Et si Pavard s'installait chez les Bleus ?

Désormais international A depuis huit jours, Benjamin Pavard va retrouver son quotidien en club dès ce soir face au Borussia Dortmund. S’il a été satisfaisant lors de ses deux sorties avec le maillot bleu, le maubeugeois de naissance ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

En 11 matchs de Bundesliga cette saison, Pavard n'a pris aucun carton jaune. Crédit Photo : Pierre Charlier / DPPI
En 11 matchs de Bundesliga cette saison, Pavard n’a pris aucun carton jaune. Crédit Photo : Pierre Charlier / DPPI

Une sélection inattendue

Lors de l’annonce de la dernière sélection de Didier Deschamps, tous les regards s’étaient concentrés sur les nouveaux Steven N”Zonzi et Benjamin Pavard. Si le premier était proche des Bleus depuis plus d’un an, le second est arrivé comme une météorite dans la liste du sélectionneur. Outre la polyvalence et le niveau de jeu affiché par l’ancien lillois, Deschamps apprécie ce genre de profil de joueur. Jeune, collectif et travailleur, il symbolise l’état d’esprit idéal pour le patron des Bleus. Toutefois, il fallait voir ce que l’international U21 avait dans le ventre en situation…

Des débuts prometteurs

Remplaçant face au Pays de Galles, Pavard est rentré à la mi-temps à la place de Christophe Jallet sur le flanc droit de la défense française. Sobre dans son travail défensif, il n’a pas été inquiété durant 45 minutes. Mieux, il a pris ses responsabilités offensives comme en témoigne sa belle frappe sur un service de M’Bappe qui s’écrasait sur le poteau gallois. Si le bilan était positif, le niveau de l’adversaire relativisait la performance. Oui mais, quatre jours plus tard face à l’Allemagne, Pavard est de nouveau rentré en seconde période et a de nouveau fait le boulot pour les 26 minutes passées sur le terrain. Pas de poteau cette fois, mais toujours une attitude positive et une assurance dans le secteur défensif.

Stuttgart, le révélateur

Aligné à tous les matchs par son coach Hannes Wolf, le jeune Pavard est le plus souvent utilisé dans l’axe de la défense. Aux cotés de Baumgartl, il forme une charnière solide qui n’a encaissé que 13 buts en 11 matchs. Lorsqu’on connaît la valeur intrinsèque du VFB Stuttgart cette saison (12ème de Bundesliga), la performance doit être soulignée. Toutefois, le système utilisé par le coach allemand passe du 4-5-1 au 5-4-1 selon les adversaires. Dans ce cas précis, Pavard est décalé sur le flanc droit d’une défense à 5 mais aussi en… milieu défensif. Véritable couteau suisse défensif, l’ex joueur du LOSC est un bonheur pour son coach car ce dernier sait pertinemment que Pavard ne calculera rien et donnera son maximum pour le collectif.

Une concurrence chez les Bleus

Appelé officiellement pour être la doublure de Christophe Jallet pour les deux derniers matchs de l’Equipe de France, Benjamin Pavard a des arguments à faire valoir s’il souhaite être appelé par Deschamps en mai prochain. Si Jallet ne devrait pas être un concurrent coriace, quid du titulaire officiel, Djibril Sidibé ? Blessé actuellement, le joueur des l’AS Monaco part avec un vrai avantage sur ses poursuivants. Mais si Pavard continuait à enchaîner les bonnes performances en club et lors du prochain rassemblement des Bleus en mars prochain, il mettrait le sélectionneur dans l’embarras pour choisir son titulaire pour le Mondial.

Si la trajectoire du joueur de 21 ans semble prendre un coup d’accélérateur, le plus dur arrive pour le défenseur de Stuttgart. En effet, le plus important dans une carrière n’est pas de percer un jour mais bien de durer sur le long terme. Une mission périlleuse mais à la portée de Pavard…

Jajaye Panizzoli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut