L'AS Rome, à la croisée des chemins

Alors que la Seria A reprend ce week-end, tous les observateurs s’accordent à dire que le titre devrait se jouer entre la Juve et la Roma. Alors que le club turinois a subi le départ de son coach emblématique, Antonio Conte, le club de la capitale devra confirmer sa saison précédente, pleine de promesses. Et si c’était (enfin) la saison de la Roma ?

Quand Rudi Garcia débarque dans le club de la Louve l’été dernier, il fait face à un chantier important. Résultats sportifs en berne, tensions au sein du club entre dirigeants, joueurs en passant par les supporters. Cela n’effraie pas l’ancien coach lillois, qui, dès sa première conférence de presse, se met les supporters dans la poche, en critiquant la Lazio. Communication efficace qui s’en suit de résultats probants puisque la Roma finira deuxième de la Série A, derrière l’intouchable Juventus, et ne sera éliminé qu’en finale de la Coupe d’Italie par le Napoli. Plus que les résultats, le jeu affiché par le club de la Louve séduit. La patte Garcia se fait sentir, pour le plus grand bonheur des tiffosi.

garcia roma

Reste à confirmer les promesses entrevues cette année. Et ce ne sera pas chose aisée puisque la Roma devra maintenant faire face à un calendrier européen puisqu’elle participera à la Ligue des Champions. Tombé dans le groupe de la mort, avec le Bayern, Manchester City et le CSKA Moscou, la Roma devra batailler sur plusieurs fronts différents entre Calcio, Champion’s League et Coupe nationale.

Et pour faire face à ce programme chargé, le club de la capitale à dégainer sur le marché des transferts. Juan Iturbe, Ashley Cole, Manolas, Emanuelson, Seydou Keita, Mapou Yanga-Mbiwa et le prometteur Uçan s’ont venus grossir les rangs du club romain pour des dépense évaluées à près de 50 millions d’euros. Et ce n’est peut être pas fini puisque Adrien Rabiot (PSG) seraient pressenti pour rejoindre la capitale italienne dès janvier. De plus, mis à part Benatia, le club n’a perdu aucun de ses titulaires et a vu Rudi Garcia, prolongé son contrat jusqu’en 2018.

cole-roma-ap

Effectif renforcé, sérénité retrouvée, jeu alléchant, la Roma semble avoir tous les ingrédients nécessaires pour conquérir le Scudetto qui leur fait défaut depuis 2001. Vous connaissez le célèbre dicton : “Tous les chemins mènent à Rome”. Il serait temps maintenant que la Roma se fasse son propre chemin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut