Le projet monégasque en question…

Avec les départs de James Rodriguez et Falcao, ajoutés à l’absence de remplaçant pour ses deux joueurs, l’équipe monégasque s’est affaiblie. Plus largement, c’est l’ensemble du projet, mené par son président russe, qui pose aujourd’hui question. Retour sur la naissance de ce projet et sur ces derniers rebondissements.

1292535-27843571-1600-900

Un nouveau Monaco
Décembre 2011, l’homme d’affaire Dmitri Rybolovlev prend le contrôle de l’AS Monaco en devenant l’actionnaire majoritaire du club. Petite révolution sur le rocher puisque Monaco se retrouve pour la première fois de son histoire non plus aux mains de la famille princière mais dans celles d’un étranger.
L’ASM, alors en ligue 2, voit son effectif renforcé dès le mercato hivernal grâce à son nouveau président. Néanmoins, une demi saison ne suffira pas à l’équipe pour remonter en ligue 1. Il faudra attendre une saison de plus et l’arrivée de nouveaux joueurs et d’un nouvel entraîneur en la personne de Claudio Ranieri. Dmitri Rybolovlev montre ainsi sa volonté de voir son club retrouver la ligue 1 dès la saison prochaine avec de gros transferts telle que la signature de Lucas Ocampos pour 11 millions d’euros. Après 38 journées, l’ASM est sacrée champion de France de deuxième division et donc promue en ligue 1.

A l’été 2013, Monaco entre alors dans une nouvelle dimension avec un recrutement colossal. Le club fait signer des jeunes prometteurs comme James Rodriguez, Anthony Martial, ou Geoffrey Kondogbia. Mais également des joueurs expérimentés tels que Eric Abidal, Jérémy Toulalan ou Ricardo Carvalho. Enfin, l’ASM s’offre les services de la star colombienne de l’Atletico de Madrid, Falcao pour 60 millions d’euros. A la vue de ces arrivées, l’ASM devient, aux yeux de nombreux observateurs, le seul club pouvant se rapprocher voire rivaliser avec le PSG.
Ce recrutement démontre les ambitions de son actionnaire majoritaire Dmitri Rybolovlev. Monaco apparaît comme très ambitieux et communique en ce sens comme en témoigne les campagnes de publicité mettant en scène les nouvelles recrues du club.
Cependant, l’arrivée de nombreux joueurs n’est pas toujours synonyme de résultats. Ainsi, certains ont pu craindre que l’alchimie ne prendrait pas. C’était sans compter sur les talents de Ranieri qui fera naître une équipe.
Le club, fraîchement promu en ligue 1, terminera cet exercice 2013-2014 à la deuxième place, à neuf points du PSG, se qualifiant ainsi pour la phase de poule de la Ligue des Champions.

asm-jeremy-toulalan-je-suis-monaco-toulalan

Quel avenir pour l’ASM ?
Ce retour en ligue 1 se solde donc pour l’ASM par de bonnes performances permettant au club d’espérer encore mieux la saison prochaine. Néanmoins, l’été 2014 soulève de nombreuses questions sur l’avenir sportif de Monaco. Le club monégasque n’a, en effet, pas su retenir la révélation du mondial brésilien, James Rodriguez, parti au Real Madrid contre 90 millions d’euros.
Ce départ bien que préjudiciant pour Monaco, aurait pu permettre l’arrivée de joueurs de niveau mondial pouvant porter à leur tour le projet monégasque. Or, le mercato estival de Monaco s’est limité à la signature de jeunes joueurs comme Tiémoué Bakayoko ou Paul Nardi. Évidemment, ces jeunes sont l’avenir de l’ASM mais un projet comme celui mené par Dmitri Rybolovlev doit avoir pour tête de gondole une voire plusieurs stars du football. Le Monaco si ambitieux la saison passée semble avoir perdu de sa superbe. Le président russe de l’ASM aurait de surcroît décidé de limiter ses investissements, ce qui expliquerait ce mercato maussade..
Enfin, l’accord entre Monaco et Manchester United concernant le prêt de Falcao, ampute le club monégasque de l’un des meilleurs buteurs au monde mais il le prive aussi de sa tête d’affiche. Or il est primordial pour Monaco afin de continuer de grandir d’être incarné par une star.

Une nouvelle stratégie ?
Récemment, dans une interview à l’Équipe, le vice-président de l’ASM, Vadim Vasilyev, expliquait qu’il était primordial de modifier le projet monégasque :

“Il y avait deux chemins possibles. Le premier était de dépenser beaucoup, ce qu’on a fait au début. Le second, maintenant, est de construire un projet intelligent à long terme. Alors oui, ça prend plus de temps, c’est moins glorieux, on en parlera moins dans la presse, les gens vont être inquiets, ce ne sont plus des stars et c’est moins glamour… Mais on y croit. Si on avait continué dans notre premier chemin, on aurait mis le club en danger. Une fois que tu as compris qu’il faut changer de stratégie, tu changes, il n’y a pas de temps à perdre.”

Ce changement de stratégie expliquerait donc le mercato estival de Monaco et notamment la priorité donnée aux joueurs français.

Le projet monégasque semble donc quelque peu en eaux troubles ces derniers temps. Le début de championnat confirme cette impression puisque le club pointe à la quinzième place avec quatre points après quatre journées. L’équipe coachée par son nouvel entraîneur Leornado Jardim tarde à prendre ses marques.

L’ambition de son président est-elle revue à la baisse ? A-t-il d’autres ambitions ? Lui qui souhaitait auparavant investir en Angleterre..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut