Pourquoi le rassemblement international d'août va sceller l'avenir de Benzema en bleu ?

Le 31 août, l’Equipe de France se réunira à l’occasion des qualifications de la Coupe du Monde. Alors que le mondial russe se profile, l’avenir de Karim Benzema sous le maillot bleu est toujours incertain, mais pourrait être vite fixé.

Il ne s’agit pas de se lancer dans un énième débat pour appréhender si l’attaquant madrilène doit ré-enfiler ou non la tunique bleue. Ni de plaider en sa faveur, ni de le dénier. Il s’agit de faire le point sur une situation qui s’éternise, et qui, si elle ne trouve pas de solution concrète et officielle pourrait être froidement réglée. Pour rappel, le destin du buteur français s’inscrit dans les mains du sélectionneur, et seulement les siennes. Pour autant, Didier Deschamps semble, soit esquiver, soit retarder l’échéance. Mais nul doute que les prochains matchs internationaux d’août nous donneront des éléments de réponse.

Une année blanche

C’était il y a désormais plus d’un an et demi, en avril 2016. Karim Benzema, impliqué dans une affaire judiciaire datant de plusieurs moins auparavant, est évincé de l’Equipe de France. Les Bleus se passent ainsi de leur buteur titulaire pour l’Euro sur ses terres. Mais alors que la justice relaxe l’attaquant et que sa suspension est levée, Didier Deschamps refuse de le rappeler. S’en suit alors des explications médiatiques éparpillées des deux partis. Lui se dit toujours disponible pour la sélection mais le coach tricolore se montre bien plus imprécis.

Avec 27 réalisations, Karim Benzema est le meilleur buteur des Bleus, ex-aequo avec Olivier Giroud.
Avec 27 réalisations, Karim Benzema est le meilleur buteur des Bleus, ex-aequo avec Olivier Giroud.

Après l’Euro, tandis que le nouvel exercice 2016/2017 pointe son nez, le buteur titulaire de l’Equipe de France, Olivier Giroud est accablé par la critique. Ses performances en club nuancées, sûrement mêlées à l’obstination du sélectionneur en la matière, font du Gunners l’ennemi numéro un d’une partie du public français. En outre, la France est clivée entre les pros et les antis Benzema. Brouillée avec un éternel débat identitaire, l’affaire présumée bouclée prend des proportions interminables.

Alors que ses résultats sportifs ne cessent d’éblouir l’Europe et qu’il obtient sa seconde Ligue des Champions consécutive, l’ancien lyonnais soulève plus que jamais les débats. Cependant, sa suspension du maillot bleu n’est, et contrairement à ce que Didier Deschamps tente de faire entendre, évidemment pas liée à ses performances sportives. Elle est due à un ensemble de dossiers extra-sportifs qui ont agacé la hiérarchie française.

Une dernière chance

Voilà donc près de deux ans que le buteur madrilène n’a plus arboré la tunique tricolore. Un comble, pour celui qui avait porté le brassard de capitaine quelques mois plus tôt. Et si son avenir international s’inscrit en pointillés, la décision de Didier Deschamps de compter, ou non, sur Karim Benzema au rassemblement d’août, devrait sceller, positivement ou négativement, la situation.

En effet, l’attaquant de 29 ans semble pratiquer le meilleur football de sa carrière et concurrence, plus que jamais, la crème des buteurs mondiaux. En toute logique, et sans fâcheuses histoires, il mériterait le statut de titulaire en Equipe de France. Didier Deschamps s’est laissé pourtant le temps d’une année pour oublier l’affaire, pourtant judiciairement bouclée. Mais il doit désormais choisir s’il comptera, ou non, sur l’attaquant français.

Auteur d'un somptueux but contre le FC Barcelone en Supercoupe, Karim Benzema démarre la saison en trombe.
Auteur d’un somptueux but contre le FC Barcelone en Supercoupe, Karim Benzema démarre la saison en trombe.

En outre, à quelques mois du mondial 2018, Deschamps doit rassembler toutes ses armes et commencer à construire son effectif. Celui-ci pourra évidemment comprendre des surprises, des éclosions en milieu de saison. Mais Karim Benzema n’en est définitivement pas une. La construction du groupe doit se faire avec ou sans lui, et dès maintenant, pour que les Français, joueurs comme supporters, soient fixés.

Plusieurs perspectives

C’est ainsi que deux opportunités s’ouvrent à Didier Deschamps. En cas de réintégration, Karim Benzema devra répondre, non seulement par un comportement irréprochable, mais aussi et surtout par des performance sportives abouties. On a souvent décrié, à raison, que le buteur n’avait pas toujours exploité ses capacités sous le maillot tricolore. Mais l’effectif a tellement changé ces deux dernières années qu’il paraît actuellement impossible de lui reprocher de manière légitime cet argument. Enfin, si Benzema figure bel et bien dans l’effectif fin août, il saura que la “hache” a été enterrée et que, s’il est de nouveau évincé (sans frasque évidemment), c’est qu’il n’apporte pas cette plus-value si attendue.

Titulaire indiscutable du Real Madrid, le mondial 2018 reste un objectif majeur pour le français.
Titulaire indiscutable du Real Madrid, le mondial 2018 reste un objectif majeur pour le français.

En revanche, si l’ancien lyonnais est, une nouvelle fois, boycotté, il mettra sûrement une croix définitive sur la sélection. S’il se dit toujours disponible pour l’équipe de France, peut-être que le buteur le sera moins s’il devait intégré le groupe en mars, en dernier recours. Au-delà de la suspension, Didier Deschamps doit faire preuve de respect envers le joueur, mais aussi envers le groupe. Lui qui prône l’importance d’un groupe soudé, ne peut pas se permettre de recaler l’un des deux avants-centres tricolores aux portes du mondial., au profit de Karim Benzema. Enfin, et de manière parfaitement cohérente, s’il n’est toujours pas rappelé d’ici juin 2018, le lien entre le buteur et les Bleus sera définitivement rompu.

En d’autres termes, août sera à n’en pas douter, le point d’orgue d’une affaire interminable. Si Alexandre Lacazette devrait prendre, sauf surprise, la pointe de l’attaque pour l’instant, le madrilène pourrait très bien jouer les trouble-fêtes.

0 commentaire pour “Pourquoi le rassemblement international d'août va sceller l'avenir de Benzema en bleu ?

  1. KB9 est le meilleur attaquant français.n.est pas selectionner il ya qlqs chose de racisme et pourtant lui n.a rien a perdre il gagne 2 trophés par saison par contre la france perds gros en 2018 russie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut