Lucas, le nouvel homme fort du PSG ?

En l’absence de Zlatan Ibrahimovic conjuguée à une méforme chronique d’Edinson Cavani, c’est Lucas qui a endossé le costume d’homme fort de l’attaque parisienne. Souvent critiqué (à juste titre ?), il semble enfin trouvé sa place dans l’effectif parisien. Analyse.

  lucas psg

Alors que le club de la ville des Lumières se déplace sur la pelouse du Moustoir pour un déplacement à Lorient (17h), le brésilien Lucas devrait être une fois de plus titulaire du côté parisien. Régulièrement critiqué depuis son arrivée en janvier 2013 et un transfert estimé à 45 millions d’euros, l’ancien ailier du Sao Paulo FC semble enfin avoir trouver le juste milieu entre fulgurance et efficacité.

Un symbole de l’ancien Lucas ? Ce rush fabuleux contre l’OM lors du dernier clasico. Éliminer 4-5 joueurs sur plus de 50 mètres, pour au final voir son petit piqué être sauvé sur la ligne.

 

En début de saison, c’est Jérémy Menez, fraîchement débarqué du côté de l’AC Milan, qui s’en prend à l’international brésilien :

 “Lucas, ça fait deux ans qu’il est là, il a mis trois buts (il en a en fait mis 6) mais il a coûté 40 millions d’euros. Et il est Brésilien… Lucas a des qualités, pas de problèmes ! Mais aujourd’hui, vaut peut-être mieux être étranger au PSG et bien soigner sa communication..”

On attendait des réponses à ces critiques et ces interrogations. On les a eu. D’un point de vue statistique déjà. En l’absence d’Ibra et face à la réussite limitée de Cavani, c’est lui l’homme décisif du club de la capitale. En atteste son doublé face à Bordeaux. Certes des penaltys, mais cela prouve aussi une prise de responsabilité, puisque c’est bien lui qui s’est saisi du ballon pour aller les frapper. Et pour vous prouver son apport, voici une petite comparaison entre le parisien et … Jérémy Ménez.

menez lucas

Des statistiques qui n’ont rien à envier au niveau milanais, auteur, il est vrai, d’un début de saison canon mais plus en retrait depuis l’arrivée de Torres. Alors comment Lucas explique t-il ce gonflement de ses statistiques ?

“Je suis d’avantage prêt, plus à l’aise au sein du club. J’ai d’avantage confiance en moi. J’ai plus d’espace. Avec le coach Ancelotti, je devais absolument rester sur le côté droit, maintenant je peux couvrir tout le terrain et ça me convient mieux. J’essaye d’accélérer, de provoquer une faute du défenseur, et de créer des occasions. C’est mon rôle”

Espérons maintenant pour lui et pour le Paris Saint-Germain qu’il maintienne ce niveau de jeu toute la saison et, notamment lors des matchs importants qui arriveront après le trêve hivernal en Ligue des Champions.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut