LDC : Fabinho, la force tranquille de l’AS Monaco

Arrivé à l’été 2013 en provenance de Rio Ave, sous la forme d’un prêt, Fabinho apparaît aujourd’hui comme le patron de l’AS Monaco. Recruté pour occuper le côté droit de la défense monégasque, le Brésilien de 23 ans s’épanoui désormais dans l’entrejeu princier. Avant la demi-finale aller de Ligue des Champions entre Monaco et la Juventus, focus sur l’un des meilleurs milieux  d’Europe.

Fabinho a transformé 11 buts cette saison toutes compétitions confondues. Valery HACHE / AFP
Fabinho a inscrit 11 buts cette saison toutes compétitions confondues. Valery HACHE / AFP

Monsieur presque 100% ! Fabinho n’est peut-être pas le joueur le plus glamour du XXIème siècle pourtant il apparaît comme un acteur majeur de l’éclosion du cocon monégasque. Arrivé sur la pointe des pieds, le latéral droit reconvertit en milieu de terrain fait désormais résonner l’Europe. Pure produit de la méthode Jardim, « Fab » possède toutes les qualités requises pour s’imposer dans les plus grandes écuries européennes. Ou poursuivre son ascension sur le rocher monégasque.

Un bon de sortie sous condition

Après quatre années de bons et loyaux services, la direction monégasque a octroyé au Brésilien un bon de sortie pour la saison prochaine. Libre de partir où il le souhaite, la tour de contrôle asémiste ne sera pas bradé pour autant. Les hautes instances princières ne cèderont pas leur noyau à moins de 45 millions d’euros. Rien que ça. Mais voilà, entre les folies anglaises et la puissance financièrement des cadors européens, on voit mal Fabinho échapper à la loi du marché. A moins que son souhait soit de poursuivre l’aventure et le projet du club de la principauté. Les avantages fiscaux et la tranquillité de la vie monégasque rentreront sans doute en compte dans le choix de l’international brésilien.

Le masque tombe

Calme et souriant en dehors du terrain mais aussi juste avant de fouler la pelouse, Fabinho devient un autre homme une fois le premier brin d’herbe écrasé sous sa chaussure. Du haut de son mètre quatre-vingt-huit, la sentinelle ratisse le terrain et exerce sans relâche un pressing dans l’entrejeu. Un calvaire pour ses adversaires. A l’aise techniquement, il n’hésite pas à porter le ballon vers l’avant pour casser les lignes. Coups de reins, gestes techniques, passes millimétrées, il y en a pour tous les goûts.

Sans parler des penaltys, un domaine dans lequel il excelle avec notamment 17 tirs au but transformés sur 18 tentés sous le maillot rouge et blanc. Avec son compère Bakayoko, ils forment l’un des duos les plus redoutables du continent européen. Certes, ils ne possèdent pas la renommée des milieux du Real Madrid, du Bayern Munich ou encore de Barcelone mais leurs qualités et leur talent laissent présager un avenir radieux. Fabinho en tête de liste.

L’apport de Jardim et Toulalan

Toulalan et Fabinho ont évolué 3 ans ensemble sous le maillot monégasque. / AFP PHOTO / VALERY HACHE
Toulalan et Fabinho ont évolué 3 ans ensemble sous le maillot monégasque. / AFP PHOTO / VALERY HACHE

Si aujourd’hui Fabinho fait les beaux jours de l’AS Monaco, on le doit au travail de l’ombre de deux hommes. Leonardo Jardim, l’entraîneur monégasque et Jérémy Toulalan, ancien capitaine de la formation princière. Le coach portugais a laissé le milieu emmagasiner de l’expérience au plus haut niveau, travailler sa condition physique et son placement sur le terrain.

“C’est devenu plus facile avec le temps car j’ai évolué de plus en plus au milieu, j’ai mes repères. Je suis plus habitué quand le coach me fait jouer au milieu. Au marquage, ça se passe plutôt bien, mais avec le ballon, au début j’ai eu du mal pour jouer, sortir et me projeter vers l’avant”, avait-il déclaré dans les colonnes des médias français.

L’une des force du duo Jardim-Fabinho réside dans la confiance accordée par le technicien à son joueur. Depuis son arrivée Jardim n’a de cesse répété son admiration pour son protégé. “Pour moi, il est le meilleur milieu de terrain d’Europe et je suis étonné qu’il ne soit pas appelé en sélection”. Derrière chaque élève, il y a un maître et derrière Fabinho il y a Toulalan. Pendant leur association au sein de l’AS Monaco, les deux hommes ont constamment travaillé ensemble. Avec un effectif beaucoup moins pléthorique que celui de cette cuvée 2016-2017, Monaco avait du faire reculer « la Toul’ » en défense centrale. L’occasion pour Jardim de tester le latéral au poste de milieu de terrain. Après quelques piges passées au milieu, Fabinho n’a plus quitté ce poste. Aujourd’hui le coach monégasque peut être fier de son travail, le Brésilien lui offre à chaque prestation un motif de satisfaction.
Thomas Pain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut