Où va Chelsea ?

Champions la saison dernière, les hommes d’Antonio Conte rencontrent certaines difficultés à reproduite les performances qui avaient enchanté les amoureux de la Premier League. Si la situation comptable est satisfaisante avec notamment une 3ème place à un point de Manchester United, l’impression visuelle laissée par cette équipe laisse perplexe à plusieurs égards. Zoom sur cette situation particulière.

Crédit photo : AFP PHOTO / Roland Harrison
Crédit photo : AFP PHOTO / Roland Harrison

Un mercato raté

Malgré les arrivées d’Alvaro Morata, Antonio Rudiger, Tiémoué Bakayoko ,Danny Drinkwater et Davide Zappacosta, le mercato des Blues a été partiellement manqué. Si le talent des joueurs cités n’est pas à remettre en cause, la possibilité pour ces derniers d’intégrer le onze titulaire est en revanche minime. Certes Morata, Rudiger et Bakayoko jouent régulièrement mais le niveau affiché par l’ensemble ne fait pas forcément oublier les départs de Matic, Diego Costa voire John Terry. Acheté près de 80 millions d’euros cet été, Morata a certes marqué 9 buts en 15 matchs toutes compétitions confondues mais il ne semble pas encore à son maximum comme en témoigne son match catastrophique sur le terrain de l’AS Roma (0-3). Aligné à neuf reprises, Rudiger lui a livré plusieurs matchs de qualité (Leicester et Manchester United en particulier) mais il a été capable de passer complètement à coté de son match (Burnley et Watford). Mieux integré que ses deux coéquipiers, Tiémoué Bakayoko a lui dejà trouvé ses marques aux cotés de son compatriote N’Golo Kanté mais son niveau de jeu reste encore très perfectible.

Des forfaits difficiles

Blessé en Bulgarie avec l’Equipe de France, N’golo Kanté a manqué 5 matchs entre le mois d’octobre et de novembre. Durant cette période, Chelsea n’a remporté que deux matchs. Pire, les Blues ont même connu la défaite face au dernier de Premier League, Crystal Palace sans leur métronome du milieu de terrain. Absent pour la double confrontation face à l’AS Roma, il a terriblement manqué dans le cœur du jeu pour réguler l’activité de ses coéquipiers. Remplacé par Fabregas beaucoup plus offensif que le Français, l’équilibre de Chelsea en a souffert. Ajoutez à cela, le retour de blessure d’Eden Hazard et le manque de cohésion dans le trio défensif et vous obtenez une équipe balbutiante, très loin de la machine de guerre vue en 2016-2017.

Une situation encore rattrapable

Avec un style plus continental que britannique, Chelsea peut légitimement ambitionner un parcours européen de qualité. Seconds du groupe de la mort derrière les romains et devant l’Atletico Madrid, les hommes d’Antonio Conte ont encore leur destin entre leurs pieds en Champions League. Défaits dans les grandes largeurs sur le terrain de l’AS Roma, les Blues peuvent se qualifier dès mercredi soir en cas de victoire sur Qarabag ou dans quinze jours à domicile face aux Colchoneros. En championnat, la situation est différente. Reléguée à 9 points derrière le leader City, la formation londonienne va avoir du mal à conserver son titre. Déjà battu à trois reprises depuis le mois d’août, Chelsea n’a plus de temps à perdre pour refaire son retard. Vainqueur de leurs quatre derniers matchs de Premier League avec notamment un succès de prestige face à Manchester United, le club de Roman Abramovitch doit trouver la régularité pour entamer une remontée au classement.

Si les dernières semaines ont fait état de divergences au sein même du club (on pense au départ de Michael Emenalo du poste de directeur sportif  mais aussi au ras le bol de certains joueurs sur les méthodes d’entraînement) , Chelsea n’a pas encore dit son dernier mot. Régulièrement cités parmi les favoris de la Champions League, les Blues avancent masqué. Pour coiffer tout le monde sur le fil ? Rien n’est moins sûr…

Jajaye Panizzoli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut