Serie A : Et si l'Inter de Milan était redevenu un top club en Italie?

Depuis son titre européen acquis en 2010 sous les ordre du Special One, José Mourinho, le club a connu une longue descente aux enfers, jusqu’à rater le bus des places européennes à plusieurs reprises. Une flopée d’entraîneurs et de joueurs ont essayé de remonter le club au sommet, en vain. Pourtant, avec l’arrivée en 2013 du nouveau propriétaire indonésien Erick Thohir, les Interistes apparaissaient de nouveau conquérants. Le changement souhaité n’a toutefois pas eu lieu . Passé sous le pavillon Chinois cette saison, les lombards commencent enfin à montrer un autre visage et aspirent même à redevenir ce club tant redouté. Explications.

Enfin le bon coach ?

Stefano Pioli (©AFP GIUSEPPE CACACE)
L’ancien coach de la Lazio, Stefano Pioli, redonne des couleurs à l’Inter. (©AFP GIUSEPPE CACACE)

Franck de Boer devait relancer le club pour cette nouvelle saison 2016-2017 avec un effectif de qualité. Intronisé le 9 août à la tête de l’équipe, la tâche ne semblait pas insurmontable au vu des arrivées du mercato estival comme celle du portugais Joao Mario, de l’argentin Ever Banega ou encore de l’italien Antonio Candreva en provenance de la Lazio. Malheureusement, tout ne s’est pas passé comme prévu. Début novembre et après un énième revers contre la Sampdoria (1-0), le technicien néerlandais a été démis de ses fonctions.

Pour le remplacer, les dirigeants ont fait appel à Stefano Pioli, ancien entraîneur de la Lazio de 2014 à 2016, pour éviter de revivre une saison galère. Un choix judicieux puisque le club a trouvé une stabilité qu’on ne lui connaissait plus. Avec l’italien sur le banc, les bleus et noirs n’ont perdu que 3 fois, contre les 3 premiers. Les Intéristes pointent désormais au 4ème rang et compte 54 points. Bien loin de la 11ème place laissée par le hollandais en novembre dernier. Un changement radical.

Une équipe de nouveau homogène

“Je suis fier de faire partie de cette famille, c’est un club spécial qui a une grande histoire et je veux marquer cette histoire”. Les attitudes ne mentent pas. Joao Mario n’aurait peut être pas tenu le même discours il y a 5 mois. La cohésion paraît enfin être solide et c’est toute une équipe qui va de l’avant. En atteste leur dernière victoire  7-1 contre l’Atalanta Bergame, 6eme de Série A. Mais cette renaissance est en partie dû à la forme étincelante de son jeune capitaine, Mauro Icardi.

Depuis sa brouille avec les tifosis suite à la parution de son autobiographie en octobre 2016 – où il prônait des messages houleux envers une association de supporters, La Curva Nord – et ses excuses publiques, le gamin de Rosario, en Argentine, marche sur l’eau. Il en est à 22 buts toutes compétitions confondues et reste sur un triplé dimanche. Mental d’acier. Le nouveau système de jeu aussi, en 4-2-3-1, correspond beaucoup mieux aux acteurs lombards où Roberto Gagliardini rayonne et le français Geoffrey Kondogbia retrouve des sensations. Les  roulements ne régressent plus le niveau de l’équipe à l’image du poste de milieu offensif que se dispute Ever Banega et Joao Mario. Les deux font la paire.

Mauro Icardi (©AFP GIUSEPPE CACACE)
Mauro Icardi occupe la deuxième place du classement des buteurs de Serie A. (©AFP GIUSEPPE CACACE)

Les vieux démons semblent derrière les nerazzurri mais attention au faux pas pour ce club encore fragile. Les prochaines semaines promettent d’être décisives.

Jonathan Morin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut