Liverpool a forcé

Grâce à une fin de match rocambolesque, les Reds se sont imposés 3-2 au Loftus Stadium à QPR.
1413730267368_Image_galleryImage_QPR_V_Liverpool_Premier_l

Après un début de saison plus que moyen, Liverpool devait se reprendre en enchaînant un deuxième succès de rang en Barclays Premier League. Le déplacement à QPR cette après-midi semblait l’occasion idéale pour emmagasiner le plein de confiance avant la réception du Real Madrid.

Cependant, malgré la victoire, les hommes de Brendan Rodgers ont montré un bien faible niveau de jeu et une fébrilité défensive incessante. Pas de bonne augure avant la venue des machines à buts du Real Madrid. Très vite désarçonné autant physiquement que techniquement, les Reds prenaient l’eau petit à petit face à une équipe de QPR méconnaissable. Evoluant à son meilleur niveau depuis le début du championnat, les londoniens sont passés plusieurs fois à côté de l’ouverture du score.

Faible défensivement et reposant sur un médiocre Balotelli pour seul arme offensive, Liverpool a tout de même ouvert le score via l’intermédiaire de Richard Dunne, défenseur de QPR, qui nous gratifia d’un csc malencontreux. Peu après, Mario Balotelli rata l’immanquable.

Le match s’emballa réellement à l’heure des changements. Philippe Coutinho monta au jeu pour Liverpool alors qu’Harry Redknapp joua le tout pour le tout en faisant monter Eduardo Vargas. Pari gagnant puisque celui-ci égalisa à la 86e minute de jeu. Ensuite, c’est une fin de match de folie qui se déroula au Loftus Road Stadium. Tout d’abord, Philippe Coutinho, fraichement monté au jeu, se joua de la défense adverse pour redonner l’avantage au Red’s à la 90e minute de jeu. Certain de la victoire, Liverpool relâcha les boulons derrière et Vargas, encore lui, égalisa pour QPR à la 92e minute faisant exploser le stade! Les londoniens vont même espérer gagner la rencontre en poussant vers l’avant. Erreur fatale puisque Sterling parti en contre, centra et vit le ballon poussé par le défenseur de QPR, Caulker, dans ses propres filets. Nous sommes à la 95e minute de jeu et l’arbitre du match décide enfin de porter le sifflet à sa bouche. Une victoire non méritée pour Brendan Rodgers qui ne pu cacher son mécontentement à la fin du match.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut