricolore, la différence s’est jouée en fin de saison.

“Il n’a pas manqué grand-chose. Le Barça a réussi à être régulier sur la saison en Liga. Nous avons très très bien démarré avec une série de vingt-deux victoires (de septembre 2014 à janvier). On a fait un très bon début de saison. Mais c’est vrai qu’on a été moins bien sur l’année 2015. On a perdu des points sur des matchs importants. On n’a pas réussi à maintenir notre niveau. Tout se joue en fin de saison. Ce n’est pas là où on a été à notre meilleur niveau.”

Le Real Madrid est le club le plus riche du monde actuellement (549 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014). Pourtant pour Raphaël Varane, le budget n’est pas l’élément qui permets aux effectifs d’aller loin en Ligue des Champions.

“Dans le dernier carré, on retrouve les meilleures équipes, qui réussissent à être performantes chaque année et à attirer les meilleurs joueurs. C’est le très haut niveau. Après, il y a un tirage au sort. Elles peuvent se rencontrer avant. Ce n’est donc pas prévisible. On l’a vu, certains clubs avec des budgets moins importants, comme Monaco (éliminé en quarts de finale par la Juve), peuvent aussi faire de très bons parcours.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut