L1 : La Ligue 1, le championnat de demain ?

L’arrivée des investisseurs qataris en 2011 au Paris Saint-Germain a permis au championnat de France de franchir un cap dans son histoire. En suivant le mouvement, milliardaires Américains, Russes, Chinois ou encore Français ont confirmé cette nouvelle tendance, promettant à une Ligue 1 souvent décriée pour ses résultats sportifs, des jours meilleurs.

AS MONACO
Meilleure attaque d’Europe avec 75 buts, l’AS Monaco incarne le nouveau visage de la Ligue 1. Crédit : Page Facebook officielle de l’AS Monaco.

Le top 3 européen en ligne de mire.  En 2011 la société QSI (Qatar Sport Investment) rejoint la France et s’installe dans la capitale. La genèse de cette idylle, un investissement de plus de 200 millions d’euros dans le club de football du Paris Saint-Germain.

Cet investissement colossal a donné des idées à bon nombre de milliardaires qui, depuis 2011, injectent des centaines de millions d’euros dans les différents clubs de l’hexagone. Les Russes ont fait le premier pas en devenant propriétaire d’une AS Monaco alors en deuxième division. Dimitri Rybolovlev, homme d’affaire russe proche de Vladimir Poutine, n’a pas lésiné sur les moyens (300 millions) pour faire de son équipe l’une des plus performantes d’Europe.

 Après une période de creux, les investisseurs  pointent le bout de leur nez en 2016 et s’emparent des plus grosses écuries françaises. Franck McCourt, promoteur immobilier américain, s’offre l’Olympique de Marseille contre la coquette somme de 200 millions d’euros. De son côté, le groupe sidérurgiste chinois Plateno acquiert l’OGC Nice, se disant séduit par « les opportunités offertes par le club et la Côte d’Azur en matière de tourisme, d’immobilier et d’hôtellerie ».

 Un pays attractif

La capitale parisienne fait rêver les plus grands. Crédit : Page Facebook officielle du Paris Saint-Germain
La capitale parisienne fait rêver les plus grands. Crédit : Page Facebook officielle du Paris Saint-Germain

Dans ces investissements, l’aspect sportif n’est pas le seul à rentrer en compte.  Le côté ultra-touristique de la France propose aux richissimes actionnaires une visibilité beaucoup plus importante. En 2016, ce sont près de 30 millions de touristes qui ont foulé le pavé parisien et 700 000 sur la Côte d’Azur. Une vitrine non-négligeable pour ces businessmen souhaitant diversifier leurs activités.

 A titre d’exemple, le président Rybolovlev s’est offert l’hôtel Moskva de Monaco contre un chèque de 240 millions d’euros. Plus récemment, le club de la principauté est devenu acquéreur du club de football du Cercle de Bruges afin de promouvoir sa marque à l’international.  Malgré cet aspect commercial, le projet sportif reste l’essentiel de la stratégie des investisseurs en France et les résultats parlent d’eux-mêmes.

Une ambition sportive décuplée

Le constat est sans appel. Depuis l’arrivée des capitaux, les clubs français s’offrent de meilleurs résultats en France comme à l’étranger. Le Paris Saint-Germain, quadruple champion de France en titre, vient d’étriller en coupe d’Europe le FC Barcelone, considéré comme la meilleure équipe du monde. L’AS Monaco, de son côté, n’a pas à pâlir de ces bons résultats. Elle est actuellement la meilleure attaque d’Europe (107 buts en 40 matchs). Les autres formations françaises comme l’Olympique Lyonnais, Nice ou encore Marseille ne sont qu’au début du processus et devraient, dans les années à venir, jouer un rôle majeur dans l’expansion du football français.

Thomas Pain / Adrien Renouf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut