L'Allemagne et l'Espagne : les deux cadors européens !

Nous connaîtrons bientôt l’ensemble des qualifiés pour le Mondial 2018 en Russie. Si le Brésil fait office de grand favori, l’Allemagne et l’Espagne sont également deux candidats très sérieux ! Battus respectivement par les Bleus et l’Italie à l’Euro 2016, ces deux équipes sont depuis les seules à être toujours invaincues ! La série va-t-elle continuer ? Ce soir, les Allemands reçoivent l’Equipe de France, et l’Espagne se déplace en Russie. Quels sont les secrets de leurs réussites ? Jusqu’à quand vont-elles rester invaincues ?

(L-R back row) Germany's goalkeeper Marc-Andre ter Stegen, Germany's midfielder Julian Draxler, Germany's defender Marcel Halstenberg, Germany's defender Mats Hummels, Germany's defender Matthias Ginter, Germany's defender Antonio Rudiger and Germany's midfielder Mesut Ozil (L-R front row) Germany's midfielder Leroy Sane, Germany's defender Joshua Kimmich, Germany's midfielder Ilkay Gundogan and Germany's striker Timo Werner pose for the team photograph ahead of kick off of the friendly international football match between England and Germany at Wembley Stadium in London on November 10, 2017. / AFP PHOTO / Glyn KIRK / NOT FOR MARKETING OR ADVERTISING USE / RESTRICTED TO EDITORIAL USE
L’Allemagne, invaincue depuis l’Euro 2016 / AFP PHOTO / Glyn KIRK /

Mélanges parfait entre jeunesse et expérience, ces deux sélections récoltent les fruits d’un long travail initié en amont, sur la formation de jeunes, et sur des clubs très attractifs. À l’image du Bayern, Dortmund et du Barça et Réal, Allemands et Espagnols évoluent pour la plupart dans leur championnat, et les jeunes ne cèdent pas immédiatement aux sirènes étrangères.

Le modèle Allemand

Véritable exemple de régularité ces dernières années, la Mannschaft, championne du monde en titre, figure au moins à chaque fois dans le dernier carré d’une compétition depuis la Coupe du Monde 2006 ! Ce qui est complètement hallucinant. Un an avant le Mondial Russe, elle a pu tester ces jeunes talents à la Coupe des Confédérations. Bilan : victoire de la compétition ! Emmenés par des Draxler (meilleur joueur du tournoi), Sané, Rudiger, Kimmich, Can, ou encore Werner, les Allemands ont prouvé leur supériorité. Et ont surtout montré que la relève était assurée ! Qui plus est, quasiment en même temps, l’Allemagne a également gagné l’Euro U21, en battant l’Espagne en finale. Cela nous laisse présager de belles années en perspective pour la Mannschaft.

De plus, Joachim Löw connaît parfaitement son équipe et parvient à faire les transitions entre les différentes générations de joueurs. Il a été nommé entraîneur à la suite de la Coupe du Monde 2006, soit il y a plus de 11 ans ! Ce qui en fait le deuxième plus long mandat de sélectionneur du foot Allemand ! Sortis des Éliminatoires avec dix victoires en dix matches, 43 buts marqués (record pour une phase de qualification) pour seulement 4 encaissés, l’Allemagne est une machine. Elle semble parfaitement réglée, avec des postes doublés voir triplés. Des joueurs habitués au haut-niveau dans leurs clubs, qui, lorsqu’ils jouent ensembles, semblent invincibles. C’est face à un véritable rouleau compresseur que les Bleus vont se frotter ce soir !

L’Armada Espagnole

Que dire de cette équipe si plaisante à voir jouer. Après un Euro quelque peu poussif, avec une élimination dès les huitièmes de finale, suite à une deuxième place obtenue dans son groupe, l’Espagne s’est complètement rassurée lors des Éliminatoires de la Coupe du Monde en Russie ! En concurrence avec l’Italie pour la première place du groupe, la Roja a réalisé un très bon parcours. Neuf victoires (dont un 3-0 retentissant contre la Squadra Azzura) et un nul (1-1 en Italie) en dix matches ! La sélection espagnole a retrouvé toute sa Grinta ! 36 buts marqués, pour trois encaissés ! Et un jeu léché, en une touche, composé de passes rapides et de décalages.

Avec des joueurs d’exception, comme Isco, Iniesta, David Silva, Morata ou encore Jordi Alba, l’Espagne est impressionnante dans tous les secteurs de jeu. La plupart ont l’habitude d’évoluer ensemble, on pense notamment aux Barcelonais, et aux deux clubs de Madrid. Avec une génération qui semble être au sommet en terme de maturité, lié à l’apport des nouveaux talents comme Suso, Asencio ou Saul Niguez, (qui sont arrivés en finale de l’Euro Espoir mais qui ont perdu contre l’Allemagne), la Roja peut tout à fait prétendre à gagner cette Coupe du Monde ! Dans une Espagne coupée en deux politiquement parlant, un bon parcours en Russie serait le bienvenu. Il permettrait d’apporter de la joie à tout un peuple.

Le 23 mars 2018, l’Espagne et l’Allemagne s’affronteront lors d’un match amical. À deux mois et demi de la Coupe du Monde, cette rencontre sera une manière de tirer beaucoup d’enseignements. Nous pourrons alors nous faire une idée de leur niveau respectif.

Théophile Rémon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut