FC Sochaux : le doyen en crise ?

La défaite face à Evian TG (0-3) en Mai dernier lors de la « finale du maintien » aura laissé d’importantes traces au FC Sochaux-Montbéliard. Actuellement cinquième de Ligue 2, le club d’Olivier Echouafni est sur le point de perdre son investisseur historique : Peugeot. Retour sur le déclin d’un monument du championnat de France, qui semblait inévitable.

sochauxnantes_0Souvenez-vous au printemps dernier, lorsque les journalistes ne se tournent plus vers le Paris Saint-Germain, déjà champion à 4 journée de la fin ; mais vers le FC Sochaux, tout proche de réaliser la plus belle remontée de l’histoire de la Ligue 1. Arrivé comme un sauveur en fin d’année 2013 alors que le club ne totalise que 11 malheureux points, Hervé Renard (ex-sélectionneur de la Zambie) a su redonner une âme aux Sochaliens et surtout retrouver le chemin de la victoire, aidé notamment par un mercato très efficace. Ainsi, mené par les Ayew, Sunzu, Corchia ou encore Pelé, le FC Sochaux Montbéliard réalise une deuxième partie de saison aussi improbable qu’exceptionnelle, se classant cinquième de Ligue 1 sur la phase retour. Un exploit retentissant mais nécessaire pour espérer se maintenir une 67ème saison en Ligue 1. Alors que toute une région s’était remis à y croire fermement, le travail et les efforts fournis pendant sept mois sont gâchés en l’espace d’une seule soirée : une finale du maintien à domicile face aux hommes de Pascal Dupraz, qui n’avait pas manqué de lancer les hostilités avec son homologue en coulisses. Ce match qui devait être une fête pour les Doubistes se transforme en un horrible cauchemar. Une défaite frustrante 0-3 (sans avoir donné l’impression de jeter toutes les armes dans la bataille) pousse les jaunes et bleus vers la Ligue 2, championnat qu’ils n’avaient plus connu depuis la saison 2000/2001.

7773524048_herve-renard-a-la-tete-du-fc-sochaux-en-avril-2014La suite vous la connaissez ; malgré la bonne volonté du président Laurent Pernet le départ des cadres de l’équipe mais aussi et surtout d’Hervé Renard, ovationné par les spectateurs à chaque rencontre à Bonal, s’avère inévitable. Par conséquent, l’équipe est dissoute après les départs de Corchia (LOSC), Ayew (Lorient), Kanté (ACA), Roudet (Châteauroux), Marrange, Contout ou encore Bakambu… Une situation difficile à vivre pour les supporters sochaliens qui avaient confiance en cette équipe, de toute évidence pleine d’avenir, et en son entraîneur qui rappelons le, avait décidé de tout quitter en Afrique pour se lancer dans ce challenge insurmontable.

L’été est donc long en Franche-Comté, très long. Le recrutement est difficile car les fonds manquent et toute forme de motivation semble avoir disparue. De plus, la situation du RC Lens n’arrange en rien celle du FC Sochaux, qui est contraint d’attendre la décision du CNOSF et de la ligue quant à l’accession des nordistes en ligue 1. Un véritable handicap pour la direction sochalienne forcée d’attendre pour recruter :

Il est évident que le mercato sera différent si l’on doit se préparer à jouer en Ligue 1. L’indécision et l’attente nous pénalisent jour après jour.” affirmait Laurent Pernet en Juillet dernier.

- Sochaux/Nantes - L1 - 21.05.2005 -Heureusement le FCSM a toujours pu compter sur son centre de formation de réputation européenne : un vivier de jeunes talentueux et prometteurs qui a vu éclore des joueurs comme Jérémy Ménez, Marvin Martin, Benoît Pedretti, Sébastien Corchia ou encore Jérémy Mathieu (natif de Luxeuil-les-bains récemment transféré au FC Barcelone). On note tout de même les arrivées de plusieurs joueurs, au profil atypique de Ligue 2. De très jeunes recrues comme Romain Habran, Toko Ekambi ou Florian Tardieu ; mais aussi certaines plus expérimentées à l’image de Jean-Pascal Mignot. Il faut rebâtir l’équipe autour des cadres qui sont restés face à la difficulté : Sunzu, Pelé, Butin ou encore Julien Faussurier. Ce sera la tâche d’Olivier Echouafni : ancien entraîneur de Amiens, désigné comme coach du FCSM le 14 Juin 2014.

Le début de saison en Ligue 2 est plutôt difficile : en effet le club a du mal à trouver une dynamique, un collectif tout simplement et joue avec la zone de relégation. Le stade Auguste Bonal de 20 000 personnes est aux trois quarts vide et les supporters n’ont plus vraiment la foi. Toutefois, la situation des jaunes et bleus s’améliore à partir du mois d’Octobre. Une série de victoires (majoritairement à l’extérieur) replace les hommes d’Echouafni dans la course à la montée : une place beaucoup plus logique pour les doubistes. Après 14 journées, le club est cinquième du championnat avec 23 points pris. Cependant, toutes les difficultés ne sont pas surmontées pour autant.

logo-marque-peugeot-02Premier club professionnel créé en France, le FC Sochaux sera bientôt orphelin de Peugeot six mois après l’annonce de la marque au lion de se désengager d’une équipe qu’elle a fondée il y a 86 ans. Le constructeur automobile n’a toujours pas trouvé de repreneur et souhaite en avoir terminé avec cette affaire avant la trêve hivernale. Les supporters sont tous très inquiets et se demandent si leur club va pouvoir survivre sans la firme qui lui a donné naissance.

« Pour nous, Peugeot et le FCSM c’est indissociable, le maillot jaune et bleu est floqué de la marque depuis des décennies. Le fait que PSA ne soit plus actionnaire va créer beaucoup d’incertitudes autour du club. Nous avons peur d’un actionnariat éphémère. ” témoignait un supporter en début de saison.

La famille Peugeot a créé le FC Sochaux-Montbéliard en 1928 et l’équipe compte aujourd’hui le plus grand nombre de saisons passées parmi l’élite ce qui n’est absolument pas négligeable. Si la montée en Ligue 1 semble toujours accessible pour les jaunes et bleus, l’espoir pourrait rapidement laisser place à des temps plus difficiles, si aucun actionnaire ne venait à se manifester rapidement. Espérons pour le club au deux titres de champion de France, deux coupe de France et une coupe de la Ligue que ce problème soit vite réglé afin de laisser place au sportif, et uniquement au sportif.

                                                                                                                                                                                                        Emilien DIAZ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut