A la découverte : Léon Goretzka, le lion allemand

A 22 ans, Léon Goretzka semble avoir enfin lancé sa carrière. Scruté depuis ses 17 ans alors qu’il évoluait au Vfl Bochum en deuxième division allemande, le milieu de terrain de Schalke 04 a vu sa progression freinée par les blessures. Ses excellentes prestations lors de la Coupe des Confédérations lui auront permis de se mettre en lumière et d’envoyer un message à son sélectionneur. A 337 jours du mondial en Russie, Goretzka a son destin en main.

Léon Goretzka va devoir batailler pour être appelé dans la liste des 23 allemands. Leon Kuegeler / Anadolu Agency
Léon Goretzka va devoir batailler pour être appelé dans la liste des 23 allemands. Leon Kuegeler / Anadolu Agency

 « C’est un joueur exceptionnel, comme je n’en ai jamais eu chez les jeunes ». Léon Goretzka est né le 6 février 1995 à Bochum, une ville de plus de 400000 habitants, située à 23 kilomètres de Dortmund. Depuis ses premiers pas dans le football,  le milieu de terrain de Schalke impressionne ses entraîneurs et les observateurs, à l’image de Dariusz Wosz,  ancien figure emblématique du Vfl Bochum. « En plus d’être très talentueux, il a les idées claires et ne se laisse pas influencer si facilement ». Le Mbappé allemand en quelque sorte.

Des chutes avant l’ascension

Au Vfl Bochum, en deuxième division allemande, Goretzka  fait tout de suite l’unanimité. Le 4 aout 2012, pour son premier match professionnel, il inscrit le premier but de sa carrière et permet à son équipe d’égaliser puis finalement de s’imposer. Difficile de rêver mieux. Cette saison-là et à seulement 17 ans, il dispute 36 rencontres et voit son entraîneur de l’époque, Peter Neururer, lui jeter des fleurs. «C’est un talent qu’on ne voit qu’une fois par siècle », affirme-t-il. Un exercice 2012-2013 complet de la part du capitaine des U17 allemands a suffit pour attirer l’intérêt des écuries de Bundesliga et de Schalke 04.

Un joli chèque de 3.3 millions d’euros et le club de la Rhur s’offre le jeune prodige allemand. Sa première année du côté du Die Knappen (les mineurs, en référence aux mines de la Ruhr) confirme les attentes placées en lui.  De même qu’à Bochum, le grand gaillard d’1m89 s’impose dès sa première saison et dispute 33 matchs pour 5 buts et une passe décisive. Malheureusement, sa progression sera freinée par des problèmes de santé.  On pense notamment à sa saison 2014-2015 où il n’a disputé que 12 rencontres. Désireux de retrouver le plus haut niveau, le milieu « box to box » de 22 ans a décidé de se prendre en main.

« Si ça va mieux pour moi en ce moment, c’est parce que j’ai changé beaucoup de choses. J’ai par exemple découvert que j’avais une inflammation chronique de l’intestin qui me fatiguait beaucoup. J’ai donc changé de régime et je ne mange plus de porc, plus de lait, plus de gluten et plus de noix. »

Une saison 2016-2017 taille patron

Le prodige allemand a les faveurs de son sélectionneur.  AFP PHOTO / Patrik STOLLARZ
Le prodige allemand a les faveurs de son sélectionneur. AFP PHOTO / Patrik STOLLARZ

Malgré son jeune âge, Goretzka semble en avance sur son temps. Sa technique, sa rapidité ou encore sa protection de balle font de lui l’une des armes du milieu de terrain de Schalke. «  C’est un garçon qui court beaucoup, créatif tout en étant capable d’exercer un bon pressing. Il peut être un numéro 8 ou un numéro 6 », a récemment expliqué Joachim Low.  La polyvalence ainsi que la sérénité qu’il dégage balle au pied impressionne le grand public. Sa vision de jeu, son explosivité ainsi que sa bonne frappe de balle font de lui un adversaire redoutable. Sa « nonchalance » sur le terrain ainsi que ses qualités nous font penser à  l’ancienne gloire de la Nationalmannschaft, Michaël Ballack.

A 22 ans et pour sa 5ème année en tant que professionnel, Léon Goretzeka a réalisé la meilleure saison de sa carrière. 41 matchs avec Schalke 04, 8 buts, 6 passes décisives, 3 réalisations lors de la Coupe des Confédérations dont 2 en demi-finale face au Mexique ainsi qu’une place dans l’équipe type de la compétition. Régulier et en pleine possession de ses moyens, Goretzka a pu exprimer son talent et faire ce qu’il aime le plus dans la vie. Jouer au football.

Présélectionné en 2014 pour disputer le mondial brésilien, Léon Gortezka est dans les petits papiers du sélectionneur pour  2018. Comme là si bien dit Joachim Low : « Leon fait partie de ces deux-trois joueurs présents en Russie qui ont de grandes chances de revenir l’été prochain ». J-337.

Thomas Pain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut