Luis Suarez impressionné par Ousmane Dembélé

Dans une interview accordée au quotidien catalan Sport, Luis Suarez s’est confié personnellement pour ses 32 ans. Il revient longuement sur son coéquipier Ousmane Dembélé. Deux mois auparavant, l’attaquant français était loin de faire l’unanimité. Désormais, il peut compter sur le soutien de son compatriote uruguayen.

 

Il est jeune et beaucoup de gens lui ont dit : tu vas devenir une superstar et tout va bien se passer. Mais la réalité est qu’il a encore tant à apprendre. Ça m’est arrivé à moi aussi. Je suis passé par là et ce que je dois faire dorénavant c’est soutenir Ousmane. Il y a beaucoup de joueurs dans le vestiaire sur lesquels il peut s’appuyer pour apprendre le professionnalisme. Personne ne peut apprendre à Ousmane à taper dans un ballon parce qu’il le sait déjà. Mais la façon dont vous travaillez, dont vous vous entraînez, c’est autre chose. Il a besoin d’avoir ses routines pour continuer à s’améliorer. De toute évidence, c’est un joueur qui n’en est qu’à ses débuts, mais je pense qu’il sera l’un des meilleurs au monde.”

 

Ce n’est pas seulement sa capacité à frapper le ballon loin devant puis d’accélérer, mais parfois nous partons en contre et je ne peux pas arriver à temps ! Je ne peux pas y être et Leo est encore plus en retard sur lui. Et là, avec Leo, on se dit : « il va très vite, on ne l’attrapera jamais ! » Quand il commence à courir, il faut qu’on démarre plusieurs mètres devant lui pour être là au moment où il aura besoin de nous. Sinon, c’est impossible de suivre.”

 

Parfois, on dirait qu’il a perdu le ballon, mais il arrive quand même à le conserver. Peut-être que parfois, il ne sait pas trop où centrer, mais c’est un joueur qui aide beaucoup. D’autres fois, il est capable de marquer un but d’anthologie et de manquer une passe facile sur l’action suivante. C’est un joueur qui peut perdre sa concentration. C’est lié au moment où vous sentez que tout va parfaitement bien. A ce moment-là, vous vous dites : “Je ne vais pas perdre la balle” et c’est à ce moment-là qu’on fait une erreur bête.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut