France – Eire (2-1) : Quand un changement tactique fait toute la différence

Fébrile et peu inspirée en première période, l’Equipe de France a su faire la différence en seconde pour finalement s’imposer (2-1) contre des Irlandais solides et très appliqués défensivement. Les bleus sont donc qualifiés pour les quarts de finale de leur Euro mais que la tâche fut complexe. Sauvés par un doublé d’Antoine Griezmann,  les hommes de Didier Deschamps sont apparus métamorphosés lors du deuxième acte et le changement tactique opéré à la mi-temps n’y est pas étranger. Explications 

543132864

Pour ce premier match à élimination directe, le sélectionneur Didier Deschamps a choisi de reconduire le même onze que face à la Roumanie, avec un milieu de terrain composé de Blaise Matuidi, Ngolo Kanté et Paul Pogba. Pas vraiment de surprises donc puisque l’équipe “type” était attendue et aucun joueur français n’était suspendu. Toutefois, le sélectionneur a innové là où on ne l’attendait pas avec un revirement tactique visible dès l’échauffement. En effet, Pogba a entamé la petite opposition d’avant match aux côtés de Patrice Evra et Dimitri Payet quand de son côté, Matuidi faisait équipe avec Bacary Sagna et Antoine Griezmann. Dès lors, il était évident que le joueur de la Juventus Turin allait débuter la rencontre sur le côté gauche, habituellement réservé au meneur du PSG. Ce poste, Pogboom l’affectionne tout particulièrement puisqu’il lui donne une grande liberté en Italie et c’est avec moins d’aisance que l’ancien mancunien évolue côté droit sous le maillot bleu. Encore un choix fort de Deschamps, qui a donc voulu donner toutes les cartes à Paul Pogba, au détriment d’un Blaise Matuidi, condamné à s’adapter à l’aile gauche.


Pour le sélectionneur français, ce choix tactique s’est avéré catastrophique dès les premières minutes de jeu, puisque c’est Paul Pogba qui a provoqué le penalty du (1-0) permettant à l’Eire de mener très rapidement au score. De son côté, Blaise Matuidi est apparu totalement perdu en première période. Incapable de se placer, usant d’appels dans les mauvais espaces et fébrile dans les duels, le milieu du Paris Saint-Germain a complètement sombré au milieu d’un collectif quasi-inexistant. Très bien en place, les irlandais ont su repousser toutes les tentatives françaises et véritablement casser le rythme par des fautes intelligentes et un gain de temps parfois agaçant. Autant d’éléments qui ont rendu la première mi-temps des bleus difficile, frustrante et surtout inquiétante, où Matuidi n’a pas été la seule déception. Bien trop éloigné de Griezmann et des milieux, Giroud n’a quasiment rien eu à se mettre sous la dent, Adil Rami s’est fait peur à plusieurs reprises par des approximations et les latéraux se sont avérés inefficaces offensivement. La seule satisfaction à tirer est finalement venue de Paul Pogba, pourtant fautif dans la surface d’Hugo Lloris à l’entame. Le milieu de la Juve a su monter en régime au fil des minutes et est apparu à l’aise sur le côté gauche. On retrouvait enfin le Paulo de la Juve, dribbleur, vif et tranchant,  mais malheureusement bien trop seul pour faire la différence. On voyait mal comment ces bleus là pouvaient renverser la situation, et pour ne rien arranger, Kanté et Rami ont tous deux reçu un carton jaune synonyme de suspension en 1/4 de finale.

Face à la déconvenue de son équipe, la réaction de Didier Deschamps ne s’est pas faite attendre. Après la pause, le sélectionneur a fait sortir Ngolo Kanté (sanctionné en première période) au profit du jeune Kingsley Coman. Un changement censé amener une touche de folie et un appui offensif supplémentaire pour Olivier Giroud. L’intelligence du sélectionneur s’est également manifesté par la décision de revenir sur son choix initial en replaçant Blaise Mautidi (transparent pendant 45 minutes) sur son côté gauche. Bingo ! La réorganisation tactique s’est avérée payante dès les premières minutes du second acte. On ne reconnaissait plus les bleus : bien mieux organisés, plus physiques dans les duels et mettant la pression aux Irlandais, les coéquipiers d’Antoine Griezmann semblaient enfin retrouver un collectif digne de ce nom, menés par un Matuidi transformé, en témoigne sa belle frappe repoussée par l’excellent Randolph (56ème). Il n’en fallait pas plus pour que les bleus égalisent par l’intermédiaire de Griezmann (58ème), à la réception d’un très beau centre de Bacary Sagna. Le joueur de l’Atlético s’est même offert un doublé quelques instants plus tard, profitant d’une déviation astucieuse d’Olivier Giroud.  Plus proche de Griezmann et de Matuidi, le gunner a lui aussi bénéficié du changement tactique, pouvant enfin  participer au jeu et recevoir des ballons en profondeur. Il est d’ailleurs apparu très en jambes en seconde période, remplacé par Gignac (74ème).

543130994

Que retenir de cette rencontre : erreur tactique de Deschamps avant le match, ou excellente décision à la mi-temps ? Le sentiment est partagé. Si Pogba est apparu en jambes sur le côté gauche, c’est le collectif au complet qui a peiné face à la réorganisation tactique. Certes, les bleus n’auraient probablement pas joué de la même manière en première mi-temps dans le 4-3-3 habituel, mais l’essentiel est d’avoir su faire face à la situation en bouleversant l’organisation après la pause. C’est en cela que Deschamps est différent d’un Laurent Blanc, qui en 2012, avait persisté sans modifier ses plans, pour finalement voir les bleus éliminés sans avoir donné l’impression de lutter. L’ancien coach de l’OM est réactif, il a sans doute fait une erreur en début de match, mais n’a pas attendu avant de la rectifier. Il lui faudra tout de même résoudre un problème de taille puisque Matuidi et Pogba ne parviennent pas à donner satisfaction en même temps, chacun préférant jouer à gauche. Le turinois est apparu à l’aise 45 minutes avant de disparaître en seconde période, laissant l’organisation du milieu de terrain à son compatriote parisien. Une énigme de plus à résoudre pour Guy Stéphan et Didier Deschamps s’ils veulent voir l’Equipe de France championne d’Europe.

Non sans mal, les bleus se sont donc qualifiés pour la suite de leur Euro, où ils retrouveront l’Islande ou l’Angleterre en 1/4 de finale, dimanche prochain à St-Denis. Nous l’avons bien compris, aucun match ne sera facile pour l’Equipe de France avant d’accéder à une éventuelle finale, et la rencontre de cet après-midi face à des Irlandais séduisants l’a encore démontré. Ces bleus là aiment à se faire peur, mais ils savent réagir, et cet élément important pourrait leur permettre de voir bien plus loin. Il ne faudra cependant pas reproduire des entames de match pareilles, car la moindre erreur se paiera cash face à des grosses nations, et revenir au score sera probablement bien plus compliqué.

Emilien DIAZ.

0 commentaire pour “France – Eire (2-1) : Quand un changement tactique fait toute la différence

  1. Le niveau de jeu de POGBA est si immense que les autres ont du mal à se mettre dans la cadence. Aujourd’hui, encore plus il a porté l’équipe, en première mi-temps menant le jeu et en seconde se plaçant en sentinelle et relanceur devant la défense. Mon interrogation demeure, la compréhension de GIROUD du jeu, même s’ il a su faire une passe à GREISSMAN, c’était un moindre. Mais félicitations à DESCHAMPS pour avoir gardé ses qualités de stratèges comme à MONACO et MARSEILLE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut