RB Leipzig, une ambition européenne calquée sur Monaco ?

Du haut de ses 8 ans, le RB Leipzig a gravi tous les échelons pour s’imposer comme un acteur clé de l’édition 2016/17 de Bundelisga. Encore très peu médiatisé à l’échelle européenne, le club a pourtant conquis une seconde place épatante, le propulsant directement en Ligue des Champions. Porté par un effectif jeune, néanmoins ponctué par quelques joueurs d’expériences, le dauphin allemand pourrait prétendre à un parcours calqué sur l’exemple monégasque.


Qui, en septembre 2016, aurait mis une pièce sur la présence de l’ASM dans le dernier carré européen ? Évincé par la Juventus après un parcours dantesque, le Rocher a joué les trouble-fêtes jusqu’au bout dans sa quête continentale. En début de saison pourtant, jouer cette C1 était déjà un plus pour le club de la principauté, dont l’effectif branlant chercher d’abord à se stabiliser. Puis, quelques pépites bourgeonnantes et d’innombrables confirmations plus tard, le onze monégasque s’envolait pour un sacre national et une présence de choix parmi la crème des équipes européennes.
Pour le RB Leipzig, crâneur dauphin de Bundesliga, la Ligue des Champions sera une grande première, mais de nombreuses similitudes le rapproche de Monaco, tant sur l’aspect “conquête de l’impossible à coup de billets verts”, que sur l’aspect audacieux et courageux d’un club pourtant décrié.

Dans la cour des grands

Leipzig, c’est huit divisions en huit ans. Et si les plus hostiles lui prédisaient un parcours tumultueux en Bundesliga, seul l’intouchable Bayern a su résister à la ferveur du promu allemand. Même le Borussia Dortmund, habituel antagoniste du club bavarois s’est vu chiper sa seconde place. Néanmoins, la prochaine étape risque d’enrayer la progression du taureau ailé. Une étape opaque, périlleuse, se dressant au sommet du football européen : la Ligue des Champions. Et si l’écurie Red Bull a pour habitude de brûler les échelons, cette fois-ci, la marche semble définitivement haute.

Du haut de ses 8 ans, le RB Leipzig a gravi tous les échelons pour s'imposer comme un acteur clé de l'édition 2016/17 de Bundelisga. Encore très peu médiatisé à l'échelle européenne, le club a pourtant conquis une seconde place épatante
Véritable sensation, le RB Leipzig a obtenu une seconde place méritée en Bundelisga.

Sur le papier, puisqu’on ne peut pour l’instant que se risquer à des analyses intrinsèques, Leipzig semble bien loin des autres prétendants continentaux. Se basant sur un jeu haut, porté par la contre-attaque et la vitesse de déploiement, le RB a su néanmoins faire plier les défenses les plus quadrillées de Bundesliga. Mais la rigueur européenne semble difficile : les tactiques à haut risque qui ont permis une telle réussite pourraient se heurtaient à des défenses fermés et immuables.

L’audace avant tout

Pourtant, et les dernières éditions ne contrediront pas cette idée, la scène européenne s’abonne d’année en année aux équipes “surprises”. C’est simple, depuis plusieurs éditions, un outsider se glisse dans le dernier carré, déjouant les plans d’autres cadors à priori plus huppés. Cette année, ce fut Monaco ; l’intenable club du Rocher et sa génération dorée. En 2012, on notait l’ascension du Borussia Dortmund, finaliste surprise et tombeur d’un Real Madrid pourtant imposant. On pourrait presque à ça ajouter l’Atletico de 2014 et la Juventus de 2015 qui, même s’ils s’agissaient là d’équipes crédibles, n’étaient pas vouées à se hisser si haut.
Evidemment, le RB Leipzig qui va entamer là sa première campagne européenne semble bien loin des effectifs rodés, agrémentés de plusieurs individualités évoqués ci-dessus. Une nouvelle fois, la seule comparaison légitime semble être Monaco. L’ASM, endossant alors un costume de “petit poucet” de la compétition a pris conscience de son infériorité, à la base du moins, selon les effectifs. Une largesse compensée avec brio par une bravoure et un cran à toute épreuve. Des qualités que l’on retrouve dans la saison de Leipzig qui, quoiqu’on en dise, relève de l’exploit et du courage.

Un statut plus proche du PSG

Emmené par des investissements prévus pour le long terme, le club allemand pourrait s’attacher les services de plusieurs joueurs de choix, destinés à la scène continentale. L’attractivité de la C1 pourrait peser de la balance, tout comme la crédibilité et l’efficacité du  projet. Et si l’écusson Red Bull essuie de lourdes critiques outre-Rhin, il s’ancre parfaitement dans le football contemporain. En effet, l’Allemagne étant très attachée aux valeurs et aux couleurs d’un club, ce nouveau né de huit ans chagrine les puristes. Il entre ainsi dans le cercle fermé (mais de plus en plus ouvert) des clubs construits par châteaux de billets verts comme Manchester City en Angleterre ou le Paris Saint-Germain en France.

Du haut de ses 8 ans, le RB Leipzig a gravi tous les échelons pour s'imposer comme un acteur clé de l'édition 2016/17 de Bundelisga. Encore très peu médiatisé à l'échelle européenne, le club a pourtant conquis une seconde place épatante
Malgré un stade fervent, le RB Leipzig essuie une triste réputation en Allemagne.

Et pourtant, Leipzig se détache. Malgré les investisseurs et l’argent mis en jeu par la firme autrichienne, le RB mise sur la jeunesse, un réel centre de formation et quelques joueurs de marque pour canaliser la fougue. Une fois n’est pas coutume… comme Monaco. D’abord clinquant par ses transferts cinq étoiles (Falcao, James Rodriguez), le club de la principauté a mué son projet en véritable bouillonnement de jeunes pépites. Un projet qui porte ses fruits et qui semble trouver une résonance en Allemagne.

Avec quelques recrues en plus et une ambition stable, le RB Leipzig pourrait prétendre à un rôle, d’abord, de perturbateur, puis sur la durée de protagoniste. Pour l’instant, bien malin est celui qui peut prédire le parcours du dauphin allemand à l’échelle européenne, même si Leicester et Monaco restent des exemples à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut