Les 10 phrases que l'on sort tous lorsqu'on est au stade

Le foot, c’est cool, mais c’est quand même ultra répétitif. Et les amoureux du ballon rond ne vous diront jamais le contraire. Au stade, si chacun a ses mimiques et sa façon de voir les choses, on a toujours ces phrases type et immanquables. On vous en a sélectionnés dix.

1. « Tu penses que ça va suffire avec ce pull ? »

Cette phrase est absolument inévitable, mais dans certains conditions précises. Tout d’abord, lorsque vous vous préparez avec vos amis, à quelques minutes de partir. Dehors, c’est l’hiver. Il fait froid à n’en plus finir et vous avez peur. Comme à chaque fois, vous demandez si vous vous êtes assez habillés pour ne pas tomber malade. Votre pote, lui, n’est pas forcément rassurant. « Alors moi, j’ai mis un maillot de corps, un pardessus, un pull, un sweat-shirt, ensuite un autre pull et ma veste. J’ai aussi mis un paire de collants et ma paire de chaussettes de foot. » Ne faites pas semblant, on a tous mis des collants!

2. « T’as pris les places ? »

S‘écrit le seul mec qui possède une imprimante dans le groupe. Les regards se croisent, les poings se serrent, mais très vite décontractés au rythme de la douce voix de Jean-Michel Prévoyant, garant des places depuis 1967 alors qu’on lui demande rien. Ce même Jean-Michel qui concocte ces savoureux sandwichs beurre/emmental, soucieux de ne pas payer 76€ deux tranches de pain de mie à la buvette.

3. « Bon on se met là, et si quelqu’un arrive on change. »

Pourquoi ? S’il vous plaît, que quelqu’un explique pourquoi les places de stade sont toujours déjà occupées. Il y a forcément un premier arrivé, la tribune vide qui choisit de se mettre à la mauvaise place entraînant un effet boule de neige qui se termine par une embrouille entre ton pote un peu éméché, pas content de se retrouver au rang derrière.

4. « On va prendre une bière avant que tout le monde y aille à la mi-temps ? »

Propose votre pote, peut-être un peu moins sensible au football, mais bien plus à la douce mousse de 25 cl qui orne les blondes du stade. Néanmoins, ceci est un véritable piège : on vous déconseille très fortement de le suivre, parce que c’est souvent à cet instant précis que votre équipe, soucieuse de vous voir partir vers la buvette, décide de mettre un coup d’accélérateur et de marquer. Et pas n’importe quel but, évidemment, une retournée acrobatique de 30m que vous allez finalement voir en replay sur un article de La Beauté du Football parce que vous n’êtes qu’un alcoolique! Oui.

5. « On ne mérite pas de le gagner ce match » (phrase réservée aux plus de 50 ans)

Aller au stade avec votre père, ou votre grand-père, c’est aussi prendre le risque d’y aller avec quelqu’un de beaucoup trop lucide. Sachez-le, et c’est scientifiquement prouvé : après 50 ans, l’âme du supporter se fait sauvagement aspirer par celle de la lucidité et du respect de l’adversaire. Alors voir votre père applaudir sur un “beau but” alors que votre équipe se prend 4 buts et une frappe pleine lucarne, non, ce n’est jamais agréable.

6. « Allez, dedans, tout de suite !  »

Hurle votre pote alors que le coup de sifflet vient à peine de retentir. Il tape dans ses mains comme un ahuri pour encourager son équipe, mais surtout pour s’encourager lui-même. Car il a peur. Oui : peu importe qui vous affrontez, ni dans quel contexte, un match de foot commence toujours à 0 – 0. Cette anecdote est néanmoins plus prononcée dans certains clubs, notamment à Lille, Bordeaux et Saint-Étienne. Courage les potos!

7. « Oh la biscotte là ! Ils font ça depuis le début ! »

S’écrit Jean-Michel Nerveux à la 2ème après une légère poussette d’un adversaire. Le rôle du douzième homme doit être pris à coeur et une haine éperdue envers le corps arbitral doit être éprouvé. Avez-vous déjà vu un supporter sortir d’un stade se satisfaisant “ah oui, super arbitre aujourd’hui” ? Non. Même en cas de victoire 4 buts à 0 avec deux buts hors-jeu et deux penalties sifflés, le supporter se doit de retenir ce tirage de maillot non sifflé en première période.

8. « Mais pas à lui !! »

Peu importe le match, peu importe le stade : il s’agit de la phrase NUMÉRO 1. De votre tribune, vous avez l’impression d’être Guardiola. Vous demandez à votre latéral gauche de se replacer car il est tranquillement en train de faire ses lacets. Vous criez sur le retour d’un défenseur car vous avez vu le pressing de l’attaquant. Et bien sûr, en tribune, vous voyez tous les appels. TOUS, sans exception. C’est évidemment ça la différence entre un match de foot et FIFA, n’est-ce pas ? Les joueurs sont humains et ne disposent que de deux yeux. C’est triste, mais c’est comme ça.

9. « Pas Mitroglou ! PAS MITROGLOU ! » phrase exclusive aux supporters marseillais

Au Vélodrome, parfois, tout peut bien se passer. Jusqu’au moment où un vendeur de kebab gréco-turc s’avance vers la ligne de touche et s’apprête à faire son entrée. À partir de ce moment-là, 95% du stade se prend la tête dans la main (les 5% plissant les yeux pour tenter de savoir qui va faire son entrée). Cette phrase étant évidemment déclinable selon les stades. Au Parc OL : “Pas Cornet !”, par exemple.

10. Insulte quelconque envers l’arbitre 

Plus ou moins softs, plus ou moins originales. C’est simple : quand votre équipe perd, ce n’est pas de sa faute, mais celle de l’arbitre. C’est aussi simple quand elle gagne :  l’arbitre est toujours, TOUJOURS, contre vous. Pour les supporters nantais, on peut accepter la phrase “Le tacle est trop virulent, Monsieur l’arbitre”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut