LOSC : Hervé Renard l'homme qui a le goût du risque.

Chevelure dorée, chemise blanche et sourire étincelant, ce sont les atouts qui ont font le charisme d’Hervé Renard. Ses victoires ont fait de lui l’un des entraineurs les plus convoités du mercato. Fraichement débarqué dans le froid Lillois, le remplaçant aime les défis relevés. Portrait d’un globe-trotter qui a le goût du risque. 

 Hervé Renard - Losc

« J’aurais pu avoir une vie tranquille avec énormément d’argent. A la place, j’ai choisi la difficulté et j’ai choisi Lille ». Pour Hervé Renard, si Lille représente la difficulté c’est parce que la Côte-d’Ivoire aurait été une destination dorée. Après avoir remporté la Coupe d’Afrique des Nations avec les éléphants en février dernier, le sélectionneur était un modèle, un homme adoré et adulé par le peuple. La fédération ivoirienne lui proposait à l’époque un très beau contrat s’il acceptait de rester.

Mais Renard préfère la jungle de la ligue 1. Il préfère les défis à la tranquillité. « Seul un club dans le top 8 français pouvait me faire quitter une sélection championne d’Afrique qui vaut un 20e rang au classement FIFA. Je ne serais pas venu en France pour jouer la seconde partie de tableau dans des infrastructures moyennes ».

Un défi qui reste beaucoup moins important que celui qu’il a connu il y a quelques années.

En 2011, cet aventurier pose ses valises en Zambie après être passé, entres autres, en Algérie, Chine, Angola ou encore au Ghana. Il réalise alors l’exploit de remporter la CAN à la surprise général. Une prouesse qui lui permettra d’être remarqué par Sochaux. Direction donc le Doubs pour le globe-trotter. Mais le challenge est alors d’une toute autre envergure : Hervé Renard doit maintenir dans l’élite le club qui a joué le plus de saison en ligue 1. Ce n’est pas chose facile pour l’entraîneur qui arrive en cours de saison (9è journée). La fin de la première phase ne sera pas simple pour son équipe. La 2ème partie de saison sera synonyme d’espoir mais les sochaliens se relèguent à la dernière journée (Défaite 3-0 à domicile face à l’Evian Thonon-Gaillard).

Hervé Renard - Cote d'ivoire

Après cet échec, Hervé Renard retourne sur les terres qui l’ont fait connaître. Il reprend alors la Côte-d’Ivoire qu’il mène donc jusqu’au sacre ultime, en février 2015.

Cette saison, les objectifs ne sont pas les mêmes pour le natif d’Aix-les-Bains. Il n’est plus question de maintien. Pourtant sa direction ne lui réclame pas ouvertement l’Europe. En effet, en signant le néo-Lillois savait qu’il n’avait qu’une enveloppe de 40 millions à sa disposition pour les transferts.

Son effectif a été considérablement rajeuni. Et il lui manque cruellement un réel buteur. « Quand on mène jusqu’au bout un effectif comme celui de la cote d’ivoire, on peut mener n’importe quel groupe. Ca coule tellement de source pour moi »

Michel Seydoux et Jean Michel Vandamme souhaitent juste voir un projet de jeu revenir dans le nord. Son prédécesseur, René Girard, avait une moyenne de 1,13 buts/matchs. Cela devrait être simple de faire mieux…

Hervé Renard est donc attendu au tournant en ce début de saison où il affrontera Monaco, Bordeaux, et Lyon d’ici au 12 septembre. Mais sa première échéance est dès ce vendredi avec la réception du champion en titre, le PSG, à 20h.

Hervé Renard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut