Ligue 1 : Marseille, plus belle la vie sans Payet ?

Recruté en fanfare il y a presque un an durant le mercato hivernal, Dimitri Payet semble sur une mauvaise spirale depuis quelques matchs. Moins performant et surtout peu décisif, le capitaine de l’OM ne fait pas l’unanimité pour lui. Pire, certaines voix militent pour son retrait du onze titulaire au profit de Morgan Sanson. Zoom sur le paradoxe offensif marseillais.

AFP PHOTO / PASCAL GUYOT
En 15 matchs disputés cette saison avec l’OM, Dimitri Payet n’a inscrit aucun coup franc direct . Crédit photo : AFP PHOTO / PASCAL GUYOT

Des stats insuffisantes

Depuis le début de la saison, Dimitri Payet a joué 11 matchs de Ligue 1 pour un total de minutes jouées de 884 minutes. Capitaine depuis le début de saison, l’ex joueur de West Ham totalise un but et quatre passes décisives. Un bilan à nuancer car en revoyant les images, Payet est davantage le dernier passeur qu’un passeur décisif pour Luiz Gustavo face au PSG et Thauvin face à Guingamp. Leader offensif, Payet assume son rôle de premier passeur de l’équipe avec 3,5 passes clés par match loin devant Thauvin (2,3 passe clé) Sanson (1,5 passe clé). Toutefois, avec seulement 80,8% de réussite dans ses passes, le natif de Saint-Pierre n’est que le 12ème olympien. Pire, sa qualité de dribbles est en chute libre comme le montre son ratio de dribble réussi par match (1,1 par match) loin derrière Thauvin, Ocampos ou même Sanson.

Un positionnement inadapté

La plus grosse carence de cet OM 2016-2017 est bien le manque de complémentarité dans le secteur offensif. Avec N’jie, Ocampos, Germain, Payet, Sanson, Thauvin et Mitroglu, ils sont sept pour quatre postes. Au delà du nombre conséquent, peu de joueurs se détachent comme de vrais titulaires indiscutables. Hormis Thauvin et Payet, personne n’est assuré de démarrer tous les matchs. Si l’ailier droit réalise une saison pleine, le meneur de jeu ne retrouve pas son meilleur niveau. Poitionné à gauche du 4-3-3 en début de saison, il n’a pas convaincu. Blessé pour l’ouverture du championnat, il revient contre Rennes dans l’axe. Catastrophique, il prend l’eau comme tout le monde. Depuis, il est baladé à gauche et dans l’axe en fonction de l’adversaire mais il n’a jamais été envoyé sur le banc à l’inverse d’un Sanson par exemple. Incapable de travailler défensivement, il n’apporte rien sur son coté si ce n’est de se recentrer sur chacune de ses prises de balle. Hormis sa faculté à garder le ballon qui lui permet encore de faire illusion, il ne fait plus de différence en 1 contre 1. La faute à une condition physique précaire sûrement…

Sanson, vrai allié ou principal concurrent ?

Sur le papier, Morgan Sanson et Dimitri Payet peuvent être complémentaires. Entre un milieu relayeur technique et un meneur de jeu tout aussi technique, le feeling peut et doit passer. Cependant, le schéma utilisé par Rudi Garcia depuis la défaite à domicile contre Rennes fait cohabiter les deux techniciens dans un certain flou. Plus à l’aise dans un milieu à 3 comme principal piston, l’ex montpelliérain a été trimballé à gauche et aux cotés de Luiz Gustavo. Sans succès. En revanche, lorsqu’il est aligné comme meneur de jeu axial lorsque Payet est absent, il rayonne. Buteur face à Lille et Caen, il réitère la semaine suivante face à Bordeaux alors qu’il est un cran derrière Payet. Plus collectif et moins regardant sur ses statistiques que son concurrent, Sanson apporte de la simplicité dans le jeu de l’OM. Dimanche dernier face à Montpellier, le contraste était saisissant entre un Payet qui forçait ses gestes et Sanson qui jouait juste et toujours collectivement…

Et maintenant ?

En revenant à Marseille, Dimitri Payet a fait un choix affectif et financier. Si personne ne peut remettre en cause son attachement au maillot olympien, force est de constater que ce dernier a joint l’utile à l’agréable en signant son dernier contrat à l’OM. Fortement souhaité par son entraineur, il bénéficie d’une gestion particulière. Malgré des performances décevantes, le réunionnais ne va presque jamais sur le banc. A moins d’être aveugle, laisser Payet évoluer sur le coté gauche est une grave erreur tactique car cela laisse Amavi animer tout le flanc gauche, seul. Sans véritable spécialiste du poste, Garcia a tenté plusieurs paris comme N’jie ou Ocampos. Peu concluants ces essais ont amené le coach de l’OM à faire le choix par défaut Payet à gauche, pour le résultat qu’on connait. Enfin, son apport sur coup de pied arrêté ne saute pas aux yeux car il n’a pas inscrit le moindre coup franc depuis le début de saison…

A quelques mois du Mondial, Dimitri Payet a laissé passer le bon wagon. A moins d’une brillante seconde partie de saison et d’une remise en question immédiate, le marseillais verra la Coupe du Monde en Russie depuis sa télévision. Attention tout de même, à ne pas finir par voir les matchs de l’OM à la télévision également…

Jajaye Panizzoli
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut