La renaissance du FC Porto

Leader du championnat portugais devant le Sporting et le rival de toujours Benfica, le FC Porto semble écrire une nouvelle page heureuse de son histoire. Derrière cette métamorphose se cache un homme du cru, bien connu en France : Sergio Conceicao. Outre cette arrivée décisive, plusieurs facteurs expliquent ce bon début de saison.

Au club depuis 2014, Yacine Brahimi est le 3eme joueur le plus ancien du club. Crédit Photo : Pedro Lopes
Au club depuis 2014, Yacine Brahimi est le 3eme joueur le plus ancien du club. Crédit Photo : Pedro Lopes

Une rivalité encombrante

Depuis 2013, le FC Porto vit dans l’ombre de son encombrant ennemi benfiquiste. Vainqueurs des quatre derniers titres de champion, le Benfica est proche de réussir l’exploit de la passe de 5. Comprenez par ici, cinq titres consécutifs. Impossible à imaginer pour le FC Porto. Dans cette optique, l’obtention de la Liga Nos est devenue quasi obligatoire pour les hommes de Sergio Conceicao qui compte déjà 27 titres. Loin devant le Sporting (18) et à neuf unités du recordman Benfica (36), le FC Porto ne peut plus attendre sous peine de devenir clairement l’équipe secondaire du pays…

Aboubakar, le facteur +

Revenu de Turquie après une saison à Besiktas, le Camerounais Vincent Aboubakar semble vivre la meilleure période de sa carrière. Même annoncé partant durant tout l’été, l’ex joueur de Valenciennes et Lorient a finalement posé ses valises à Porto pour enfin démontrer l’étendue de ses capacités. Auteur de 8 buts en 10 matchs sur la scène nationale, il a également ajouté trois buts pour ses deux premières titularisations de la saison en Champions League. Aligné en pointe dans un 4-2-3-1 où Brahimi et Marega jouent pour lui, le numéro 9 portiste collectionne les buts. L’heure de la consécration n’a jamais semblé aussi proche…

Le déclic du coach

En nommant Sergio Conceicao sur le banc du FC Porto, les dirigeants du club ont cherché à envoyer un message fort. Faire revenir un ancien de la maison tout en gardant à l’esprit que Conceicao allait mettre de l’ordre dans le navire. Si ce dernier a très vite instauré de nouvelles règles internes et amené un esprit de groupe, tout allait dépendre des résultats. En remportant les 7 premiers matchs de championnat, la machine paraissait déjà effective. Certes le choc face au Sporting a porté un coup d’arrêt car il s’est terminé sur un 0-0, mais il n’a pas entamé la motivation des portistes car deux victoires ont suivi dont un étincelant 6-1 face à Paços Ferreira.

La Champions League comme récréation

Traditionnellement, le FC Porto est un acteur européen important. Si les objectifs du club sont évidemment de rapporter le titre aux supporters, négliger la Champions League ne fait pas partie de l’identité du club bleu et blanc. Actuellement troisièmes derrière Besiktas et le RB Leipzig, les portistes ont manqué de chance face aux turcs pour la première journée alors que la rencontre face aux allemands n’a jamais tourné dans le bon sens. A l’inverse, la large victoire au stade Louis II sur le score de 3-0 a rappelé que ce FC Porto n’est jamais à prendre à la légère. Encore en course pour se qualifier, les partenaires de Yacine Brahimi doivent néanmoins remonter la pente. Avec trois matchs de haut niveau pour espérer entrevoir les 8èmes de finale en février prochain.

Avec un effectif riche en talent et en internationaux (Brahimi, Aboubakar, Herrera, Perreira, Marcano ou encore Andre-Andre ou Corona), le FC Porto est sur le point d’écrire une belle page de son histoire. Cependant, pour réussir à tenir les objectifs du club il convient de ne pas s’endormir sur ses lauriers. Avec Conceicao sur le banc, le risque est mince…

Jajaye Panizzoli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut