Pourquoi le dossier Neymar m'a dégoûté du football ?

Saga interminable d’un transfert qui se voulait être celui “du siècle”, ce coup historique prend des tournures de pâle feuilleton assaisonné aux billets verts et aux égos mégalomanes. Une sorte de série douloureuse où chaque épisode dénué d’intérêt, nous fait simplement patienter jusqu’à un climax final qui s’annonçait déjà tout dessiné.

Encore une semaine et j’en venais à crever tous les ballons de foot qui m’entouraient. L’affaire Neymar a pulvérisé, et de loin, toutes les surenchères médiatiques qui noient le football depuis plusieurs années. Une sorte de torture où chaque actualité venait planter un coup de couteau dans ce pauvre ballon rond, corrompu jusqu’à la moelle par un business qui le dépasse. Des sommes qu’on ose à peine imaginer, un amour du maillot vendu au diable pour s’offrir des contrats faramineux, des facteurs économiques, financiers et des frasques à gauche, à droite…

À cheval entre deux clubs qui tentaient, tant  bien que mal, de jouer à « qui a la plus grosse » ; un joueur fantasque s’amusant avec les nerfs des fans. Ces mêmes fans qui scrutaient les moindres battements de cils de la star, en attendant éternellement une officialisation, quelle qu’elle soit, mais en tout cas que tout cela s’arrête.

Aussi chiant que Plus belle la vie, aussi vide que Les feux de l’amour et aussi absurde qu’un prime de Secret Story : c’était le dossier Neymar, votre nouveau feuilleton de l’été. Ou quand le football se mue en une spirale de télé-réalité, vaguement sportive, mais ô combien spéculative et détestable.

Une saison 3 qui s’annonçait épique

La rumeur voulant Neymar au PSG ne date pas de cette année. En vérité, elle est aussi vieille que l’instant où le brésilien a posé ses valises en terres espagnoles. Chaque année et à chaque mercato, il faisait parti de ses joueurs scrutés par le club de la capitale qui alimentait au minimum une bonne demi-douzaine d’articles. Dans ce cercle très ouvert : Alexis Sanchez, Gareth Bale, Neymar et même Cristiano Ronaldo. Si la première année ces hypothèses se voulaient un brin excitantes pour nous, emprunts dans notre Ligue 1 pâle de ces années 2010, elles ont vite perdu toute crédibilité au rythme des échecs parisiens.

Mais là non ! Tout semblait plus concret, plus sérieux ! Plusieurs indices l’ont d’ailleurs montré : les dirigeants barcelonais tremblaient à l’heure où les joueurs des deux clubs tentaient de promouvoir leur parti. Mais ce qui semblait être “le casse du siècle”, comme le titrait si bien Football France, s’est vite révélé être encore plus chiant que ces rumeurs infondées. “Toujours plus proche du PSG” selon certains médias, “Il reste” annonce Gerard Pique, un dossier “quasi bouclé” pour d’autres… Bref, une sorte de capharnaüm incompréhensible où les vérités se contredisent, où chaque acteur tente d’y ajouter son grain de sel. Au milieu de ça, des fans, déboussolés, qui disent “se lasser” mais qui apprécient toujours autant les derniers scoops croustillants.

Sûrement la plus grande recrue que la Ligue 1 est connue, Neymar est loin de faire l'unanimité.
Sûrement plus grande recrue que la Ligue 1 est connue, Neymar est loin de faire l’unanimité.

Les Parisiens, en bleus et contre tous

Neymar au PSG, où le duel éternel des communautés de supporters. À ma droite, les parisiens, toujours avides de joueurs plus impressionnants les uns aux autres qui voient enfin leur rêve ultime d’attirer une superstar, top 3 au ballon d’or dans leurs filets. Mais plus le rêve devenait réalité, plus les parisiens se retrouvaient absolument seuls au monde, clashés pour leur fantasme de tirer le club vers le haut. Tous, absolument tous, se plaçaient contre l’arrivée de Neymar à Paris. Que ce soit les Barcelonais, tout d’abord choqués, puis aussi désœuvrés que le reste des français, qui devront trouver d’autres pics que “Le PSG attend Neymar ou Bale, mais ils se retrouvent Digne ou Cabaye”.

Alors, que mes lecteurs se détrompent : je ne suis absolument pas supporter de Paris. Oula non, bien au contraire. Mais bien malin celui qui me trouvera un argument constructif et footballistique pour se placer contre la venue de Neymar à Paris. “Il s’agit d’une injustice financière par rapport aux autres clubs de la Ligue”, ok. Mais est-ce que Paris doit être contraint à acheter des joueurs médiocres parce que le club évolue dans une ligue médiocre ?

Que se détrompent ceux qui croient que l’histoire est désormais bouclée. La prochaine saison évoquera les premiers pas de Neymar, le premier but de Neymar etc. Bref, une saison aussi palpitante que contre-productive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut