Le compte à rebours a sonné pour les blessés en Équipe de France !

Ça y est nous sommes en 2018 (d’ailleurs toute l’équipe de La Beauté du Football vous souhaite une bonne année !), à environ cinq mois de l’événement sportif planétaire le plus suivi : la Coupe du Monde de Football. Véritable Graal pour un footballeur, le simple fait d’y participer est un rêve, que seuls peu de joueurs ont la chance de vivre. Même en réalisant une saison tonitruante, ou en étant appelé régulièrement par son sélectionneur, les joueurs ne sont pas à l’abri d’un regain de forme d’un concurrent, d’un choix stratégique du coach, ou d’une blessure. Côté Français, on se souvient en 2014 de Franck Ribéry, obligé de déclarer forfait à quelques jours du début de la compétition au Brésil à cause d’une lombalgie, ou encore de Djibril Cissé qui se blesse au tibia en 2006 dans le match de préparation contre la Chine.

La plus grande interrogation concerne Benjamin Mendy / AFP PHOTO / FRANCK FIFE
La plus grande interrogation concerne Benjamin Mendy / AFP PHOTO / FRANCK FIFE

Entre les blessures de dernier moment (espérons que non !) et les convalescents actuels qui luttent pour vite revenir, il est difficile d’affirmer quels seront les 23 sélectionnés par La Dèche.

En défense

Laurent Koscielny : Notre défenseur central est légèrement blessé en ce moment avec Arsenal. Sorti du terrain à la 72ème minute contre West Brom la semaine dernière, il n’a notamment pas disputé le dernier match des Gunners contre Chelsea. Il ne devrait pas non plus jouer le match de FA Cup contre Nottingham Forest ce dimanche. Sans gravité, on devrait le revoir dès la semaine prochaine. Il devrait postuler à une place de titulaire chez les Bleus en compagnie de Raphael Varane. Umtiti et Kimpembe devraient les suppléer.

Benjamin Mendy : La plus grande absence notable pour l’instant se nomme Benjamin Mendy. En effet, l’ancien Monégasque, victime d’une rupture des ligaments croisés en septembre dernier devrait revenir sur les terrains au plus tôt au mois d’avril. Mais combien de temps mettra-t-il à retrouver son meilleur niveau ? Actuellement en rééducation, le latéral Français, toujours sur le ton de l’humour, s’était exprimé suite à sa blessure : “Après les examens médicaux, j’ai dit à Pep Guardiola que j’acceptais de me faire opérer s’il me promettait que nous serions qualifiés en demi-finale” (de la Ligue des Champions). En cas d’absence, Kurzawa serait probablement titulaire, et Lucas Digne son suppléant.

Samuel Umtiti : le défenseur Barcelonais est actuellement blessé à la cuisse. Il devrait retrouver les terrains dans environ un mois (maximum). Sorti à la 72ème minute lors d’un match de Liga contre le Celta Vigo le 2 décembre dernier suite à une douleur à la cuisse, le Français devrait largement tenir sa place dans le groupe des 23 de Deschamps.

Christophe Jallet : actuellement blessé depuis début décembre, victime d’une lésion au fessier, Christophe Jallet devrait revenir courant janvier. Le poste d’arrière droit reste toujours une énigme chez les Bleus pour savoir qui sera la doublure de Djibril Sidibé. Corchia ? Jallet ? Pavard ? Malcuit ? Souquet ? Sabaly ? Touré ? Quoiqu’il en soit, le vétéran Niçois dispose de l’expérience du haut niveau, et cela peut pencher dans la balance pour Didier Deschamps.

Au milieu

Rabiot : le milieu Parisien avait manqué trois matches fin 2017. Sorti à la mi-temps de la rencontre contre le LOSC le 9 décembre, le gaucher n’a depuis plus joué pour le club de la capitale. Touché à la cuisse, Rabiot est semble-t-il opérationnel pour 2018.

Dans une formation en 4-2-3-1 qu’il utilise désormais, Didier Deschamps optera sûrement pour quatre milieux de terrain, pour disposer de plus de place en attaque, où le vivier de joueurs est impressionnant. Si Matuidi, Pogba et Kanté sont indéboulonnables, il reste une dernière place à prendre. Tolisso ? Rabiot ? Bakayoko (la paire qu’il forme avec Kanté à Chelsea peut être un atout de poids) ? Sissoko ? Le choix s’annonce rude pour la Dèche. En cas de blessure, il faudra aussi compter sur les jokers comme Kondogbia, N’Zonzi, Ndombélé ou encore Cyprien, Sanson ou Tousart.

En attaque

Karim Benzema : Le Madrilène est blessé depuis la semaine dernière. Mais son absence ne devrait pas durer plus de deux à trois semaines. Il reprendra le chemin des terrains vers la mi-janvier. Côté Equipe de France, Didier Deschamps semble s’être entêté à ne pas faire appel à lui. Alors que l’affaire de la sextape est désormais derrière lui, et que ses performances sportives sont toujours intéressantes, son retour en Equipe de France semble maintenant un rêve que le sélectionneur ne souhaite pas réaliser.

Olivier Giroud : l’ancien Montpellierain s’est blessé avec Arsenal le 19 décembre dernier. Touché aux ischio-jambiers, il sera absent jusqu’à la mi-janvier. Avec un temps de jeu de plus en plus limité avec les Gunners, Olivier Giroud réalise de bonnes prestations lorsqu’Arsene Wenger ou Didier Deschamps font appel à lui. Néanmons, la concurrence chez les Bleus est si rude à ce poste que sa place au Mondial n’est pas 100% assurée. D’autant plus que son concurrent principal n’est autre qu’Alexandre Lacazette, titulaire devant lui à Arsenal.

Là encore, les choix du sélectionneur s’annoncent compliqués. En partant du principe que les Bleus évolueront en 4-2-3-1 et que la Dèche sélectionne quatre milieux. Cela libère deux places en attaque, soit huit joueurs ! Sauf blessure, au vu de leur performance en club et/ou de leur passif avec l’Equipe de France, Griezmann, Mbappe, Fekir, Lemar et Martial devraient être sélectionnés. Il resterait donc trois places à prendre : Giroud ? Lacazette ? Coman ? Gameiro (association avec Griezmann) ? Ben Yedder ? Ousmane Dembelé ? Moussa Dembelé ? Payet ? Thauvin ?

Dans tous les cas, de très grands joueurs ne participeront pas à la Coupe du Monde. Espérons que Didier Deschamps dispose de toutes ses forces en présence au moment de ses choix, et que ceux-ci ne seront pas réalisés par défaut, à cause d’éventuelles blessures. Il reste cinq mois aux joueurs pour se dépasser, prouver au sélectionneur qu’ils méritent d’être du voyage en Russie. Un combat à distance contre soi-même, contre les blessures, et contre ses concurrents, souvent amis. La loi du haut niveau.

Théophile Rémon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut