Le paradoxe Yoann Gourcuff

Yoann Gourcuff a surpris tout le monde ce samedi en quittant volontairement la pelouse de Gerland, lors de la défaite de l’Olympique lyonnais (1-2) face à Nice. Une attitude qui a fortement agacé son entraîneur ainsi qu’une grande partie de la communauté des journalistes. Si les examens ont révélé une rechute de sa blessure aux ischio-jambiers, Gourcuff réalise une fois de plus une saison en demi-teinte et ne cesse de décevoir. Paradoxalement, il reste largement le joueur le mieux payé de l’OL.

1441547-30827850-1600-900Retour en août 2010 : Après avoir réalisé la meilleure saison de sa carrière en emmenant les Girondins de Bordeaux jusqu’en quarts de finale de la Ligue des Champions, Yoann Gourcuff (que certains présentaient déjà comme le nouveau Zidane) devait être le gros coup de l’Olympique lyonnais. Transféré sur les bords du Rhône pour 22 millions d’euros + bonus, le milieu de terrain français représentait à lui seul le nouveau projet voulu par Jean-Michel Aulas : une équipe compétitive capable de remporter à nouveau le championnat et, dans une moindre mesure une compétition européenne. Avec l’arrivée de Rémi Garde au poste d’entraîneur et la prolongation de joueurs clés comme Michel Bastos, Bafétimbi Gomis ou encore Miralem Pjanic, cette équipe inédite devait s’articuler autour du nouveau joyau du football français : Yoann Gourcuff.

Malheureusement il n’en a rien été : sa blessure le 24 novembre 2010 en C1 face à Schalke 04 fut la première d’une interminable série, à tel point que certains en sont venus à se demander si le numéro 8 de l’OL n’était pas devenu le Diaby de la Ligue 1 (en référence aux innombrables blessures du joueur d’Arsenal, qui n’est jamais parvenu à terminer une saison). Touché successivement au dos, au mollet, à la cuisse, au genou et à la cheville ; Yoann Gourcuff n’est jamais parvenu à s’imposer durablement au sein de l’effectif rhodanien. S’il n’en fallait retenir qu’une seule, il s’agirait sans aucun doute de sa blessure à la cheville survenue en Mai 2014 alors que le joueur promenait tranquillement son chien. Cette mésaventure lui avait d’ailleurs valu bien des moqueries. En dysharmonie totale avec son corps, le milieu de terrain formé au Stade Rennais n’a pas su répondre aux espoirs placés en lui : fatalement, l’OL n’aura pas rentabilisé le montant du transfert de Gourcuff, même après 5 années passées chez les Gones.

Le martyre Yoann Gourcuff : glissez sur l’image pour faire apparaître ses blessures (source L’équipe)

La rechute de samedi face à l’OGC Nice était probablement la blessure de trop pour Yoann Gourcuff. Agacé, le milieu de terrain de l’Olympique lyonnais a quitté la pelouse de son plein gré, sans demander de changement et sans même adresser la parole à son entraîneur Hubert Fournier. Auteur de seulement 3 buts cette saison, le français n’a disputé que 16 rencontres en huit mois. Il faut remonter au 26 octobre dernier pour trouver la trace d’une très bonne prestation du milieu rhodanien : lors de la victoire (1-0) face à Marseille, il avait inscrit l’unique but de la rencontre d’une superbe frappe en lucarne précédée d’un crochet qui restera longtemps dans les annales. Pour autant, l’attitude de Gourcuff  ce week-end n’en reste pas moins inacceptable et il semble difficile d’excuser son comportement. Si ce coup de sang n’a pas du tout plu à Hubert Fournier et à ses coéquipiers, il n’a visiblement pas dérangé Jean-Michel Aulas qui continue d’encourager son joueur, et de lui trouver des excuses.

Il faut être tolérant avec lui. Il n’a pas repris trop tôt puisqu’il était sur le terrain, mais il a rechuté et ressent une immense déception par rapport à ce qu’il souhaitait apporter à l’OL. Avec cette nouvelle blessure, il a compris qu’il allait encore être l’objet de reproches.” a indiqué le président de l’OL.

Aulas-GourcuffC’est en cela que réside tout le paradoxe concernant Yoann Gourcuff dont c’est la 20ème blessure en 5 ans (rien que ça). En effet, le français n’est absolument pas indispensable à l’Olympique Lyonnais : les gones réalisent une très bonne saison en s’appuyant avant tout sur les jeunes issus du centre de formation : Lacazette, Fekir, Ferri, Umtiti … Gourcuff est abonné au banc des remplaçants depuis de nombreux mois maintenant et semble arrivé à la fin d’un cycle. Paradoxalement, les dirigeants de l’OL n’ont pas l’intention de s’en séparer pour l’instant : alors que son contrat expire en Juin, l’ancien milieu de l‘équipe de France est toujours le joueur le mieux payé du club. Avec ses 450.000 euros mensuels, il devance largement ses coéquipiers y compris le meilleur buteur de Ligue 1 Alexandre Lacazette. De plus, Jean-Michel Aulas a même laissé entendre que Gourcuff pourrait être prolongé en cas de titre en fin de saison :

Le prolonger ? Pas pour le moment. Ce n’est pas mon intention. Si nous devions terminer champion, ça vaudrait le coup de s’interroger. Mais nous n’en sommes pas là. Dans les deux cas de figure, le recrutement ne sera pas le même.”

Langue de bois ou réelle intention, JM Aulas n’aurait aucun intérêt à prolonger un joueur coûteux et peu utilisé. A 28 ans, Yoann Gourcuff arrive à un tournant de sa carrière. Malgré un potentiel évident, le milieu de terrain français n’est plus apte à enchaîner les rencontres. Il se doit de quitter l’Olympique Lyonnais pour se relancer : une expérience à l’étranger serait peut-être bienvenue. Il reste encore quelques belles années de football dans les jambes (certes meurtries) de Gourcuff et l’équipe de France doit rester dans un coin de sa tête. Son avenir lui appartient.

0 commentaire pour “Le paradoxe Yoann Gourcuff

  1. Trop facile de tirer sur une ambulance… De plus, au cours de ces dernières semaines et derniers matchs, Gourcuff revenait fort. “20ème blessure de Gourcuff, pourtant le plus haut salaire du club, loin d’être indispensable, agace ses coéquipiers, etc.” Super journalisme… Je trouve ces arguments et la manière de faire plus proche du café du commerce que d’un journaliste d’investigation, même sportif (sic).
    On peut reprocher tout ce que l’on veut à Gourcuff, mais revenir de 20 blessures… Etre capable de s’accrocher, de bosser pour retrouver un niveau; moi je dis chapeau!
    C’est la première fois que je suis déçu par un des articles d’Emilien, mais alors là, c’est le bouquet! Le “martyre Yoann Gourcuff”, avec l’infographie, ça c’est vraiment pas très respectueux…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut