National Beach Soccer: La Grande Motte Pyramide au sommet !

L’été, c’est les vacances, la bronzette, mais aussi les plages de sable fin. Le lieu idéal pour pratiquer le beach soccer. Un dérivé du football qui a quitté le pays de la Seleccao ; ce n’est plus uniquement à Copacabana qu’on peut apprécier ce spectacle. Ce sport commence à s’étendre aussi sur les littoraux français.

Ce week-end, la ville de Canet-en-Roussillon a accueilli les phases finales du National Beach Soccer 2015. Une épreuve qui s’est déroulée sur trois jours réunissant les huit meilleures équipes de France. L’occasion de vous faire (re)découvrir ce sport en ascension fulgurante.

La grande Motte Pyramide Beach Soccer, vainqueur du National Beach Soccer 2015 - © FFF / Giusepe Volpe SetUp-Marketing
La grande Motte Pyramide Beach Soccer, vainqueur du National Beach Soccer 2015 – © FFF / Giusepe Volpe SetUp-Marketing

A l’issue d’une rencontre spectaculaire, c’est l’équipe de la Grande Motte Pyramide Beach Soccer (Région Montpelliéraine) qui s’est imposée 6-4 face à l’équipe du FC St Médard en Jalles (Région Bordelaise). Une finale qui s’est déroulée en 3 tiers temps de 12 minutes sur un terrain de 35 mètres de long et 26 de large. Les 9 derniers mètres représentent la surface de réparation et les buts mesurent 2m20 sur 5m50. Le trophée était convoité par les deux équipes mais pas uniquement. Stéphane François, le sélectionneur de l’Equipe de France de Beach Soccer était présent sur l’événement, à la recherche d’éventuel nouveaux internationaux. En parallèle, durant ce week-end, le Beach Soccer Tour 2015 se déroulait. Un ensemble d’initiation et d’animations, pour faire découvrir cette discipline qui connaît l’ascension la plus rapide de ces dix dernières années à l’échelle mondiale.

Stéphane Francois - ©  FFF / Giusepe Volpe SetUp-Marketing
Stéphane Francois – © FFF / Giusepe Volpe SetUp-Marketing

« Ce sont de longues journées, mais quand la passion t’anime, ce sont des journées très agréables ! » c’est comme ça que résume Joël Cantona les trois jours de compétition. Un sport qu’il préfère appeler passion. Avec ses deux frères, Eric et Jean Marie, la fratrie Cantona a ramené un nouveau sport sur les littoraux français au début du siècle. En 2000, les infrastructures arrivent en Europe. En 2005 l’équipe de France emmenée par Eric Cantona, deviendra pour la première fois championne du Monde. Un an après, les frères Cantona, rejoignent la Fédération Française de Football pour développer encore plus vite ce sport à travers le territoire.

Ce dérivé du football « traditionnel » a quelques règles qui diffèrent. Bien évidemment, on y joue au pied. Par contre oubliez chaussures chaussettes et protège-tibias, on a uniquement besoin d’un short et d’un maillot sans oublier la crème solaire et l’eau ! Le temps des rencontres est de 3 fois 12 minutes, avec autant de changements qu’on souhaite. Deux arbitres officient de part et d’autres du terrain, avec deux suppléants. Les passes en retrait peuvent être prises à la main par le gardien, mais pas question de perdre du temps, place au jeu, les arbitres décomptent. Les joueurs ont 4 secondes pour remettre le ballon en jeu, que ce soit sur une touche, un corner ou une relance du gardien. Ce dernier est l’un des postes clés du Beach soccer. Toutes les relances peuvent être des occasions de buts, des relances qui se transforment 2 fois sur 3 en passes décisives.

Finale Beach Soccer - Retourné acrobatique
Retourné acrobatique de Leblanc Olivier (7 – Saint Médard en Jalles) contré par le défenseur de la Grande Motte El Mahrouk Kamal

« Un gardien de Beach soccer c’est l’équivalent d’un Quaterback du football américain » disait dès les années 2000 Eric Cantona. Ca se confirme encore plus aujourd’hui quand l’heure est aux retournés acrobatiques et autres gestes spectaculaires. « On fait juste plus attention aux rebonds en tant que gardien, et on a de meilleurs reflexes qu’en foot à 11 parce qu’on attend les frappes. On ne peut pas les anticiper » explique William Antonini, gardien de l’équipe de l’ESCTT Amnéville (Ligue Lorraine) troisième de ce tournoi. En dehors de ce poste, tous les autres ne changent pas réellement du football à 11. « On n’est pas cantonné à un rôle défensif ou offensif même les défenseurs peuvent se retrouver à marquer des buts » affirme tout de même Stéphane François, le sélectionneur.

_T1A0430

Un sport qui convient donc à tous, et d’ici peu même les filles pourront le pratiquer. Le nombre de terrains a triplé ces 9 dernières années. Sur le court terme, les dirigeants espèrent voir le nombre de ligue augmenter (9 ligues uniquement pour le moment) avec des terrains de beach soccer même loin de la mer (région parisienne par exemple). Ils espèrent aussi voir apparaitre des équipes de France U15, U17, U19 et espoirs, afin que toutes les générations soient susceptibles d’être sélectionnées.

Sans oublier les extras de ce sport qu’on ne voit pas dans beaucoup de discipline en France : l’ambiance festive, avec les matchs qui se déroulent en musique, les pom pom girls et le sable qui nous fait voyager en un clin d’œil.

_T1A0957

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut