Ligue des Champions : Arda Turan glisse un tacle aux Parisiens après la "remontada" !

La qualification historique du FC Barcelone face au Paris Saint-Germain a fait et fera encore longtemps le tour de la planète football. Pourtant, à l’issue du match aller, après une prestation sensationnelle des Parisiens à domicile (4-0), selon les statistiques, les joueurs de la capitale avaient 100% de chances de se qualifier. Mais sachez-le, les statistiques sont faites pour être démenties. Et la preuve en est, les Blaugranas l’ont illustré à merveille avec cette qualification inouïe en retournant la situation au match retour (6-1). En effet, ces derniers croyaient dur comme fer en un exploit et n’ont pas manqué de motivation. Heurtés, touchés dans leur égo par le comportement déplacé de certains Parisiens qui se voyaient trop beaux, les Catalans n’ont pas eu grand mal à trouver l’envie et la motivation nécessaire pour renverser la vapeur. Arda Turan en est le parfait exemple et s’exprime à ce sujet.

(©AFP ALBERT LLOP)
(©AFP ALBERT LLOP)

Quand Neymar a marqué, nous sommes revenus au milieu du terrain sans même célébrer. Vous pensez à ce moment-là que votre équipe ne marquera pas six buts en Ligue des Champions. Surtout contre un équipe comme le PSG. (…) Mais je l’ai dit quand nous avons marqué le cinquième but, que nous avons la possibilité de le faire. Nous avons tous été choqués dans le vestiaire après la victoire. S’il y a qu’une équipe qui pouvait réaliser ça, c’est Barcelone. Je ne suis pas désolé pour le PSG. Nous avons été ravis de faire ça à notre adversaire. Après le match aller, le PSG ne s’est pas fait de soucis. Certains joueurs faisaient des signes de victoire avec leurs mains. Que ce soit Messi, Suarez et Neymar ou une autre équipe, vous ne pouvez-vous réjouir de cette façon”, a déclaré le milieu turc dans Fanatik.

Souvenez-vous à l’issue de la “Remontada”, c’est Neymar qui avait lancé les hostilités en se payant Adrien Rabiot et Layvin Kurzawa sur ce cliché mémorable. Il est de bonne guerre de se chambrer dans le millieu du ballon rond mais en attendant ce sont bien les Barcelonais qui ont marqué l’histoire et qui doivent encore jubiler.


Guillaume Etienne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut