Ferreira Carrasco: Portrait d'un futur crack

À l’heure actuelle, Yannick Ferreira Carrasco a 21 ans. Nombreux sont les joueurs du même âge ou plus jeunes ayant d’avantage prouvé sur la scène Européenne (Raheem Sterling, Paul Pogba, Ross Barkley, Lukaku), mais celui que l’on surnomme YFC est en passe de les rejoindre, car son évolution ne cesse d’impressionner les spécialistes.

Né en Belgique le 4 septembre 1993, c’est à l’âge de 11 ans, que le minot quitte son cocon familial pour rejoindre le centre de formation du KRC Genk. Réputé pour sa réussite dans le repérage de futurs très bons joueurs, (Christian Benteke et Kevin De Bruyne par exemple) le club de l’est du pays s’avère un très bon choix pour le futur joueur Monégasque.

genk

Très rapidement, d’autres clubs s’intéressent  à l’attaquant. La Juventus, la Real Sociedad et Valence le suivent de près. Les dirigeants Belges ne veulent surtout pas laisser partir leur pépite et font tout pour le garder. Un seul club sort du lot, l’AS Monaco.

Stéphane Pauwels, ex recruteur pour l’ASM et superviseur dans le championnat belge:

« Il avait quinze ans et demi la première fois que je l’ai vu. À l’époque, il jouait chez les U16 de Genk. J’étais venu assister à un match entre les U16 de la Belgique et ceux du Luxembourg. Après dix minutes sur le terrain, je suis conquis par Yannick. Même s’il avait un corps de crevette, il avait déjà tout : les deux pieds, la vista, la vitesse »

Conquis, YFC donne sa parole au club du Rocher et rejoint les rouge et blanc. Il a alors 16 ans.

Ferreira_Carrasco_Interview_2

C’est sous Claudio Ranieri que le joueur fait ses débuts en pro. Le coach Italien lance le jeune belge lorsque Monaco est en Ligue2, pour le premier match de la saison contre Tours. Première titularisation et premier but pour celui qui court plus vite que tout le monde.

Lors de la saison 2012-2013, le joueur d’1m80 marque huit buts et délivre huit passes décisives. Il sera d’ailleurs élu meilleur espoir de la saison par Eurosport.

ranieri

Grosse barrière dans son ascension: L’arrivée de James Rodriguez dans le club sudiste. Malgré les excellentes prestations du jeune Belge, le Colombien se montre plus compétant et décisif et envoie son coéquipier sur le banc. Un passage à vide pour le natif d’Ixelles, et voilà que de nombreuses rumeurs de départ trouvent le jour.

Malgré un très grand intérêt venu de l’AS Roma de Rudi Garcia pour recruter la pépite, le départ de Rodriguez au Real Madrid et l’arrivée de Leonardo Jardim changeront totalement la donne.

En effet, le nouvel entraîneur portugais de l’ASM compte totalement sur Carrasco et veut à tout prix le garder dans ses rangs. Convaincu, YFC prolonge son contrat et découvre la Ligue des Champions avec le club du rocher.

Malgré la grosse concurrence avec Nabil Dirar, Lucas Ocampos, Bernardo Silva, Valère Germain et Anthony Martial, Yannick gagne de plus en plus sa place grâce à ses bonnes prestations.

ferreiro

L’attaquant Belge est ambitieux, très ambitieux. Bien qu’il n’aime pas trop dire quels sont ses rêves, l’ancien joueur de Genk veut tout gagner. Ce souhait, il l’a depuis 2011 lorsqu’il remporte la Coupe Gambardella avec les jeunes de l’ASM.

Depuis son arrivée sur le Rocher, il suit le même parcours que ses potes Eysseric, Kurzawa, Mendy et Appiah, tous devenus professionnels également. Depuis, Carrasco a gravi tous les échelons jusqu’à devenir décisif en Ligue 1 et en Ligue des Champions cette saison. Une ascension prometteuse qui impressionne son coéquipier Valère Germain, qui lui conseille cependant de rester prudent:

 « Ouais je pense qu’il a les qualités pour devenir un top player mais faut qu’il continue à s’entraîner dur au quotidien, il ne faut pas qu’il se relâche.  »
sisi

Une réussite qui rend fier le principal intéressé. Au début, tout n’était pas si simple pour le joueur Belge, qui a du quitter ses proches très tôt afin de rêver au monde professionnel du football. En rejoignant Monaco, il a pu trouver une atmosphère fraternelle, de quoi s’acclimater de la meilleure des manières.

 « Quand tu veux avoir quelque chose, il faut tout faire pour. À Monaco, j’étais juste seul pour dormir, je n’avais pas à me faire à manger, j’allais à la cafétéria midi et soir. Même s’il y a eu quelques petits coups de moins bien, j’étais très bien entouré par les animateurs »
yf

Ses bonnes performances ne passent pas inaperçues dans son pays natal, la Belgique. Si bien, que l’actuel sélectionneur des Diables Rouges Marc Wilmots l’a déjà pris dans son groupe, sans pour autant le faire jouer la moindre minute jusqu’à présent.

 « Actuellement, il découvre le groupe. La malchance qu’il a, c’est de jouer à un poste ultra concurrentiel en sélection avec Hazard, Mertens, Chadli, Januzaj ou encore Origi qui peut jouer sur un côtéCela dit, il est en avance sur un garçon comme Januzaj, par exemple. Il doit continuer à bosser. Et comme c’est un garçon qui n’a pas le “gros cou” comme on dit en Belgique, il peut vite y arriver. »

 Hubert Fournier : «Ferreira Carrasco nous a fait mal»

 Excellent depuis le début de la saison et décisif sous le maillot Monégasque, Carrasco a déjà plus d’une victime à son tableau de chasse. C’est le cas de Lyon, qui a subi en Coupe de la Ligue la loi de l’attaquant Belge en décembre dernier. Rapide, précis, technique, buteur, c’est grâce à lui que le club du Rocher à éliminé le club de Jean Michel Aulas.

yfc

Des bonnes performances qui s’enchaînent pour le plus grand plaisir du joueur:

« Je ne sais pas si j’ai franchi un cap cette saison, mais c’est vrai que je suis plus décisif, que ce soit via des buts ou des assists. Je fais mon maximum tous les jours pour que le coach continue à m’aligner. La concurrence ? Si tu en as peur, ne deviens pas footballeur car elle te permet de progresser, d’avancer. Un gars de 40 millions peut avoir été transféré, je ne vois pas pourquoi je ne jouerais pas si je suis en forme. »

Ajoutez à ses qualités une cuillerée de finition et une pincée de régularité en plus, et le jeune Belge pourra rêver encore plus grand. Il regroupe en lui tous les attributs d’un superbe attaquant, et il y a de grandes chance qu’il quitte la France pour un grand club Européen très prochainement… En club ou en sélection Belge, YFC peut croire à un avenir radieux.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut