Les raisons de la révolution Inter

Second de Serie A, l’Inter Milan a entrepris une véritable révolution en douceur cet été. Si plusieurs facteurs peuvent expliquer cet excellent début de saison, tous les observateurs s’accordent à dire que l’arrivée du nouveau coach est la principale raison de ce départ en boulet de canon. Zoom sur ce qui a vraiment changé cet été à l’Inter.

Depuis son arrivée en Serie A, Icardi a marqué 92 buts en 166 matchs. Crédit photo : Morgese - Rossini / DPPI
Depuis son arrivée en Serie A, Icardi a marqué 92 buts en 166 matchs. Crédit photo : Morgese – Rossini / DPPI

Un vrai coach

En nommant l’ancien entraîneur de l’AS Roma sur le banc, les dirigeants interistes souhaitaient avant tout s’éviter une saison comme la précédente où quatre coachs s’étaient succédés. Outre le profil de management de Luciano Spalletti, son approche tactique a séduit le board de l’Inter. Capable d’inventer une place de faux numéro 9 à Francesco Totti à la fin des années 2000, ce tacticien hors pair sait optimiser le talent mis à sa disposition. Avec un effectif de qualité où l’on peut retrouver des joueurs du calibre d’Icardi, Candreva, Perisic, Handanovic, Miranda ou encore Joao Mario, la mission de Spalletti semblait difficile mais pas insurmontable. Toutefois pour y parvenir, un bon mercato était obligatoire.

Un mercato discret

Pendant que le voisin milanais allongeait les billets, l’Inter est restée plus sage. Si le montant global est tout de meme proche des 80 millions, aucun top player n’est venu rejoindre Appiano Gentile, le centre d’entraînement nerazzurro. En recrutant Borja Valero, Skriniar, Vecino, Cancelo ou Dalbert et Karamoh, l’encadrement interiste cherchait davantage à compléter l’effectif qu’à trouver une colonne vertebrale. Rapidement, les deux anciens de la Fiorentina Vecino et Valero sont devenus titulaires pendant que Skriniar s’est imposé comme titulaire indiscutable aux cotés de Miranda. Solides et réalistes, les interistes ont pris un maximum de points sans forcément développer du beau jeu lors des premières journées.

Le derby comme tournant

Face au rival rouge et noir, l’Inter joue plus qu’un simple match. Ce derby si important peut véritablement conditionner la suite de la saison dans un sens comme dans l’autre. Opposés à une équipe encore en construction, l’Inter a d’abord contrôlé puis mené au score. Bien bougés en seconde mi-temps, ils ont arraché la victoire dans le temps additionnel grâce à un penalty d’Icardi. Faisant suite à deux buts inscrits plus tot dans le match, l’Argentin ajoutait une touche particulière en célébrant son but comme Messi face au Real Madrid la saison dernière. Cette victoire au forceps a donné une sensation de force à l’Inter. Capables de battre le rival tout en ayant déjà battu l’AS Roma et la Fiorentina précédemment, cette équipe pouvait légitimemement s’imaginer réaliser une saison de folie.

La force tranquille Icardi

Pour prétendre jouer les premiers rôles en Serie A, il faut une bonne défense et un bon buteur. Avec le trio Handanovic-Skriniar-Miranda l’arrière garde semble sure. En ce qui concerne le buteur, l’Inter le possède dans son effectif depuis plusieurs années. Oui, il n’est pas le plus rapide des numéros 9. Ok, il n’a pas une technique extraordinaire. Mais quelle intelligence de jeu et surtout quel timing pour un joueur d’à peine 1m80. Capable de cadrer dans presque toutes les positions possibles, il est un véritable calvaire à marquer. Sentant le jeu comme peu, il bénéficie du travail d’une équipe qui joue clairement pour lui. Capitaine depuis plusieurs saisons, il fait désormais l’unanimité dans les travées de San Siro. Au club depuis 4ans, il rêve de disputer la Champions League avec son club de cœur. Un rêve qui peut réellement se produire en fin de saison…

En dépit des habituelles questions sur l’instabilité chronique au sein même de l’Inter, cette saison semble enfin sourire au club interiste. Si le mercato d’hiver venait à corriger certains manques dans l’effectif et que la spirale reste identique d’ici Noël, le doute n’aura plus sa place. L’Inter sera bel et bien de retour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut