Iago Aspas : avec la Roja, enfin sa place ?

L’Espagne, on s’en souvient, a terminé première de son groupe de qualifications devant l’Italie, avec 28 points. Alors que les coéquipiers de Verratti s’apprêtent à jouer deux barrages décisifs face à la Suède, la Roja aborde sereinement ses deux rencontres amicales, face au Costa Rica (samedi 11) et la Russie (mardi 14). À moins de sept mois de la Coupe du Monde, c’est l’heure des premiers choix pour Lopetegui. Avec des joueurs espagnols brillants aux quatre coins de l’Europe, une génération qui laisse place à une autre, la concurrence est rude. Dans une attaque sans Pedro, Koke, Diego Costa, Aduriz, Juan Mata et Nolito, il est temps pour Iago Aspas de marquer les esprits. À 30 ans, c’est le moment ou jamais !

Spain's forward Iago Aspas vies for the ball with Israel's midfielder Bibras Natcho during the Russia 2018 FIFA World Cup European Group G qualifying football match between Israel and Spain at Teddy Stadium in Jerusalem on October 9, 2017. Spain is already qualified for the 2018 World Cup in Russia. / AFP PHOTO / JACK GUEZ
Iago Aspas, 30 ans, ne compte que six sélections avec l’Espagne, pour trois buts / AFP PHOTO / JACK GUEZ

Auteur de son premier but avec la Roja pour sa première sélection en amical contre l’Angleterre le 15 novembre 2016, Iago Aspas ne pouvait espérer de meilleurs débuts. Ce joueur, peu connu en France, semble enfin avoir trouvé une stabilité et une maturité pour pouvoir exprimer son talent sur un terrain de foot. Celui qui évolue au Celta Vigo va devoir prouver à son entraîneur que malgré ses 30 ans, il peut prétendre à faire partie du voyage en Russie l’été prochain.

Iago aime Vigo

Le Galicien de naissance semble ne jamais avoir été aussi bon que depuis qu’il porte à nouveau le maillot bleu ciel du Celta Vigo. Il aura beau tenter l’expérience dans d’autres clubs, Iago Aspas est meilleur à la maison, chez lui, à Vigo. Lui qui a intégré le club chez les juniors en 1995 alors qu’il n’y a que 7 bougies sur son gâteau d’anniversaire ! Il peaufine sa formation et rejoint les professionnels en 2008. À l’époque le club évolue en Liga 2. Mais le gaucher, bien que très peu utilisé, a le don d’être efficace quand on fait appel à lui.

Il inscrit un doublé contre Alavès le 6 juin 2009 et permet ainsi au club de se maintenir en seconde division ! Il devient logiquement titulaire la saison suivante. Le Celta Vigo parvient à monter en Liga lors de la saison 2011/2012, Aspas n’y est pas indifférent : il inscrit 23 buts. Le joueur reste alors fidèle à son club. Il réalise une belle première saison en Liga avec douze buts et sept passes décisives. Mais la Roja est sur le toit du Monde et de l’Europe à ce moment-là, et le Galicien n’y est jamais convoqué.

Deux années blanches

Il quitte finalement son club de cœur à l’été 2013 et signe à Liverpool contre 11 millions d’euros. Mais l’Espagnol ne parviendra jamais à s’imposer, barré notamment en attaque par le duo prolifique Suarez-Sturridge. Pour lui donner du temps de jeu, les Reds le prêtent à Séville un an après son arrivée. Mais Iago Aspas est encore dans l’ombre d’un autre duo flambeur : Bacca-Gameiro (décidément !). Le pari de Liverpool n’a pas porté ses fruits, retour à Vigo pour Iago.

C’est enfin le moyen pour lui de rejouer au foot et faire ce qu’il fait de mieux : marquer des buts. Depuis son retour à l’été 2015, le numéro dix du Celta a inscrit 33 buts en 67 matches de Liga ! Il est le serial buteur de ce club. La saison dernière, il finit quatrième meilleur buteur de la Liga (derrière Messi, Suarez et Cristiano). Mais devant Griezmann, Aduriz ou Morata, rien que ça ! Bref, pour ceux qui avaient des doutes, on comprend mieux Lopetegui.

Selection espagnole : la revanche du sous-côté

Morata, touché à un ongle, est incertain pour affronter le Costa Rica samedi. Et si le vent avait tourné et que dorénavant tous les signes allaient dans le sens de Iago Aspas ? Si ça continue, c’est lui qui inscrira le but de la victoire pour l’Espagne en finale du Mondial (pourquoi pas ?!). Aspas, qui semblait être derrière le joueur de Chelsea dans la hiérarchie de Lopetegui, risque finalement d’être titulaire samedi. L’occasion est parfaite pour inscrire les premières lettres de son nom sur la liste des 23 pour le Mondial. Tout dépendra du système mis en place par l’entraîneur Basque. Il peut également associer le joueur du Celta Vigo avec Vitolo ou Callejon.

Quoiqu’il en soit, lui qui n’a jamais joué avec les équipes de jeunes en sélection, lui qui n’est pas parvenu à s’imposer chez les autres, va peut-être réussir à coiffer ses compatriotes attaquants au poteau. Iago Aspas, c’est un apport inédit dans cette sélection Espagnole, un jeu plus individuel basé sur les dribbles. Avec son fort caractère (qui lui a valu de nombreux cartons dans sa carrière), Aspas n’a jamais baissé les bras. Il a toujours cru en ses qualités. Comme quoi dans le football, il n’est jamais trop tard pour réussir.

Théophile Rémon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut