Premier League : Arsenal – City, la dernière chance pour les Gunners

Pour le compte de la 30e journée de Premier League, Arsenal et Manchester City, deux équipes clairement dans le dur, s’affrontent ce dimanche (17h) à l’Emirates Stadium dans un match sous haute tension qui pourrait sceller les derniers espoirs de qualification en Ligue des champions notamment pour les hommes d’Arsène Wenger en cas de défaite.

(©AFP PAUL ELLIS)
(©AFP PAUL ELLIS)
L’Arsenal de Wenger ne l’est plus.

Sixième au classement avec six points de retard sur la quatrième place ainsi que deux matchs en moins, Arsenal est l’ombre de lui-même et cela depuis plusieurs saisons. La fabuleuse épopée des “Invincibles” lors de la saison 2003-2004 semble bien loin. En effet, il est plus que temps de tirer la sonnette d’alarme chez les Gunners. Ridiculement éliminés dès les huitièmes de finale de Champions League pour la septième saison consécutive par le Bayern Munich (10-2 au cumulé des matchs aller-retour), avec 4 défaites sur les 5 derniers matchs en championnat, les joueurs londoniens sont au bord du précipice et ce match face au Manchester City de Pep Guardiola est clairement la dernière chance pour relancer la machine et entretenir les derniers espoirs de qualification en C1 pour la 19ème saison consécutive. Pour tenter de valider son billet, Arsène Wenger devra motiver et transcender ses troupes pour sauver le peu de crédibilité qu’il reste à la formation anglaise cette saison. Le technicien alsacien est nettement dans l’œil du cyclone et ne fait clairement plus l’unanimité auprès des supporters d’Arsenal qui n’hésitent pas semaine après semaine à souhaiter son départ. Pourtant la balle est dans le camp de l’entraîneur puisqu’une prolongation de deux ans lui a été proposée en janvier dernier. «Je ne vais pas prendre ma retraite. La retraite, c’est pour les jeunes. Pour les vieux, la retraite, c’est la mort. Bien sûr, je suis aussi affamé que quand je suis arrivé. J’ai un peu plus de pression sur les épaules qu’il y a 20 ans mais la faim est la même» a précisé le manager du club du nord de Londres. Son homologue sur le banc des Citizens est revenu en conférence de presse sur la situation de l’entraîneur français et a tenu à lui témoigner un soutien remarqué.

Quand il gagnera a nouveau, les supporters seront à nouveau heureux. Je vous le promet, à 100%. Ce n’est pas facile de remporter la Premier League, mais c’est ce que les supporters veulent. Je suis certain que les supporters d’Arsenal ont beaucoup de respect pour Arsène Wenger. Pour ce qu’il a fait et ce qu’il fait en ce moment. Mais les gens doivent comprendre à quel point le football est difficile aujourd’hui, explique Pep Guardiola.

La culture de la gagne et les leaders ont disparu.

L’ex-joueur emblématique de Manchester United, Roy Keane, ne se trompait pas lorsqu’en 2015 il proclamait déjà haut et fort que «Les joueurs sont trop tendres. Ils sont faibles. Il y a une certaine faiblesse dans ce groupe. On dirait qu’ils manquent de caractère, de leaders et de gagnants». Arsenal ne fait plus peur, les équipes viennent à l’Emirates pour s’imposer et face aux gros du championnat les canonniers ne font plus le poids. Chaque saison les objectifs sont les mêmes, jouer le titre et aller le plus loin possible en Ligue des champions sauf que les Gunners sont autant habitués à être seulement sur le podium qu’être éliminés dès les huitièmes de finale de C1. A l’époque, Arsène Wenger savait s’entourer de joueurs au tempérament de feu comme un Patrick Viera, un Tony Adams ou un Martin Keown. Ce qui est clair c’est que l’effectif ne compte aucun joueur capable de prendre la parole et taper du poing sur la table pour remobiliser les troupes.

Il y a des équipes où si vous faites quelque chose de moins bien, on vous recadre. Parfois, Sánchez essaye, mais pas de la bonne manière. Il balance les bras en l’air ou des trucs du genre. Moi, si je fais quelque chose moins bien, Glenn Whelan me recadre. Pas parce qu’il ne m’aime pas, mais parce que, parfois, il faut quelqu’un pour vous dire que vous n’êtes pas à votre niveau. On en a besoin et quand je joue contre Arsenal, je ne vois pas ça. Il n’y a pas ce genre de joueurs“, avouait le milieu de terrain de Stoke City, Charlie Adam.

(© AFPGLYN KIRK°
(© AFPGLYN KIRK°

Les Gunners auront fort à faire ce dimanche lors de la réception de Manchester City (17h). A deux points du dauphin Tottenham, les Mancuniens sont toujours dans le coup pour chiper la seconde place de Premier League. La tâche est donc de taille pour les hommes d’Arsène Wenger qui devront tout donner pour tenter de s’imposer et redresser la barre d’un navire qui chavire de match en match.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut