FIFA : Une nouvelle bombe lâchée par la presse américaine

Contre toute attente, le désormais ex-président de la FIFA Sepp Blatter a démissionné hier soir, seulement quatre jours après sa réélection à la tête du football mondial devant le Prince Ali de Jordanie. Une décision qui pourrait être en lien direct avec une enquête menée par le FBI, accusant directement Blatter de corruption.

Sepp-Blatter-Fifa-presidentC’est une véritable bombe, lâchée par la presse américaine ce mercredi, mais à laquelle on pouvait s’attendre. Après avoir démissionné de son poste de président de la FIFA, Sepp Blatter pourrait être rapidement accusé de corruption par le FBI. C’est en tout cas ce que révèle le New-York Times mercredi matin, en affirmant que le Suisse n’avait d’autre choix que de prendre ses distances avec ce scandale qui éclabousse la planète football. A la tête de la FIFA depuis 1998, Blatter a jusqu’à présent nié et condamné tout acte de corruption dans le football : sport qu’il dit “aimer par-dessus tout” et “pour lequel il a consacré sa vie entière”. Cependant, la décision inattendue de ne plus assumer ses fonctions ne sonnerait-elle pas comme une sorte d’aveu ? Pour l’instant, le FBI est resté très flou sur d’éventuelles accusations, mais une enquête serait bel et bien en cours, visant le suisse âgé de 79 ans.

Une information également relayée par ABC News (principale chaîne d’information américaine). En effet, les USA semblent être les mieux placés pour divulguer ce genre d’informations : rappelons que le FBI enquête sur la corruption au sein de la FIFA depuis plus de 3 ans, et que c’est ce même bureau d’investigation qui a organisé l’arrestation de 14 représentants du football mondial à Zurich la semaine dernière.

Jérome ValckeUne autre information est venue décrédibiliser un peu plus la position de Sepp Blatter, qui continue de nier en bloc toute connaissance de ces faits de corruption. En effet, le secrétaire générale de l’instance (numéro 2 de la FIFA) Jérôme Valcke est accusé par le FBI d’avoir autorisé un versement de plus de 10 millions de dollars à Jack Warner (ancien vice-présidant de la CONCACAF) dans le cadre de l’attribution du mondial 2010 en Afrique du Sud. Une révélation d’autant plus incroyable que la FIFA a confirmé l’existence d’un tel versement, alors que Valcke lui-même a déclaré dans un mail ne jamais avoir donné son accord.

Autant de bouleversements qui se seraient avérés impossibles à gérer pour Sepp Blatter en tant que président de l’instance, et qui viennent expliquer sa démission. Il devrait toutefois garder son poste jusqu’au début de l’année 2016, date à laquelle sera organisé un congrès exceptionnel pour désigner son successeur. En grand favori, Michel Platini pourrait faire campagne face à Luis Figo et au Prince Ali, défait ce vendredi lors de la dernière élection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut