Feghouli explique pourquoi il a choisi l'Algérie

Né en France de parents algériens et ayant évolué avec les équipes de France de jeunes (3 sélections avec les espoirs), Sofiane Feghouli a expliqué à l’Équipe pourquoi il a opté pour la sélection algérienne.

pour-la-premiere-fois-de-son-histoire-l-algerie

Le milieu de terrain de 25 ans explique son choix comme celui du cœur mais pas seulement. Il évoque également le fait de ne pas se sentir pleinement intégré dans la société française.

« Mes parents sont Algériens. Je suis né en banlieue parisienne mais j’ai grandi avec une culture algérienne à la maison. Cet attachement, il s’est fait de manière très naturelle. Après, je suis français aussi, j’ai profité de la superbe formation à la française mais, voilà, j’ai appris au fil de ma vie l’histoire des deux pays et, ce que je ressens, ça va au-delà du football. Avec tout ce que j’ai vécu, je ne me sens pas pleinement intégré au sein de la société française, et le choix de l’Algérie, c’est celui du cœur. Je me sens algérien, tout simplement. »

Feghouli expose ensuite les différentes raisons de son ressenti. Pour lui, la France a clairement un soucis avec ses binationaux.

« Quand je vois l’état de la société française et ce qu’il s’y passe, je n’ai pas besoin de rentrer dans les détails… On constate les problèmes qu’il y a vis-à-vis des Maghrébins, des Africains… Nos grands-parents ont combattu pour la France, mais je ne ressens aucune reconnaissance. Il faut toujours faire le double ou le triple pour espérer acquérir un quelconque mérite. Voilà, il y a plein de problématiques qui m’empêchent de me sentir pleinement intégré et heureux au sein de la société française. (…) Après, j’espère que la cinquième ou la sixième génération issue de l’immigration pourra se sentir pleinement intégrée et qu’elle partira à chances égales. Et pas seulement dans le football, mais aussi dans le monde du travail, dans la politique ou à la télévision, où on fait appel à des personnes dans lesquelles on ne se reconnaît pas… Mais, aujourd’hui, il y a un mélange de différentes choses qui me fait penser que la France a un gros problème avec ses binationaux. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut