Equipe de France : Thomas Lemar, le magnifique

Convoqué pour la seconde fois par Didier Deschamps, Thomas Lemar commence peu à peu à se faire une place au sein du groupe tricolore. A 21 ans, le nouveau champion de France s’est offert le premier trophée de sa carrière et semble avoir franchi le cap attendu par la direction monégasque. Discret en dehors du terrain, omniprésent sur le rectangle vert, le milieu de l’AS Monaco pourrait bien être l’un des acteurs majeurs du football français lors des prochaines années. Focus sur un joueur peu médiatisé mais fascinant à voir jouer.

Lemar est le premier joueur depuis Iniesta a délivré 5 passes décisives consécutives lors des matchs à élimination directe en Ligue des Champions / AFP PHOTO / Valery HACHE
Lemar est le premier joueur depuis Iniesta a délivré 5 passes décisives consécutives lors des matchs à élimination directe en Ligue des Champions / AFP PHOTO / Valery HACHE

« Malgré sa petite taille, on ne voyait que lui ». La réussite de Thomas Lemar n’impressionne pas Philippe Tranchant, ancien responsable technique du centre de formation de Caen. Si nous avons aujourd’hui la chance de pouvoir admirer un joueur aussi raffiné et subtil, c’est en grande partie grâce à lui ainsi que Franck Louis, directeur technique régional en Guadeloupe. Car oui, il a fallu aller à Pointe-à-Pitre pour découvrir le jeune garçon d’1m70. A cette époque, le milieu de terrain monégasque “surclasse” ses adversaires explique Phillipe Tranchant dans une interview accordée à nos confrères de So Foot.

Franck Louis, le directeur technique régional, m’avait conseillé plusieurs joueurs, dont un petit bonhomme en train de tout surclasser au CREPS de Pointe-à-Pitre. Et, effectivement, malgré sa petite taille, on ne voyait que lui. Son sens du déplacement, sa science du jeu, sa technique, tout était déjà impressionnant.

En 2010, le Stade Malherbe de Caen lui propose de garnir ses rangs ainsi que de poursuivre sa progression en Normandie. Le natif de Baie-Mahault s’épanouie alors, gravi les échelons, jusqu’à se retrouver sur la scène nationale.

Une rencontre décisive

Malgré ses qualités affirmées, Thomas Lemar ne parvient pas à obtenir les faveurs de Patrice Garande, coach de l’équipe première. Jugé trop frêle, il est préféré à des joueurs plus denses physiquement et sans doute plus adaptés au style de jeu prôné par la formation normande. Titularisé à seulement 6 reprises lors des 34 rencontres jouées par le jeune milieu, l’entourage de Thomas Lemar s’agace et met la pression sur les dirigeants caennais.

Mais la carrière du Guadeloupéen va prendre un tournant lors de la lourde défaite des siens face à l’AS Monaco le 10 avril 2015 (0-3). Auteur d’une prestation convaincante, il attire l’œil des dirigeants monégasques. L’un d’entre eux va même jusqu’à intercepter le joueur à la fin du match pour lui demander de rejoindre le projet asémiste. Deux mois plus tard et après des interventions de Luis Campos et Vadim Vasilyev, il signe, contre un chèque de 4 millions d’euros, en faveur du club de la Principauté. Une somme dérisoire quand on connaît aujourd’hui le volume de jeu de l’artilleur monégasque.

La grâce monégasque

Monaco's French midfielder Thomas Lemar takes part in a training session at the CSKA Arena in Moscow on October 17, 2016 on the eve of the UEFA Champions League football match between PFC CSKA Moscow and AS Monaco FC. / AFP PHOTO / YURI KADOBNOV
Monaco’s French midfielder Thomas Lemar takes part in a training session at the CSKA Arena in Moscow on October 17, 2016 on the eve of the UEFA Champions League football match between PFC CSKA Moscow and AS Monaco FC. / AFP PHOTO / YURI KADOBNOV

Après un premier exercice complet et globalement réussi avec notamment 34 rencontres disputées pour 5 buts et 5 passes décisives sous le maillot rouge et blanc, Thomas Lemar s’installe pour de bon dans le système de Leonardo Jardim. Cette saison, l’ancien caennais a étalé toute sa classe sur les pelouses de Ligue 1 et d’Europe.  Malgré son tempérament timide et réservé, Lemar ne s’est pas caché au moment d’enfiler les crampons. Au fil des semaines, il  a proposé un football gracieux, délicat, réfléchi aux amoureux du ballon rond. Sa complémentarité avec Benjamin Mendy sur le côté gauche lui aura permis d’exprimer pleinement son football et de lui ouvrir les portes de l’Equipe de France.

Changements de direction redoutables, passes en profondeur et corners millimétrés, frappes lointaines, réaliste devant le but, coup-francs directs, habile des deux pieds. Voilà de quoi est capable l’élégant gaucher monégasque. Au moment de caresser le cuir, on peut sentir son envie de le porter vers l’avant, de faire joueur systématiquement ses coéquipiers, d’offrir des solutions. Ce ne sont pas ses 14 buts et 17 passes décisives cette saison qui pourront le contredire. Aujourd’hui Thomas Lemar est un joueur épanoui qui fait le bonheur de l’AS Monaco. Dans les années avenir et dans l’optique de la prochaine Coupe du Monde en Russie, on voit mal le sélectionneur français se passer d’un joueur aussi gracieux et talentueux. L’une des plus belles promesses du football français, tout simplement.

Thomas Pain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut